Logo OpenWork
'

L'Economie Sociale et Solidaire, le nouveau secteur qui attire les jeunes

Economie et Travail

11/22/2018

2 commentaire(s)

Selon la dernière étude du NewGen Talent Centre de l’EDHEC, l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) figure désormais dans le top 3 des secteurs les plus attractifs dans lesquels les étudiants de prépas commerce ont envie de travailler.

L’ESS, qu’est-ce que c’est ?

Le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) regroupe un ensemble d’organisations diverses : entreprises sociales, associations, mutuelles, fondations, coopératives… Leur point commun consiste à poursuivre une fonction d’utilité sociale tout en ayant une lucrativité limitée. Ce secteur représente 2,37 millions de salariés en France et est en pleine expansion… et cela se reflète aussi dans les aspirations professionnelles des jeunes !

L’ESS attire de plus en plus les jeunes de prépa

Ils ont 20 ans et entreront dans le marché du travail dans 5 ans… A quel type de carrière rêvent les étudiants de classes prépas commerce avant même d’être influencés par les entreprises et les écoles dont ils seront diplômés ? Quels secteurs, fonctions, entreprises, pays les attirent ? Voici les quelques questions auxquelles le NewGen Talent Centre de l’EDHEC a répondu en juin 2017 dans son étude sur “les aspirations de carrières des prépas aux grandes écoles”.

Grande surprise : l’ESS arrive en troisième position des secteurs préférés parmi les jeunes qui préparent les écoles de commerce, après la Finance/Banque/Assurance et le Conseil !

 

Selon Manuelle Malot, la directrice du NewGen Talent Centre, “l’ESS est devenu un choix de carrière comme les autres. A force d’entendre qu’il pouvait y avoir de supers carrières dans ce secteur, ils l’ont intégré ! L’ESS a complètement perdu son image de secteur un peu marginal pour les baba-cools.”

Effet de mode ou changement de fond ?

Dans cette même étude, on constate que lorsqu’on interroge les jeunes sur le sens qu’ils veulent donner à leur futur emploi, la réponse “favoriser le développement durable et social” est devenue aussi importante que celle de “bien gagner sa vie”.

Mais est-ce un phénomène de mode ou bien un réel changement de fond ? Selon Matthieu Dardaillon, fondateur de Ticket for Change, une structure d’accompagnement des entrepreneurs sociaux, les nouvelles générations sont préoccupées par la quête de sens et d’utilité  et l’ESS correspond justement à ces nouvelles aspirations.

Le secteur est également riche d’opportunités professionnelles grâce à sa capacité de résistance aux crises économiques. On note qu’entre 2008 et 2013, l’ESS est restée créatrice d’emplois contrairement au secteur privé.

Les défis de l’ESS pour demain

Le secteur souffre de la fragilité de certaines structures qui ne sont pas viables économiquement et dépendent beaucoup des subventions publiques. Les jeunes se plaignent aussi de la précarité des emplois proposés : seulement 61% des salariés dans ce secteur ont un CDI à temps complet ce qui est moins que pour l’ensemble des salariés. Il reste encore du chemin à faire à l’ESS pour accueillir les jeunes dans de bonnes conditions d’emploi (formations, salaires…).

L’autre défi est aussi d’attirer les hommes dans ce secteur. 68% des salariés sont des femmes. Mais pour Nicolas Hazard, le fondateur d’INCO, premier consortium mondial pour une nouvelle économie, inclusive et durable, cela n’est qu’une question de temps. Il déclare : “les femmes ont été des early adopters, mais je suis sûr que les hommes suivront …”.

Que pensez vous de cet article ?