'

Deux jours, une nuit : un film sur la solidarité en entreprise

Bonheur et Travail

1/3/2018

168 commentaire(s)

Les frères Dardenne sont des réalisateurs réputés pour leur cinéma sociologique, mettant en lumière des personnages poignants qui crèvent l'écran et nous font réaliser leurs conditions sociales. Dans " Deux, jours, une nuit ", Marion Cotillard joue le rôle d'une ouvrière dont l'avenir dépend de la solidarité de ses collègues.

Mettre l'humain au centre

" Toute l'œuvre des frères Dardenne est empreinte [d'une] profonde humanité. Elle traite des problèmes actuels dans un monde difficile, souvent austère voire désespéré, elle parle de survie, de réconciliation et d'espérance. Grâce à un geste, une larme, un regard, une parole, un sourire, un mur se brise, une lumière apparaît, un avenir est possible et nous y croyons. "

Telle est l'éloge du jury du festival de Cannes qui a attribué un Prix spécial au film en 2014. Les frères Dardenne sont des réalisateurs considérés comme les grands représentants du cinéma social européen. Ils ont notamment réalisé Rosetta pour qui ils ont obtenu la palme d'Or en 1999, racontant le combat d'une jeune femme en quête d'un emploi ; le Fils, film sur la relation père/fils et la difficulté de pardonner ; ou encore L'Enfant sur la précarité pour qui ils obtiennent à nouveau la palme d'or en 2005.

Deux jours, une nuit : un opus sur la solidarité humaine

Dans ce film, Marion Cotillard joue le rôle de Sandra, une ouvrière dans une entreprise de panneaux solaires. Lorsqu'elle revient au travail après un long arrêt maladie, elle découvre que son patron ne l'a pas remplacée, mais a distribué son travail auprès des autres employés en échange d'une prime de 1000 euros pour eux. Elle comprend alors qu'ils n'ont plus forcément besoin d'elle et que son emploi est en jeu. Le patron donne le choix aux employés : soit ils conservent leur prime de 1000 euros, soit ils l'abandonnent pour permettre à Sandra de revenir travailler.

Le vote de la décision est bientôt : Sandra a deux jours et une nuit pour convaincre ses collègues de maintenir son emploi. Elle va aller les voir un à un, au porte-à-porte. Le combat poignant de cette femme est alors une porte ouverte sur la vie de chacun de ses collègues qui est aussi difficile que la sienne. Pour eux, le choix n'est souvent pas simple, car ils ont aussi besoin de cette prime pour faire vivre leur famille. Le spectateur réalise alors tout l'enjeu que représente la solidarité : ce n'est plus une simple question théorique du bien ou du mal, mais de vrais choix personnels qui ont des répercussions sur notre vie et celle des autres.

 

Que pensez vous de cet article ?