'

Les inégalités socio-économiques à l’heure du repas

Economie et Travail

9/28/2017

0 commentaire(s)

Le Food Gap

Les disparités nutritionnelles entre les riches et les pauvres ne cessent de croitre, c’est ce qu’on appelle le Food Gap.

Une étude publiée par l'École de santé publique de Harvard analyse les habitudes alimentaires de 29 124 américains au cours de la dernière décennie. Ses résultats sont que la qualité du régime alimentaire s'est améliorée chez les personnes ayant un statut socioéconomique élevé, mais s'est détériorée chez celles de l'autre extrémité du spectre. L'écart entre les deux groupes aurait ainsi doublé entre 2000 et 2010.

Frank Hu, professeur de nutrition et d'épidémiologie à Harvard et l'un des auteurs de l'étude, a également établi un parallèle entre la qualité du régime alimentaire et les tendances du revenu, notant : «Après la crise financière, le premier pourcentage se porte très bien, mais les personnes dans les groupes socioéconomiques inférieurs se nourrissent mal".

L'accès à une nourriture de haute qualité est également crucial au regard de la santé publique, car dans les groupes de faible statut socioéconomique, le taux de maladies liées au régime alimentaire est disproportionnellement élevé. "Avec une détérioration de la qualité du régime au fil du temps", a déclaré Pr. Hu, "cela peut même augmenter les disparités dans l'obésité et d'autres maladies liées au régime alimentaire".

La cantine en entreprise, un moyen de réduire ces inégalités ?

La cantine, une pratique de restauration collective, est un espace étroitement lié à la vie de l’entreprise. Elle se positionne ainsi comme un lieu de cristallisation d’un grand nombre de rapports sociaux.

Les cantines d’entreprises ont l’avantage de proposer à un prix moindre la même qualité de produits alimentaires à tous. Encadrées par la loi, qui garantit un accès à de la nourriture « saine  et variée », elles réduisent par conséquent les inégalités d’accessibilité à de la nourriture de qualité.

Toutefois, les cantines d’entreprises ne se débarrassent pas (du tout) des inégalités socio-économiques. Le simple fait d’aller à la cantine ou pas divise le corps salarial. En effet, même si la cantine d’entreprise est un moyen de restauration privilégié par les employés, tous n’y vont pas. Ce n’est pas souvent que vous croiserez Bernard Arnault à la cantine du siège LVMH par exemple… Les Big Boss iront davantage au restaurant, dont les prestations dépassant généralement les budgets des salariés.

                                                                                 

Des inégalités qui se manifestent dès les petites classes

La cantine écolière est également un lieu où se manifestent les inégalités socio-économiques. Certaines familles ont les moyens de payer une inscription de leur enfant à la cantine, tandis que d’autres non. C’est pourquoi le Collectif de la table des écoliers propose une solution durable pour réduire ces inégalités sociales et intégrer des bonnes habitudes alimentaires chez tous les enfants : La Cantine pour Tous.

Ce programme a pour but de permettre aux écoliers d’avoir une alimentation saine et équilibrée, sans tenir compte ni du revenu de leur famille, ni de la localisation de leur école. Un beau projet à découvrir ici.

Que pensez vous de cet article ?