Logo OpenWork
'

3 raisons qui expliquent notre peur de parler en public

Bonheur, Travail

10/29/2018

6 commentaire(s)

Avoir peur de parler en public est la première peur citée au monde, avant même la peur de mourir.

“Ce qui veut dire qu’à un enterrement, vous préférez être dans le cercueil plutôt que de dire l’oraison funèbre” blague Jerry Seinfield, un humoriste américain.


Au-delà d’en rire, la peur de parler en public peut être un réel handicap, voire même une souffrance.
Combien de personnes vont au travail ou à l’école la boule au ventre parce qu’elles savent qu’elles vont devoir faire une présentation en public ?
Combien de personnes se sentent invisibles ou transparentes parce qu’elles n’osent pas parler ou parce que leur parole n’est pas entendue ?
Combien de personnes souffrent de sueurs ou de tremblements lorsqu’on leur demande de s’exprimer devant un public ?
Cela est une source d’angoisse importante qui gâche la vie de centaines de personnes.
Mais comment comprendre la peur de parler en public ? D’où vient-elle et comment la dépasser ?

3 raisons qui expliquent notre peur de parler en public

1) La peur de parler en public est dûe à un manque d’habitude

Lorsque nous sommes face à une situation inconnue ou inhabituelle, notre réaction est souvent la peur.
En effet, notre instinct de survie nous pousse à être vigilant et à redouter ce que nous ne connaissons pas !
La peur de parler en public s’explique alors par un manque d’habitude.
A l’école, on ne nous pousse pas à prendre la parole.

Au contraire, il est plutôt bien vu de rester silencieux à écouter le professeur plutôt que de bavarder.
A l’école, nous sommes surtout évalués à l’écrit. Il y a très peu d’épreuves orales hormis les quelques poésies ou exposés au cours de la scolarité.
Tout ceci fait qu’une fois arrivés dans nos études supérieures ou dans l’entreprise, nous n’avons pas été assez entraînés à nous exprimer à l’oral et en public.
Pourtant il s’agit d’une compétence importante qui est demandée dans le milieu professionnel et que nous n’apprenons pas dès le plus jeune âge !
Ce manque de considération pour la prise de parole à l’école est aussi influencé par la culture. Dans notre culture française, la dissertation est un art. Il s’agirait même d’une “exception française qui sous-évalue l’oral par rapport à l’écrit” selon l’avocat Bertrand Périer dans un article du Monde sur la prise de parole en public.

Dans les pays anglo-saxons, on incite à l’inverse les enfants à s’exprimer devant leurs camarades dès le plus jeune âge avec l’exercice du “Show and tell”. Cet exercice consiste à ramener un objet et à raconter une histoire autour de cet objet à la classe. Ce qui explique pourquoi les Anglais et les Américains sont souvent plus à l’aise que les Français pour s’exprimer en public…
Alors comment pallier au manque d’habitude ? Tout simplement en rattrapant le temps perdu et en pratiquant ! Pour combattre une peur, rien n’est plus efficace que de s’y confronter, c’est bien connu…
Saisir toutes les occasions de prendre la parole, lors de repas, de réunions ou d’événement est déjà un premier pas. Il n’est certes pas évident de sortir de sa zone de confort mais vous ne pourrez jamais vous améliorer autrement qu’en pratiquant et en prenant plus la parole.

2) La peur de parler en public est dûe à la peur du regard des autres

L’autre aspect qui nous tétanise en prise de parole en public, c’est le regard des autres.
Il y a le regard littéral, c’est-à-dire ces vingtaines de paires d’yeux qui nous scrutent lorsqu’on parle en public.
Et puis il y a le regard des autres au sens figuré, c’est-à-dire leur jugement, ce qu’ils peuvent bien penser de nous.
C’est souvent ce deuxième regard qui nous bloque le plus. Lorsqu’on prend la parole en public, on se pose des milliards de questions :
Est-ce que je suis assez bien habillé ?
Est-ce que je ne suis pas en train de rougir ?
Est-ce qu’ils voient que mes mains tremblent ?
Est-ce qu’ils vont aimer ce que je raconte ?
Est-ce qu’ils vont me critiquer ou me poser des questions ?
Ces milliards d’interrogations et de doutes renforcent notre stress parce qu’ils nous renvoient à nous mêmes et à une surconscience de soi.
Plutôt que d’avoir l’attention dirigée vers notre public, notre attention est bloquée sur notre propre personne.
Et surtout : cette façon de penser crée une situation de conflictualité. C’est eux contre moi. Il faut que je sois à la hauteur sinon je vais me faire manger. Il faut que les impressionne. Il faut que je leur montre ce dont je suis capable… etc.
Cette situation du “eux contre moi” nous met forcément dans une posture d’insécurité.
Alors comment éviter de considérer la prise de parole comme une épreuve devant les autres ?
Tout simplement en changeant notre perception de la prise de parole. Et si au lieu d’un moment de performance, il s’agissait plutôt d’un moment de partage ?
Et si vous décidiez de cultiver amour, bienveillance et curiosité pour votre public, vers qui vous allez aller à la rencontre ?
Et si vous aviez envie de faire passer un bon moment et d’apporter de la valeur aux autres ?
En étant dans cette mentalité, vous vous concentrez alors plus sur les autres que sur vous-mêmes. Votre personne n’est plus l’enjeu, c’est désormais votre public. En vous décentrant, vous arrêtez de penser à vous pour être uniquement habité par votre sujet et votre envie de donner à l’autre. Cela fait tout de suite baisser le stress !

3) La peur de parler en public est dûe à un manque d’apprentissage

Cela rejoint l’idée que la prise de parole n’est pas enseignée à l’école.
Le sentiment de manquer de compétence renforce le sentiment de peur de parler en public.
En effet, si vous n’avez jamais appris à nager et que vous avez conscience que vous ne savez pas le faire, vous aurez toujours peur de vous jeter à l’eau.
Il en va de même pour la peur de parler en public. Si vous n’avez jamais appris des techniques pour être plus à l’aise à l’oral ou faire un discours efficace, vous manquez de repères.
Parfois, la plupart des gens ne réalisent même pas que la prise de parole peut s’apprendre, qu’il existe à la fois de la théorie et des exercices pour s’améliorer.
Car comme cette compétence est peu diffusée et démocratisée, nous pensons souvent qu’il s’agit d’un don ou d’un talent inégalement réparti entre quelques personnes sur Terre.
Cela est faux ! S’exprimer à l’oral est quelque chose qui peut se travailler et s’améliorer comme apprendre à mieux s’exprimer à l’écrit ou à mieux communiquer !
Vous pouvez déjà vous renseigner en lisant certains livres comme “Comment parler en public” de Dale Carnegie, une référence dans le domaine.

Les livres ou formations sur le sujet existent et se développent de plus en plus. Un seul conseil : le meilleur moyen de dépasser sa peur de parler en public c’est de ne pas avoir peur de commencer à apprendre :)

À retrouver sur le blog : La Peur n'évite pas le Danger ....! et La peur de l'avalanche provoque de la valeur !

 

Que pensez vous de cet article ?