42….c’est ce que vaut mon entreprise?

Economie et Travail

2/23/2015

0 commentaire(s)

Fabien Salicis

42….c’est ce que vaut mon entreprise?- Voici la réponse à la question ultime de l’univers, la vie et tout le reste.  On rencontre souvent de nombreuses méthodes d’évaluation des entreprises mais concrètement, lors d’un rachat, que valorise-t-on ? En particulier pourquoi quand on évalue une entreprise, valorise-t-on mal le capital humain ?

On valorise une réussite financière mais quasiment jamais cet actif intangible qu’est le capital humain. Est-ce parce qu’on a peur du prix qu’on aurait a payer si on le faisait ? Est-ce parce que les débats seraient pour le coup encore plus infini qu’ils ne le sont déjà ? Encore pire, on irait jusqu’à le dévaloriser en prétextant que les coûts de structure sont trop importants. On nous définit souvent le but premier d’une entreprise comme celui de gagner de l’argent. Mais cette définition est-elle complète ? Ne pourrait-on pas la généraliser comme quelque chose du style « créer de la valeur pour elle et ses employés » (ceux là même qui aident à la créer) ?

mon entreprise

mon entreprise

Lors de la valorisation, on prend une photo contemporaine, on établit une prévision future et on dit, "je pense que l’entreprise vaut tant", sans jamais tenir compte d’un facteur aussi intangible, mais aussi clef que, par exemple le degré de collaboration entre les hommes. Ou la capacité pour les entreprises d’avoir des salariés capables de se sacrifier à un moment donné, quand ça va mal, et qui, au moment du rachat, après un redressement, ne sont pas récompensés de leur sacrifice passé. Ils sont bien souvent simplement soumis à un échange, basé uniquement sur des critères de gestion, sortis tout droit de nos chers ERP. On tombe ainsi dans une aberration économique car l’entreprise aurait sombré et serait tombé à une valeur zéro à l’instant de la faillite, mais, le potentiel actif collaboratif des employés, pourtant non répertorié sur le bilan de l’entreprise, a permis de créer une valeur de survie, puis le regain d’activité et de nouveau une situation économique stable.

Pourtant d’un autre côté, on est prêt à valoriser une entreprise comme Facebook à 20 Milliards de Dollars pour ses 500 millions d’utilisateurs, qui ne créent de valeur que par leur degré de collaboration et de connexions entre eux Finalement, Facebook, c’est l’expression même de la collaboration entre les gens tournée vers un but personnel. Mais l’entreprise Facebook est valorisée sur ces schémas d’interconnexion collaboratifs et l’est très cher (grâce notamment à la pub). Facebook a ainsi valorisé le degré d’interconnexion entre ses membres. Pourquoi une entreprise ne pourrait-elle pas le faire ?

N’est-ce pas finalement important que des entreprises comme Facebook ou Google nous montrent qu’on a forcément à y gagner à se prendre un peu la tête pour valoriser certaines entreprises au-delà des actifs tangibles (le terme d’actif intangible ne se rapportant qu’aux brevets et licences). Finalement, les employés n’auraient-ils peut-être  pas droit eux-mêmes à leur ligne comptable, avec, lorsque la collaboration s’accroit entre eux, une valorisation de l’entreprise elle-même, et lorsque leurs rapports se détériorent, une forte dépréciation de l’entreprise.

Comme dit l’adage, une entreprise, ce sont des hommes avant tout. Pourquoi ne cherchons nous dans ce cas pas à le valoriser ? Une chose est sure, on serait surement surpris de la valeur de certaines entreprises.

Merci beaucoup à Benoit Debray et à Pierre Sarton du Jonchay pour leurs conseils dans l'écriture de l'article.

" 42….c’est ce que vaut mon entreprise?", Fabien Salicis - Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?