Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Le Blog

Tous les articles

Nos Derniers Articles

BD Les Consultants N°20 : “L’art” de la reformulation
Manel El Robrini
Trouver la bonne tournure, c‘est ce que recherche chaque formateur : Comment formuler ? À quelles personnes, je m'adresse ? À quel moment et comment en parler ? sont des questions que tout formateur se pose au moins une fois avant chaque formation. Mais il n’est jamais aisé de faire ces choix sans connaître son auditoire. Le client nous intègre sur des formations sans comprendre l’intérêt de certaines informations concernant les personnes qui vont être formées : leur âge, leur profil, leur parcours, leur opinion et leur apriori ainsi que leur vue de la formation sont des données clés pour un formateur. Dès fois, en tant que formateur, on vient nous voir avec un projet d’amélioration à travers une formation et peu de notions de l'objectif, ni de connaissances des participants. Voici les aventures de notre consultant favori en pleine préparation avant d'entrer et de faire sa formation chez son client. Voyons comment notre consultant s’en sort dans un cas comme celui-ci avec sa créativité et beaucoup adaptation et surtout de reformulation ;-) Et oui, tous nos participants ne sont pas forcément des as des sujets abordés, ils n'ont parfois aucune idée de ce qui les attend et quel est l'objectif de la formation auquel ils participent. L’idée centrale reste toujours de trouver des moyens originaux pour aller chercher l'envie chez les participants tout en ne perdant pas l'objectif initial avec sa créativité et en sachant reformuler son savoir. Savoir, c'est bien, savoir l'expliquer de différentes manières, c'est mieux ! N'hésitez pas à évoluer, à vous adapter même si parfois, il faudra diverger du plan initial tant que l'objectif reste en vue. Un vrai formateur est souvent un passionné qui lui-même ignore les limites de son univers. Un formateur confirmé ne dira jamais avoir le savoir absolu en général. Il se dira connaisseur ou passionné, cherchera sans cesse à explorer son domaine, fera de la veille et délimitera lui-même sa zone d’expertise, mais ne se reposera jamais sur ses simples acquis. Le formateur est là pour apporter des connaissances, mais il en retire également de chacune de ses formations. Chercher à comprendre les participants et leurs attentes en apportant sa valeur ajoutée restera à jamais la clef de la réussite d’un formateur.
BD Les Consultants N°18 : “L’art” de l'investissement client
Fabien Salicis
Trouver le bon filon, c'est ce que recherche chaque entreprise : Dans quoi investir ? À quel moment ? Et comment ? sont des questions que toute entreprise s'est déjà posées au moins une fois. Mais il n’est jamais aisé de faire ces choix seul sans être accompagné par une personne externe et sans intérêt dans la société. Les investissements cachés peuvent à tout moment être tentants pour capitaliser un maximum, mais ce jeu peut parfois être dangereux. Voici les aventures de notre consultant favori en pleine stratégie d'investissement chez son client. Tout le monde ne voit pas ça d'un bon œil, mais parfois seules les apparences peuvent être trompeuses.
BD Les Consultants N°17 : “L’art” de l'engagement
Fabien Salicis
On attend d'un consultant indépendant un engagement total. De part le fait que le consultant indépendant soit réputé "extérieur à l'entreprise", il a souvent une image de personne qui propose, mais ne connaît pas forcément les réalités terrains. Voici notre consultant qui propose une animation lors d'un événement d'une marque de Boisson Énergisante. Le plan est de plus en extra-ordinaire jusqu'à la confrontation finale avec la réalité. Voici comment il réagit ... L'art de proposer des plans réalistes Il est connu que le client peut parfois avoir des demandes jugées compliquées voir trop ambitieuse pour le budget qu'il compte y mettre. Ce même du web en est l'illustration parfaite de ce propos.
BD Les Consultants N°16 : “L’art” du système D
Fabien Salicis
Et oui, tous nos clients ne sont pas forcément des Grandes Entreprises millionnaires avec des projets pharaoniques de développement comme Apple et son nouveau Siège Social en construction. Dès fois, en tant que consultant, on vient nous voir avec un projet d'amélioration et peu de moyens. Voyons comment notre consultant s'en sort dans un cas comme celui-ci avec sa créativité et un peu de système D L'idée centrale reste toujours de trouver des moyens originaux pour aller chercher des moyens de réaliser les objectifs avec sa créativité et son système D. Le système D est maintenant le système qui a le plus le vent en poupe avec toutes les notions de Growth Hacking, et de développement rapide. L'imagination est plus importante que le Savoir Savoir trouver des solutions peu couteuses en exploitant certains éléments de l'écosystème en place et en allant chercher des voies de développement originales est souvent un moyen. Cela nécessite l'imagination. Pour un érudit comme Albert Einstein, l'imagination demeure plus importante que le savoir. En effet, une des qualités premières des consultants est d'accomplir sa mission. A l'instar d'une démonstration mathématique, plus la résolution est élégante, plus la prestation est reconnue comme ayant une grande valeur. La devise d'Einstein promeut avant l'intelligence dans le sens de savoir résoudre des problèmes auxquels nous n'avons jamais été confrontés. Keep It Simple and Stupid Le Keep It Simple and Stupid ou la devise du KISS promeut notamment la capacité à savoir rendre simple des problèmes qui paraissent compliqués. Réussir à aller au plus simple nécessite de s'affranchir de ses barrières de "faisabilité". Promouvoir ces modes de pensées permet avant tout de se rendre le travail facile. Finalement, se rendre le travail facile c'est aller à l'encontre des modes de pensées du fait que le travail vient de trépalium et donc de souffrance Depuis 2015, il semblerait que les gens aient décidé de se rendre le travail facile. Le Système D dans sa plus pure définition applique le KISS. Il sera donc le moyen de se rendre facile le travail en 2016 !
BD Les Consultants N°15 : “L’art” du sport chez le client
Fabien Salicis
Le Sport c'est la santé, ne rien faire la conserver. Le midi peut à tout moment être prétexte pour passer du temps avec son client, que ce soit au restaurant ou en jouant avec lui. Voici les aventures de notre consultant favori durant une semaine chez ses clients. Le Sport, bon pour le développement de son activité ? Le sport est-il bon pour la santé ? Tous les médecins s'accordent à le dire. Une vie de consultant indépendant ne permet souvent pas de faire du sport durant ses heures creuses. La suggestion du jour serait de vous proposer de profiter de vos missions chez le client pour aller courir avec lui, faire un foot ou un basket et finalement découvrir d'autres aspects de son client. L'exemple le plus fréquent et qui a le plus le vent en poupe est le running. Le running actuellement se développe beaucoup et courir avec son client et les gens avec qui on travaille est toujours l'occasion de faire une activité sportive en ayant un "quality time" pour échanger. Puisque nous sommes ici pour courir, autant échanger sans stress. Le Sport, bon pour la productivité ? Le sport fatigue...c'est un fait. Mais il nous fait également gagner en endurance fondamentale (surtout le running). Il s'agit d'un parti pris complet mais développer son endurance à travers le sport permet de devenir plus endurant au ... travail . De faire l'extra-mile comme on dit. Finir un marathon ou finir un projet, c'est souvent la même problématique. Un marathon, c'est 42,195km mais surtout après 2h30 de courses, un épuisement moral et physique qui oblige à aller chercher au fond de soi (puisque nous ne sommes pas tous capables de le finir en 2h15). A ce titre, les ressources mentales qui font la différence entre un marathon réussi et un marathon abandonné sont à peu près les mêmes que celles d'un projet réussi ou abandonné. Il faut savoir réajuster sa vitesse, utiliser ses dernières ressources et surtout ne pas tomber dans l'épuisement. Enfin, il faut également savoir en terminer avec la course ! S'il s'agit d'un parti pris, les sports d'équipe nous apprennent quand à eux qu'un résultat ne s'obtient qu'en équipe. Le golf nous apprendra à être patient. Bref, le sport bon pour la productivité en toute subjectivité ... ;-)
BD Les Consultants N°14 : "L'art" de l'Expertise
Fabien Salicis
L'expertise est-elle reconnue de prime abord ou non ? Il n'est jamais facile de réussir à s'intégrer en tant que consultant indépendant en charge d'une mission et de faire valoir son expertise. Le client nous intègre dans l'équipe sur une tâche sur laquelle de nombreux acteurs auront leur opinion, leur vue du projet. En tant que consultant, nous adorons cela....;-) Comment intégrer son expertise chez le client ? Il arrive que nous soyons confronté en tant qu'Expert à des idées divergentes des nôtres. Notre rôle est d'accompagner notre client dans ce qu'il pense tout en intégrant notre expertise de manière à apporter notre valeur ajoutée. Nous intervenons car nous avons ce savoir-faire. Ce n'est pas forcément dans l'idée d'aller imposer notre style. Bien au contraire, nous sommes parfois dans l'obligation morale de réaliser une tâche qui n'irait pas dans notre sens pour après montrer une voie d'amélioration et réussir à réconcilier la vision du client souvent juste dans le business et la vision expert souvent juste dans la valeur ajoutée qu'il peut apporter au business. Aller dans le sens des éléments en apportant sa valeur ajoutée restera à jamais la clef de la réussite d'un consultant indépendant. Ne pas hésiter à évoluer L'expertise se perd vite. Un vrai expert est souvent un passionné qui lui-même ignore les limites de son univers. Un expert confirmé ne se dira jamais expert en général. Il se dira connaisseur ou passionné, cherchera sans cesse à explorer son domaine, fera de la veille et délimitera lui-même sa zone d'expertise mais ne stagnera jamais. Prenons l'exemple du digital. Toute personne se disant expert risque le lendemain d'être dépassé par une nouvelle plateforme qui révolutionne les codes sociaux et donc la manière dont les personnes interagissent. Ne pourrait finalement se dire expert que la personne qui a suffisamment d'imagination pour entrevoir les limites de son univers et suffisamment de curiosité pour aller les explorer. L'expertise devient alors passion et souvent la passion devient chronophage. Et ceci est la principale contrainte de l'expert.
BD Les Consultants N°13 : “L’art” de la blague client
Fabien Salicis
Ce que nous apprenons grâce au coaching, c'est que tout le monde ne reçoit pas forcément le même message. Les outils tels que le MBTI, la Process Communication, l'Ennéagramme, etc. Illustrons ceci par un échange de notre consultant préféré qui tente une blague dès le matin à son arrivée. Et qui finit par ne plus contrôler ses jeux de mots et calembours face à un client prenant tout au premier degré !  Dans tous les cas, garder une certaine dose d'humour est toujours l'essentiel afin de préserver les énergies positives au travail. L'humour en entreprise est une nécessité. Lorsque nous relativisons par ce biais là les tracasseries qui peuvent essaimer notre journée, nous réussissons sans aucun doute à développer notre leadership. L'humour demeure la composante essentielle de la réussite de la performance de l'entreprise.
BD Les Consultants N°12 : “L’art” de l'OpenWork
Fabien Salicis
Trouver le bon consultant indépendant ou le bon collaborateur n'est jamais aisé. Le Sourcing de consultant est un marché qui s'est grandement développé. Paradoxalement, l'avènement des réseaux sociaux et les profils LinkedIn ont servi ce marché. Donner accès à tout le monde à la possibilité de se référencer était donc une priorité. Nous avons ainsi mis en place grâce à l'application Le Monde Après - OpenWork, la possibilité de publier son profil sur le Site Web et sur l'application mobile OpenWork. C'est cette même application qui est mise en avant dans cette BD. Il s'agit d'une application qui permet en 3 clics de trouver les bonnes personnes pour travailler. Elle se télécharge pour l'instant sur l'App Store et bientôt sur Android. L'objectif pour chaque consultant indépendant est de créer son Profil Le Monde Après / OpenWork et de renseigner son offre de service, son expertise, sa formation, de mettre une photo de soi et de renseigner ses coordonnées. Nos partenaires cherchent suivant des mots clefs qui peuvent être très génériques ou très ciblés. Ces mots clefs permettent de faire matcher les profils avec les demandes. Les partenaires sont alors totalement libres de les contacter pour leur proposer les missions. Les consultants indépendants peuvent ensuite choisir le portage salarial pour facturer leurs missions. L'objectif générique de cette plateforme et de cette application est de donner un maximum d'opportunités pour les offreurs de service et pour les donneurs de missions. Cela permet de combler également les besoins des entreprises en matière d'expertise sur des domaines particuliers et pendant un temps donné. L'accessibilité de cette application est gratuite des 2 côtés, le portage salarial servant à financer tout cela. C'est investissement communautaire après 5 ans a pour unique objectif de valider le nouveau Work Style par OpenWork: Working is Cool, surtout quand le portage salarial se couple aux opportunités de mission sans coûts supplémentaire pour les parties.
BD Les Consultants N°11 : "L'art" de la coïncidence
Fabien Salicis
Working is cool, l'Art de la Coïncidence au travail. C'est sur ce ton que notre consultant aborde l'année 2016. Il vogue à travers l'entreprise et son nouveau client. Il profite de la sortie du nouveau Star Wars pour se projeter sur sa nouvelle trilogie à lui. Qu'elles vont être ses moteurs ? Quels vont être ses drivers pour 2016 ? Et surtout quels seront ses objectifs sur 2016 ? Cela nous amène à nous poser la question sur notre raison de travailler ? Pourquoi travaillons-nous ? Est-ce seulement pour l'argent ? Ou est-ce pour nous accomplir ? Certains adeptes de Maslow nous dirons que le travail est avant fait pour subvenir à nos besoins. Bien sur, sans jamais oublier que nous définissons nous même nos besoins et nos envies. Donc nous travaillons avant tout pour accomplir notre Raison d'Existence comme le souligne très bien l'auteur des 5 grands rêves de vie, John P. Strelecky. Il nous livre les secrets du plus grand des leaders sur la gestion de leur vie. Tout se résume à la question suivante: Quelle est ma raison d'exister ? Quels sont les 5 grands rêves de vie ? Qu'est-ce que j'essaie d'accomplir et comment mes actions du quotidien sont-elles alignées avec mes objectifs.  Mes objectifs sont-ils respectés par les personnes avec lesquels je travaille ? En regardant positivement son travail en tant que consultant indépendant, est-ce possible de voir que finalement notre vie est un blockbuster ? Un Blockbuster que nous arpentons au quotidien et qui nous transporte jour après jour vers les clients, partenaires et fournisseurs avec qui nous avons envie de travailler. Un peu comme les héros de Star Wars qui rencontrent ses équipiers, ses ennemis et ses amis et surtout arpentent leur chemin, parfois semé d'embûches, parfois illuminé et parfois obscur mais toujours unique. Bienvenue dans votre blockbuster ! Bienvenue en 2016 dans l'OpenWork, la galaxie du travail libre et salarié.

1-9 of 9 résultats

1