Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Business angel, La cité des Anges… Investisseurs

6/23/2014

0 commentaire(s)

Fabien Salicis

Le Business Angel, la cité des anges... investisseurs

Dans une démarche de création d’entreprise, souvent un élément fait défaut aux créateurs : c’est le capital de départ. Ils ont l’idée, la conviction que cela peut marcher et le plan stratégique dessiné. Il ne reste qu’une chose : obtenir de l’argent.

Le Business Angel est une créature étrange qui décide, sur une opération qui peut paraître bancale, d’investir de l’argent dans le but de faire démarrer une société.

business angel

Sa caractéristique première, mais pas unique, est de posséder le capital qui permet de faire démarrer l’activité. Il entretient une forte relation intuitu personae avec les dirigeants et leur fait confiance dans leur capacité à emmener l’entreprise au bon endroit.

Le Business Devil est quelqu’un qui a la même caractéristique que le Business Angel à ceci près qu’avant d’investir un centime, il fait tout pour challenger les dirigeants avant l’investissement, puis une fois cet investissement réussi, il demande un suivi précis des actions entreprises par le management (sans pour autant les initier dans un premier temps), et exerce de manière claire sa gouvernance dans l’entreprise créée grâce à ses fonds.

On pourrait donc penser qu’il est beaucoup plus agréable d’avoir des Business Angels que des Business Devils. Ces derniers donnent effectivement l’impression de vouloir tout savoir alors que les Business Angels sont surtout focalisés sur leurs retours sur investissement et se désintéressent bien souvent de l’opérationnel. De surcroit, étant donné qu’on ne peut prédire de manière certaine la réussite ou l’échec d’une démarche avant d’avoir les résultats, le Business Devil semble toujours poser des questions qui ne sont « pas d’actualité ».

Choisissons alors un angle, celui du jeu. Un jeu trop simple où les niveaux se passent très facilement perd rapidement de son intérêt. En revanche, savoir répondre au challenge d’un jeu compliqué de Business Devil, qui va remettre en cause les petits points de détails, c’est quoiqu’il arrive, un jeu qui permet d’améliorer et de déjouer les futurs pièges tendus dans des environnements similaires, mais avec des montants tout autres.

Oui, le Business Devil est challenging, s’implique et remet en cause ce qui a été fait et peut paraitre nous faire perdre du temps. Mais heureusement qu’il a posé la question avant le Business Angel qui s’est peut-être endormi pendant que l’entreprise sombrait.

 

 

Que pensez vous de cet article ?