Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Comment la bureaucratie va t elle disparaitre ?

6/23/2014

0 commentaire(s)

Benoit Debray

Comment la bureaucratie est elle apparue ? Grace aux progrès des technologies de communication.

L’écriture et plus récemment le téléphone ont permis de contrôler de manière centralisée des groupes humains de plus en plus importants. « Quand l’empereur Qin unifia le monde (200 avant JC), le chancelier Li Si standardisa l’écriture et interdit les écrits qui n’étaient pas en accord avec le nouveau standard » (voir Chinese characters then and now). L’écriture Chinoise standardisée a permis d'unifier l’empire du Milieu en brisant les particularismes pour y établir à la place  une administration homogène. Il y eut cependant un prix très élevé à payer: standardiser non seulement ne crée pas de connaissances nouvelles mais surtout introduit le germe de la dérive bureaucratique dans les organisations humaines. « La bureaucratie est une organisation qui ne sait plus se corriger de ses erreurs » disait Michel Crozier. Informatiser et  produire de l’information utile sont deux choses très différentes. En enfouissant ces dernières années les savoir–faires métiers dans des programmes informatiques (les ERP), l’informatisation à outrance a obscurci le fonctionnement de beaucoup d’entreprises. Ne voit on pas aujourd’hui des consultants spécialisés proposer, à la manière des archéologues cherchant une vérité perdue, des services de « rétro-documentation » de processus ERP ?

Comment la bureaucratie va t elle disparaitre ? Grace aux progrès des technologies de communication.

bureaucratie

Les plus grands éditeurs de logiciel pour les entreprises constatent maintenant l’avènement inexorable de l’entreprise communicante. L’effondrement des couts de communication et le développement massif du réseau internet détrônent le système bureaucratique de son statut de modèle d’efficacité qu’il occupait jusqu’à présent.  Le bureaucrate ne rationalise que ce qu’ il voit. Il finit par se représenter l’entreprise comme «un monde de coût à réduire», où l’on s’acharne sur des optimums locaux entrainant à la longue des non sens économiques globaux, dépourvus de rationalité. Contrairement à la rationalisation qui n'a d'autres finalités qu'elle-même, la rationalité se doit d’être ouverte sur les données qui la contredisent c’est à dire sur ce qu'elle ne voit pas. Le web matérialise des éléments, comme des opinions ou des relations entre les personnes, que l'on pouvait qualifier autrefois de virtuels pour éviter d'en tenir compte. "Savoir écouter, c'est posséder, outre le sien, le cerveau des autres" pensait Léonard de Vinci. Nous construisons ainsi une représentation du monde enrichie avec des éléments de réalité apportés par le regard des autres. Pour l'entreprise, cela permet enfin de privilégier les critères globaux d’optimisation qui sont à la source de l’agilité indispensable au « business ».

Faut-il s’étonner que les technologies de communication favorisent à une époque la bureaucratie pour la détruire à une autre ? C’est une histoire vielle comme le monde. Ésope racontait que le langage était à la fois la meilleure et la pire des choses. Tout dépend comment on s’en sert. En ce moment nous avons un message clair pour la bureaucratie et c’est : « Dégage ! ».

Que pensez vous de cet article ?