Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

e-Reputation et e-llusion

6/23/2014

4 commentaire(s)

Fabien Salicis

La e-Reputation serait-elle un faux problème ? Et par conséquent, une fausse solution, puisque si on ne pose pas bien le problème à la base, on ne risque pas de donner les bonnes réponses ?

Tout d'abord, pour cet article, je voudrais remercier Thierry, Mounira et Benoit car leurs lumières furent réellement précieuses pour formuler la pensée de l'article !

Le terme e-réputation est souvent évoqué depuis l'émergence des réseaux sociaux.

Et tout particulièrement depuis que certains exemples, tout à fait sporadiques, sont apparus et ont démontré que si on ne contrôlait pas sa visibilité sur le Web, alors de grands malheurs risquaient de nous arriver. C'est vrai, mais cela n'a rien de vraiment nouveau puisque le même schéma est observable dans la vie réelle : si nous nous comportons mal, nous obtenons une réputation tout aussi désastreuse.

L'émergence de la e-Réputation s'est donc surtout construite sur la peur qu’un jour des informations indésirables sur notre personne puissent apparaitre aux yeux de tous sur la Toile et les spécialistes du nettoyage ont pu monter leur business là-dessus. Mais avant toute chose, n'est-ce pas une technique de Ninja que de contrôler son image ? Pourquoi devrions-nous la contrôler si nous sommes suffisamment confiants dans ce que nous faisons tous les jours pour assumer nos actes ? Les spécialistes de la e-Réputation citent souvent l'exemple de l'employée de Cisco qui, très maladroitement, a exprimé le fait sur Twitter qu'elle ne souhaitait pas travailler chez Cisco et qui s'est fait licenciée 2 heures après.

Mais quel était le vrai risque ? Devait-elle aller travailler pour une entreprise pour laquelle elle ne voulait pas travailler ? La décision de Cisco qui a choisi de ne pas la garder suite à son Tweet a-t-elle été la bonne pour l'ensemble des parties ?

e-reputation

Les réseaux sociaux ont finalement joué le rôle de catalyseur vers une issue qui paraissait certaine, à moins que le travail quotidien au sein de l'entreprise ait convaincu la demoiselle de changer d'avis. Sinon, on peut tout de même vérifier que la réaction face au tweet (certes extrême) ait permis à tout le monde de réaliser que ces gens n'étaient pas fait pour travailler ensemble.

Avant toute chose, la notion d’e-Reputation omet souvent de prendre en compte certains éléments tels que les valeurs intrinsèques d'adhésion aux valeurs d'une autre personne ou d'une entité. Si ces valeurs ne sont pas partagées, la réputation ne sert à rien. Elle fera illusion un temps et disparaîtra au détriment du véritable échange de valeurs. Le hacker de Twitter ne s'est pas vraiment fait une bonne presse pourrait-on dire ? Et bien si auprès d'une certaine communauté, et lui a permis de décrocher un job (qu'il n'a pas gardé longtemps, mais encore une fois, si un conflit de valeur s'immisce dans une collaboration, on ne peut rien faire contre). Cela n'enlève en rien le caractère de la personne.

Il serait plus simple de voir la e-Réputation comme le moyen de ne pas se plomber plutôt que de la considérer comme dangereuse à partir du moment où des personnes disent des choses négatives sur nous. Mais dangereuse en quoi ? Dans le fait de devoir défendre son point de vue ? Parce qu’après tout, des conflits de valeurs, on en côtoie tous les jours et s’ils apparaissent sur la place publique, cela devient un danger pour nous si on ne sait pas se défendre mais une véritable aubaine si on sait se défendre. Si les gens font une sélection sur les profils qu'ils consultent sur Internet, ça peut se révéler une bonne chose, ça évite de perdre du temps avec les personnes avec qui nous sommes en conflit de valeurs. A l'inverse,  si le contrôle de la e-Réputation et sa parfaite manipulation permettent de changer la vision a priori de manière positive,  lorsqu’un vrai échange prendra forme, alors n'aurons-nous pas tous perdu notre temps ?

Une bonne e-Réputation peut avoir une création de valeur potentielle tout aussi nulle qu'une mauvaise ou une bonne.

Je vais prendre un point de vue très personnel pour conclure sur ce sujet, en vous disant ce que je pense réellement de la e-Réputation. Je pense intrinsèquement que c'est la même chose que de ne pas en avoir. Car elle ne changera jamais notre vraie réputation qui est la résultante de nos valeurs échangées, démontrées quotidiennement et assumées avec les personnes qui les partagent.

Mais le caractère dispersé et parfois extrêmement tranché du Web nous permet-il de savoir distinguer la vraie réputation des personnes ? Honnêtement, je ne le pense pas. A l'instar du personnage inventé par Barney Stinson, Lorenzo Von Matterhorn, par une e-réputation avisée, on peut très bien réussir à masquer qui on est réellement...;-)

Que pensez vous de cet article ?