Logo OpenWork
'

Entreprendre : 10 conseils indispensables

Futur et Travail-Economie et Travail

8/24/2020

0 commentaire(s)

550 000, c'est précisément le nombre d'entreprises créées en France en 2016. L'entrepreneuriat connaît une croissance sans précédent depuis les années 1980. Entreprendre, c'est, pour beaucoup, synonyme d'être libre. L'entrepreneur n'est pas aux ordres d'un patron, il est libre d'accomplir ce qu'il souhaite, il développe sa propre idée, il est par ailleurs le chef de son entreprise et décide selon ses propres aspirations. En 2016, d'ailleurs, 57% des Français considèrent que l'entrepreneuriat est un bon choix de carrière. L'esprit "start-up" séducteur, s'appuie sur le modèle de petites start-ups qui, aujourd'hui, sont devenues des grandes multinationales (comme Google, Amazon ou Apple). Derrière la volonté d'entreprendre, se cachent souvent des rêves fous de fortune, de changement radical de vie.

Néanmoins, on a trop facilement tendance à oublier que 98% des start-ups ne passent pas un an d'existence. Pourquoi entreprendre, si cela a de grandes chances d'être voué à l'échec ? Et surtout, comment éviter cet échec? Nous vous proposons ici dix conseils, destinés à ne pas vous faire tomber dans l'écueil principal de beaucoup d'entrepreneurs : voir leur projet échouer.

Entreprendre : 10 conseils indispensables

Bien développer son idée

👉 Conseil n°1 : Passer d'une idée folle à une idée réaliste. Les premières idées que l'on peut avoir sont en général des idées souvent extraordinaires, des solutions miracles pour régler des problèmes qu'on estime importants, mais souvent peu réalistes. Entreprendre, c'est savoir mettre en place une idée concrète et faisable. Si l'on part du constat que 98% des start-ups échouent, il faut considérer que ce n'est pas les start-ups en soi, mais plutôt les idées, ou les produits qu'elles proposent qui échouent. Une startup est une institution humaine qui crée des nouveaux produits ou services dans des conditions d’extrême incertitude. Pour commencer à assurer une possibilité de réalisation des produits proposés par les start-ups, il faut rendre réaliste l'idée ou le produit qu'on veut développer.

👉 Conseil n°2 : Réaliser une étude de la concurrence. L'étude de la concurrence (souvent appelée "benchmark" est l'élément capital en entrepreneuriat pour comparer son idée avec ce qui existe déjà sur le marché. Même si son idée paraît totalement novatrice, semble n'exister nulle part, en réalité, lorsqu'on regarde de plus près, on se rend compte qu'elle a déjà été développée, peu ou prou, sous des formes différentes. Pour qu'une volonté d'entreprendre puisse réussir, il faut que son idée se différencie d'autres idées déjà existantes, ou, du moins, apporte une valeur ajoutée. C'est le rôle de l'étude de la concurrence, indispensable pour développer son idée.

👉 Conseil n°3 : Réaliser des interviews clients. Entreprendre, c'est s'adapter au besoin des gens, des différents clients. L'idée qu'on veut développer ne doit pas être que théorique, mais elle doit être aussi pratique, c'est-à-dire qu'elle doit convenir à des clients potentiels. Pour développer son idée, il faut la confronter à des clients potentiels. Il faut donc aller à leur rencontre, leur poser des questions, écouter leurs réponses. Ces interviews sont fondamentaux pour entreprendre, ils peuvent permettre d'infléchir son idée initiale, de l'adapter aux clients potentiels. Ils peuvent permettre aussi de garantir un premier réseau de clients, qui peuvent par cette occasion se trouver intéressés par l'idée.

👉 Conseil n°4 : Elaborer un "minimum viable product". Cette notion est mise en œuvre dans le modèle du "lean start-up" (https://www.lean-startup.net). Il s'agit là d'un modèle d'entrepreneuriat, développé par Eric Ries, qui vise à faciliter la création de nouvelles start-ups, en améliorant leurs chances de pouvoir survivre à la première année. Il s’agit de ne retenir au départ que les fonctionnalités indispensables et présentant un intérêt avéré pour les clients. Seules ces fonctionnalités sont développées et présentées aux clients cibles pour valider l’accroche et avoir des retours rapides et bien réels des utilisateurs. Ainsi, les temps de développement sont réduits, ainsi que les investissements alloués au développement. Ce "minimum viable project" permet d'entreprendre tout en garantissant un retour du terrain, et en permettant d'envisager un infléchissement en cas de besoin.

Savoir s'entourer

👉 Conseil n°5 : s'associer avec des gens dont les compétences sont variées. Pour entreprendre, il faut rassembler autour de soi différentes compétences : des ingénieurs, qui pourront permettre de développer un produit en particulier, des gens ayant des compétences en codage, des graphistes pour développer un site internet, mais aussi des spécialistes en marketing pour développer la marque du nouveau produit, ou des conseillers en finances, pour s'occuper de l'aspect financier des produits proposés.

👉 Conseil n°6 : s'associer avec des gens avec qui on s'entend bien. Une équipe qui fonctionne est une équipe qui s'entend bien. Nous avons déjà réfléchi sur la question de savoir s'il était opportun de s'associer avec des amis dans un précédent article. Le conseil que nous pouvons donner, c'est que si s'associer avec des amis permet de mieux travailler, alors il ne faut pas hésiter. Néanmoins, s'associer avec des amis comporte toujours le risque de faire déborder la vie personnelle sur la vie professionnelle, et peut donc mener à l'échec du projet. A vous de voir, donc.

👉 Conseil n°7 : savoir motiver son équipe. Un projet entrepreneurial ne peut fonctionner que si toute l'équipe est motivée autour du projet. C'est là où l'entrepreneur doit savoir mettre en œuvre ses "soft skills", c'est-à-dire ses capacités de leader, ses capacités d'insuffler du sens à une idée qu'il veut mettre en place, et à s'assurer autour de lui la confiance de son équipe.
Une équipe compétente, qui s'entend bien et qui est motivée a toutes les chances de réussir son projet. La réussite d'un projet ne dépend pas uniquement de la solidité du projet, mais aussi beaucoup de la capacité d'une équipe à bien fonctionner.

Préparer son plan, pragmatiquement

👉  Conseil n°8 : demander aux gens des fonds. Il ne faut pas hésiter à demander des fonds à des gens qu'on connaît pour entreprendre, et pour développer en pratique son idée. Qu'il s'agissent de gens de sa famille, d'amis, ou même de banques, lorsqu'on demande, on se rend compte généralement que les gens sont davantage enclins qu'on ne le pense à nous prêter. Les étapes précédentes, qui visent à bien développer l'idée avant d'entreprendre, ont pour but de permettre à l'idée de fonctionner, et donc de permettre à l'argent investi d'être rentable.

👉  Conseil n°9 : avoir recours aux BA ou aux VC. Les BA sont les business angels, et les VC sont les venture capitalists. Ce sont deux pourvoyeurs de fonds, qui peuvent aider les entrepreneurs à entreprendre et à mettre en place leurs idées. Il faut alors bien se préparer : le rôle d'un business angel ou d'un venture capitalist n'est pas nécessairement celui de la famille ou des amis qui prêtent de l'argent. Il va chercher à le récupérer, et à viser la rentabilité. Il faut donc bien préparer son dossier, lui prouver que l'idée est susceptible de marcher (d'où l'importance des conseils précédents). Il va falloir savoir le convaincre.

👉  Conseil n°10 : savoir faire évoluer son produit dans le temps. Pour qu'une idée fonctionne dans le temps, elle doit aussi s'adapter à l'évolution de la demande. Si Google ou Apple sont devenus ce qu'ils sont aujourd'hui, c'est qu'ils ont su faire évoluer leurs produits à la conjoncture et à la demande. Entreprendre, c'est aussi être à l'écoute, évoluer, ne pas rester cantonné à une seule idée. Il faut toujours garder de la souplesse, savoir modifier son idée. C'est gage de réussite.

Que pensez vous de cet article ?