Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Entropie des organisations par Benoit Debray

6/23/2014

3 commentaire(s)

Benoit Debray

Entropie des organisations- Benoit Debray

Le terme que nous avons choisi pour différencier notre activité de portage salarial, « Plasma Collaboratif », ne laisse pas indifférent.  Certains l’aiment, d’autre pas, tous sont surpris. Ce qui est en général un bon début pour commencer une relation.

Dans le choix du terme de « plasma collaboratif » se cache une vision de l’entreprise radicalement différente de la vision classique, en particulier sur le sujet très controversé de « l’entropie des organisations ». Quand on emprunte un concept de la Physique pour l’appliquer dans un domaine  tel que l’entreprise, on génère souvent des incompréhensions donc souvent, des controverses.

Que nous dit la vision classique sur « l’ entropie des organisations » ?

Elle nous dit que l’organisation est une coalition de groupes d'individus aux objectifs potentiellement conflictuels. Cela veut dire que chaque individu n’ajustera pas toujours ses efforts aux intérêts de l'organisation. Par exemple, les dirigeants pourront négliger des décisions stratégiques au profit de décisions opérationnelles, entretenant un conflit avec les actionnaires au sujet des critères de maximisation du profit.  Un autre exemple est celui du système hiérarchique censé régir les rapports d’autorité entre supérieurs et subordonnés. Il s’agit d’un « réseau vertical » sur lequel l’organisation s’appuie pour se maintenir ou se renforcer. Simultanément, un « réseau horizontal », symbolisant les relations informelles entre individus, apparait inévitablement.

L’analogie avec le concept physique d’entropie démontrerait alors que l’efficacité du réseau vertical, c'est-à-dire le signal « utile », s’érode progressivement au profit de celle du réseau horizontal, c'est-à-dire le bruit qui par définition se répand. Apparait donc une tendance irrémédiable au déclin pour les organisations, ce qui semble conforme au second principe de la thermodynamique (l’entropie augmente toujours).

Pour éviter de décliner, il faudrait donc rétablir constamment le système hiérarchique. En poussant à la limite ce raisonnement on aboutit au Taylorisme qui part du principe que les subordonnés  n’ont  ni la capacité, ni la motivation nécessaires à l’optimisation scientifique des taches. Ils ne prennent pas d'initiatives et fuient les responsabilités. Il  faut les diriger avec fermeté.

Cette vision caricaturale de l’entreprise comme un système clos, fonctionnant selon des règles préétablies, ignorant à la fois les relations entre les personnes et celles de l'entreprise avec son environnement, représente pour moi le niveau d’ entropie maximal.

C'est-à-dire celui qui correspondrait au plus grand désordre, en contradiction totale donc avec la vision classique.

Revenons à la physique pour essayer de résoudre cette contradiction. Que nous dit-elle ?

Les travaux récents de Cédric Villani, qui lui ont valu la prestigieuse médaille Fields en mathématiques, nous montrent que dans certaines circonstances, un phénomène peut converger vers l’équilibre sans augmenter l’entropie. Alors que dans un gaz, les particules s’influencent les unes les autres uniquement lors de leurs collisions, les particules d’un plasma s’influencent aussi à distance. Cela vient du fait que dans un plasma les particules sont chargées (pensez à un ensemble d’électrons séparés de leurs noyaux). En flottant librement, elles créent un champ électrique qui en retour influence leurs déplacements. Pour modéliser le comportement d’un plasma il est indispensable de prendre en compte les relations à longue distance entre les particules qui le composent.

Ce modèle de « plasma » est très utile pour imaginer des formes d’organisations beaucoup plus adaptées au monde actuel interconnecté que la vision classique autocentrée sur les processus de production. Au sein du collectif « Le Monde Après », ce modèle est à notre disposition pour asseoir notre activité de consultants en proposant des solutions innovantes, adaptées et collectives à nos clients.

Que pensez vous de cet article ?