Faire le Point..!

Economie et Travail

6/23/2014

10 commentaire(s)

Benoit Debray

Faire le Point ! - Ne pas avoir de vision stratégique pour son entreprise est embêtant, avoir de multiples visions, en conflit les unes avec les autres, l’est encore plus ! A ce stade de la démarche stratégique proposée par ce blog, nous estimons disposer d’un cadre solide, partagé et compris par tous: le segment stratégique avec ses facteurs clés de succès. Celui-ci documente suffisamment la vision stratégique pour que l’entreprise puisse se mettre en mouvement. Ce cadre est spécifique pour l’entreprise considérée : il tient compte de la position de l’entreprise sur ses marchés, de ses savoir-faires et de ses valeurs. Si vous pensez que cela n’est pas clair, s’il vous plait relisez les articles précédents ou bien contactez moi pour en discuter !

faire le point

faire le point

Faire le point ne vise donc pas à faire une analyse exhaustive des différentes configurations stratégiques correspondantes au portefeuille d’activité détenu par l’entreprise. Il s’agit de créer les conditions pour mettre en mouvement l'entreprise vers le futur qu’elle s’est choisi. Les questions à résoudre sont donc très simples : D’où partons-nous ? Vers où devons nous nous diriger ? En reformulant ces deux questions dans des termes un peu plus "stratégiques" cela donne : Comment exploiter au mieux la position actuelle occupée par l'entreprise pour qu'elle se mette en mouvement ? Comment identifier les ressources utiles au mouvement dans l’environnement et évaluer le chemin à parcourir pour les atteindre ?

Pour répondre à ces questions il faut examiner le nombre de combinaisons possibles entre les innovations potentielles accessibles à l'entreprise et l’existence de groupes clients susceptibles de les utiliser. Ce nombre exprime le potentiel de différenciation du segment stratégique que l'on a choisi d'occuper, c'est-à-dire la possibilité d’atteindre des cibles intéressantes et libres de concurrence. Si ce nombre est trop faible (disons inférieur à 4) on se trouve dans un segment stratégique déclinant qu’il convient donc de redéfinir en élargissant la nature et l’objet des activités de l’entreprise pour détecter un environnement concurrentiel plus favorable. Pour cela il est nécessaire de prendre de la hauteur comme l’a fait Bertrand Piccard avec son ballon. Le choix du segment stratégique est fondamental, il ne faut pas hésiter à recommencer l’étape « Préparer le Navire » si nécessaire.

Faire le point consiste à évaluer la pertinence de l’ensemble des compétences possédées par l'entreprise comme point de départ pour déplacer l’entreprise vers une position unique au cœur des mécanismes de création de valeur de ses clients. Par construction, chaque Facteurs Clefs de Succès (FCS) contient une composante reliée à l’offre (levier technique au sens large) et une composante reliée à la demande (levier marketing). En rassemblant toutes les composantes reliées à l’offre, on construit une liste de voies d’améliorations innovantes de cette offre. En appliquant la même méthode aux composantes reliées à la demande, on bâtit une liste d’attentes non satisfaites du marché provenant de « groupes clients » partageant des comportements d’acheteurs similaires. On dispose d'un point de départ solide lorsque l'intersection des deux listes donne un nombre suffisant de combinaisons possibles. Chaque combinaison est une opportunité future vers laquelle l’entreprise pourra se diriger.

Le réseau social d’entreprise (RSE) doit, la aussi, être exploité pour, dans un premier temps, organiser et dynamiser les échanges permettant de trouver ces opportunités futures et, dans un deuxième temps, inclure les clients dans ce processus. Faire participer les clients est la méthode la plus efficace pour comprendre comment accroitre la valeur des prestations fournies. On peut pour cela développer des compétences nouvelles ou bien reconfigurer la manière dont on doit interfacer nos prestations avec eux. Nous voulons nous diriger vers les cibles qui représentent le plus d’impact possible sur la valeur perçue par le client. Cela peut impliquer de s’engager à faire un voyage, comme Christophe Colomb en son temps, que personne n’a osé entreprendre auparavant.

Faire le Point ! , Benoit Debray- Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?