'

the Blog

Tous les articles

Nos Derniers Articles

Décrocher une mission portage salarial : prêt à relever le défi ?
Portage Salarial

-

FAQ
Marre des fins de mois difficiles ? Vous aussi rêvez de séjours à Bali entre deux missions, mission portage salarial ? Pour réussir à trouver une mission dans le portage salarial, il n’existe pas vraiment de secrets jalousement gardés. Il faut disposer d’une compétence rare dans un domaine qui soit ponctuelle pour une entreprise. Une fois celle-ci acquise ou identifiée, voici comment la faire fructifier en 3 points: Trouver une mission de portage salarial grâce à internet Rare fut un secret si bien gardé. En effet, internet joue un rôle prépondérant pour trouver une mission dans le portage salarial. Du moins, internet ouvre de nombreuses portes. Il existe plusieurs sites internets tels que Missioneo, Comet ou encore Upwork dans lesquels vous pouvez fouiller pour trouver quelques contacts utiles. Néanmoins, un bon freelance a appris à cultiver son réseau et à s’en servir pour trouver de nouvelles missions. Puiser dans ses réseaux sociaux : mission portage salarial Cultivez-votre réseau, c’est votre meilleur allié ! En effet, le métier de freelance est beaucoup du bouche à b... oreille donc ne vous endormez jamais sur vos lauriers. Pour accroître son réseau, il convient de commencer par LinkedIn. Pour comprendre les bases de LinkedIn, vous pouvez consulter cet article puis travaillez davantage votre “présence digitale” grâce à cet article. Trouver une mission de portage salarial grâce à son réseau Votre réseau professionnel doit être au centre de toute l’attention. Grâce à votre emploi précédent, vous avez ainsi pu acquérir une riche expérience et de nombreux contacts. Maxime Maeght, l’auteur de “ Étudiants, jeunes professionnels : comment construire votre réseau ” chez Eyrolles, déconstruit de nombreux idées reçues sur le réseautage. Avec les réseaux d’expatriés comme Internations et sur Facebook, vous trouverez en compagnie d’une communauté internationale de consultants et freelances où que vous soyez. Il n’existe pas une vérité absolue pour trouver une mission en portage salariale. Néanmoins, si vous avez les compétences et le bon réseau, il semble que vous avez déjà fait le plus dur. Il ne reste qu’à itérer sans cesse pour vous améliorer sans relâche. Dans le monde du portage salarial, rien n’est acquis. En aucun cas, il est prérequis de sortir d’une grande école d’ingénieur ou avoir une expérience comme consultant d’un Big Four pour réussir brillamment à trouver des missions de portage salarial.
L'allocation travailleur indépendant (SASU / SARL) en bref
Portage Salarial

-

FAQ
À compter du 1er novembre 2019, les travailleurs indépendants (en SASU / SARL) en cessation d'activité seront indemnisés selon certaines conditions. Cette allocation travailleur indépendant (SASU / SARL) qui reste néanmoins inférieure à celle du salarié permettra aux entrepreneurs individuels d'avoir une petite compensation afin de pas tomber à 0 directement. C'est une annonce de campagne d’Emmanuel Macron qui fut promise au 1er janvier mais retardée de quelques mois en raison du contexte social. Désormais, les travailleurs indépendants forcés de cesser leur activité à cause d’un redressement ou d’une liquidation judiciaire pourront alors bénéficier d’une l’allocation chômage. Sous quelles conditions peut-on bénéficier de cette allocation ? Cet article vous décrit les modalités d’obtention. Qui pourra bénéficier de l’allocation travailleur indépendant ? Les travailleurs indépendants, chefs d'entreprise ou gérants associés, exploitants individuels (artisans, commerçants ou profession libérale), ou le conjoint collaborateur, pourront bénéficier de l'assurance chômage sous certaines conditions. Plus exactement, sont considérés comme travailleurs indépendants les personnes mentionnées à l'article L. 611-1 du code de la sécurité sociale, aux articles L. 722-1 et L. 731-23 du code rural et de la pêche maritime, aux 4° à 6°, 11°, 12°, 23°, 30° et 35° de l'article L. 311-3 du code de la sécurité sociale et à l'article L. 382-1 du même code. Quelles sont les conditions pour bénéficier de l’allocation travailleur indépendant ? Les bénéficiaires de l’allocation travailleur indépendant sont ceux qui satisfont à des conditions de ressources, de durée antérieure d'activité (deux ans sans interruption) et de revenus antérieurs d'activité (10 000 euros par an). De surcroît, le travailleur indépendant doit répondre à l’une des deux conditions suivantes : l’entreprise a fait l'objet d'un jugement d'ouverture de liquidation judiciaire (dans les conditions prévues à l'article L. 641-1 du code de commerce, à l'exception des cas prévus à l'article L. 640-3 du même code). l'entreprise a fait l'objet d'une procédure de redressement judiciaire dans les conditions prévues au titre III du livre VI dudit code, lorsque l'adoption du plan de redressement est subordonnée par le tribunal au remplacement du dirigeant conformément à l'article L. 631-19-1 du même code. Le montant de l’indemnisation de l'Allocation travailleur indépendant L’allocation travailleur indépendant est fixée par un forfait de 26,30 € par jour en métropole et en outre-mer (sauf à Mayotte), ce qui donne à une indemnisation comprise entre 789 et 815,30 euros par mois, en fonction du nombre de jours par mois. Allocation travailleur indépendant : La durée d’indemnisation Celle-ci sera versée pendant 182 jours calendaires. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter l’ article 52 de la Loi et le décret du 30 septembre. En conclusion, la réforme de l’assurance chômage apporte une sécurité accrue pour les travailleurs indépendants. Pour tirer un maximum de profit, vous pouvez consulter cet article du blog pour mieux rebondir en période de chômage.
Formation à distance : trouvez celle qui vous convient !
Futur et Travail

-

FAQ
Trouver une formation à distance est simple. Trouver la bonne est moins évident. Les besoins et les attentes diffèrent pour chaque individu. Il convient avant tout de bien définir votre projet professionnel et de prendre conscience de la détermination que vous pourrez y consacrer. En effet, accomplir une licence de droit par le CNED ou suivre un MOOC de 4 heures en ligne n’est pas la même chose. Prenez donc le temps nécessaire pour délimiter votre projet et vos moyens. Il est inutile de s’engager dans une aventure sans avoir pris conscience des sacrifices à accomplir pour y parvenir. Vous serez certainement intéressé par ce papier introductif sur le sujet. L’article ci-après énumère les principales plateformes de formation à distance, de la plus facile à la plus difficile. Khan Academy, pour le plaisir ou ses enfants La Khan Academy a été créée par un brillant étudiant passé par Harvard et le M.I.T. C’est une plateforme de formation à distance pour les petits comme les grands. La clé de son succès réside dans son format inhabituel pour des cours : des vidéos courtes (moins de 10 minutes) qui illustrent une notion ou un point particulier. Pour s’entraîner et mémoriser, la Khan Academy exige l’accomplissement d’exercices et de tests. Il est possible d’y apprendre les mathématiques, l’histoire ou les sciences humaines du collège jusqu’au statistiques et la préparation au GMAT à un niveau universitaire FUN Mooc, pour se divertir Suite à une initiative du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en 2013, la plateforme FUN héberge de nombreuses formations universitaires dans des domaines extrêmement variés. Elle s’adresse ainsi à un public éduqué et curieux. Les cours sont d’une grande qualité et concis. Collège de France, une formation à distance d’exception Qui aurait cru que l’un des plus célèbres lieux d’enseignement en France offre de visionner les cours magistraux en ligne ? C’est pourtant le cas du Collège de France. Des milliers de vidéos sont ainsi disponible en ligne et permettent de voir ou de revoir les cours parfois grandioses des plus grands scientifiques du monde entier. Pour ceux qui n’ont pas de diplôme de l’Ecole Normale Supérieure, de Harvard ou de la London School of Economics, vous pouvez maintenant suivre les mêmes enseignements gratuitement depuis votre canapé. Udemy, la formation personnelle à distance C’est l’une des plateformes les plus utiles que vous pouvez trouver sur la toile. Loin des sujets académiques et théoriques, vous pouvez apprendre à utiliser Excel ou à danser la Salsa grâce à Udemy. L’offre est gigantesque puisque chaque utilisateur peut poster sa formation. Certains professionnels gagnent des centaines de milliers d’euros (plutôt des dollars en fait) en offrant un savoir unique. Openclassrooms, pour les geeks C’est LA plateforme pour apprendre les nouveaux métiers du web. Data, Design, Java, Python etc. Il est possible de tout apprendre sur Openclassrooms. Il existe des formations certifiantes ! 360 Learning, pour les pros Cette plateforme se distingue des autres car elle est surtout utilisée par les grands groupes. 360 Learning offre l’infrastructure pour créer une université au sein même d’une grande entreprise et de favoriser des carrières interne. Très utile pour évoluer professionnellement ! Coursera et edX, pour les anglophones Coursera et edX offre des cours d’universités américaines au grand public. Ce sont les plateformes les plus connus. Il faut toutefois payer des sommes assez importantes pour s’offrir le luxe de suivre une formation certifiante par Harvard ou Columbia. C’est un moyen idéal pour sortir du cadre d’enseignement à la française ! CNED, la formation à distance ultime Comment parler de formation à distance sans parler du CNED ? Des centaines de milliers d’élèves et d’étudiants depuis 1939. Une formation en droit jusqu’au Master donnant le diplôme de la Sorbonne via le Cavej. Cette formation à distance s’adresse aux plus déterminés à décrocher un diplôme. Décrocher un diplôme par le CNED est chaque fois un exploit. Très souvent sont ceux qui voyagent aux quatre coins du monde ou travaillent en parallèle. Quelque soit la formation à distance choisie, il est nécessaire d’établir son projet en amont. En effet, le taux d’abandon est énorme et c’est dommage étant donné les possibilités d’enrichissement personnel incroyable à portée de clics.
Salarié et indépendant : un entre-deux avant le grand saut ?
FAQ

-

Portage Salarial
Salarié et indépendant : un entre-deux avant le grand saut ? Dans un contexte économique qui valorise de plus en plus la flexibilité des professionnels, et parfois trop, il est devenu commun de voir des salariés se lancer dans des projets indépendants, pour profiter des deux statuts ou pour simplement tester avant de concrétiser leur projet d’entreprise. Quelles sont les obligations liées à cette double activité ? Quelles options se présentent aux employés qui veulent être à la fois salarié et indépendant ? Tout d’abord, un point juridique. D’après le site Service Public pro, salarié et indépendant ne sont pas soumis au même régime juridique : “ Le travailleur indépendant et le salarié ne sont pas soumis au même régime. Le critère principal qui permet de les distinguer est le lien de subordination juridique. ” Salarié et indépendant se distinguent donc par le critère du lien de subordination princiapelement, puisque tous les deux disposent de contrats auprès d’une entreprise. Plus précisément, est travailleur indépendant la personne qui remplit l'une des conditions suivantes d’après le service public professionnel : être immatriculé au titre de son activité auprès d'un organisme d'affiliation (registre du commerce et des sociétés, répertoire des métiers, registre des agents commerciaux, Urssaf) ; être dirigeant d'entreprise ; exercer une activité commerciale relevant du régime micro social ; se fixer soi-même ses conditions de travail, à moins qu'elles ne soient définies par le contrat avec le donneur d'ordre. Pour ceux qui ne jurent que par cette activité d’indépendant, une définition plus approfondie de l’indépendance, à la fois comme attitude et travail peut être intéressante, par exemple en créant sa boîte. Mais cela veut-il dire que salarié et indépendant ne sont pas deux activités et statuts cumulables ? Un avant-goût de l'entrepreneuriat, ou deux activités cumulables ? Ces deux activités sont dans les faits cumulables selon le temps que vous avez à attribuer, et selon quelques éléments constitutifs de votre contrat de travail. Ainsi, les clauses de votre contrat de travail et les conventions collectives dont vous relevez, notamment la clause d’exclusivité et la clause de non-concurrence, peuvent influer sur votre activité d’indépendant : à vous de vérifier que votre employeur l’autorise. Plus largement, les freins à la cumulation de ces deux statuts peuvent se résumer comme suit : - Non-concurrence : L’activité exercée en parallèle ne doit pas faire concurrence à l’entreprise dans laquelle on est salarié. - Contrat de travail : Avant de vous lancer, il faut vérifier que le contrat de travail ne comporte pas de clause d’exclusivité, ou qu’il ne nécessite pas de l’approbation de votre employeur pour une activité indépendante. - Fonction publique : Les fonctionnaires ne peuvent exercer un emploi privé cumulé à leur emploi public. Il existe toutefois certaines exceptions. - Durée légale du travail : La durée légale du travail est limitée à 10 heures par jour et 48 heures par semaine (44 heures par semaine pendant une période de 12 semaines consécutives). Votre double activité ne doit pas dépasser ces limites de temps. - Activité principale : Votre activité de salarié reste la principale dès lors que vous effectuez au moins 1200 heures et que votre revenu est supérieur ou égal à celui de votre activité d’indépendant. - Cotisation sécurité sociale/retraite : vous devez obligatoirement cotiser à la fois pour le régime salarié et indépendant, à moins d’opter pour le portage salarial. Le portage salarial, l’entre deux idéal ? Le portage salarial permet en effet d’avoir un avantage non-négligeable pour cumuler un emploi salarié et une activité indépendante : en portage, vous bénéficiez du statut de salarié et de ses avantages associés, tout en exerçant une activité indépendant. Cela vous permet donc de cotiser normalement au régime général, et vous évite donc d’avoir à cotiser au régime des indépendants dans le cadre d’une autre activité. Salarié et indépendant : c’est donc possible, mais surtout, le portage salarial offre un entre-deux intéressant pour ne pas être lésé par la cumulation de ces deux activités. Pour y voir plus clair sur les conditions financières qu’impliquent le portage, vous pouvez notamment consulter cet article sur le détail des frais, ou encore sur la définition d’indépendant dans le cadre du portage.
Tout ce qu'il faut savoir sur la CNIL
Digital et Travail

-

FAQ
Tout ce qu’il faut savoir sur la CNIL La CNIL existe depuis 1978, mais nombreux sont ceux qui ignorent encore à quoi cette commission sert. Découvrez toutes les infos importantes sur la CNIL ! La CNIL : c’est quoi ? La commission nationale de l’informatique et des libertés “ CNIL ” est une autorité administrative indépendante. Elle a été crée en 1978 par une loi, et ses statuts ont été modifiés au fur et à mesure pour prendre en compte l’essor d’internet. L’objectif principale de la CNIL est de vérifier que les usages informatiques sont conformes à la loi française et européenne. La commission est composée par 17 membres qui sont élus par les deux chambres du Parlement. Les 17 membres élisent ensuite un ou une président.e. En plus de la direction collégiale, 199 agents travaillent pour la commission. Les missions de la CNIL La CNIL possède quatre missions principales. Protéger et informer les citoyens, mais aussi les entreprises. La CNIL fournit tous les renseignements nécessaires à la protection des données personnelles, mène des actions de sensibilisation et met à disposition depuis son site internet des outils pratiques et pédagogiques. Accompagner et conseiller le législateur. La CNIL peut donner son avis sur des projets ou des propositions de loi, ou des décrets. Elle peut également intervenir dans les entreprises. Contrôler et sanctionner. La CNIL est habilitée à effectuer des contrôles dans les administrations ou dans les entreprises. Comme un inspecteur du travail, le représentant de la CNIL doit avoir accès à tous les locaux et demander l’accès à tous les programmes informatiques. Après un contrôle, la CNIL peut dénoncer les infractions au Procureur de la République et imposer une sanction financière pouvant aller jusqu’à 3 millions d’euros. Anticiper et innover. Les enjeux liés à la protection des données personnelles ne font que se renforcer. La CNIL mène un travail de recherches pour anticiper les impacts de ce nouvelles tendances, grâce à un comité de prospective qui fait appel aux meilleurs spécialistes issus du privé et du public. La CNIL est l’organisme de référence pour tout ce qui concerne la protection des données personnelles. Toutes les fiches pratiques de leur site internet vous explique tout ce qu’il y a à savoir sur le droit au référencement, sur la vidéosurveillance ou vous fournit des modèles de courrier pour ne plus recevoir de publicités par exemple. Plus récemment, la CNIL a mis en ligne une formation sur le Règlement Protection des Données Personnelles (RGPD) entré en application en mai 2018 et qui met en place des normes inédites en matière de protection des données au niveau européen. La CNIL est chargée du contrôle de l’application de ce règlement, et peut en oeuvre des moyens dissuasifs contre les entreprises qui ne le respecterait pas. Pour aller plus loin : https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/comment-gerer-sa-e-reputation https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/le-droit-loubli-en-entreprise https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/la-liberte-du-travailleur-du-savoir-entre-droit-et-devoir-de-deconnexion
Travailler à l’étranger : quelques pistes
Bonheur et Travail

-

FAQ
Pour une histoire d’amour, une expérience inoubliable ou de meilleures conditions de travail, rien ne devrait vous retenir de partir travailler à l’étranger. Par ailleurs l’environnement de l’emploi est de plus en plus instable, “flexible” comme les libéraux aiment à le décrire. Plutôt que de subir la mobilité, prenez-en le contrôle. Une expérience professionnelle à l’étranger présente autant d’atout dans le pays d’accueil que dans votre pays d’origine. Comme chacun le sait, la France importe beaucoup (un peu trop pour certains) mais la France est un net exportateur dans les services. L’hexagone compte notamment des champions internationaux et les revenus primaires (soit le rapatriement des recettes à l’étranger) constituent une importante part de la richesse nationale. Le secteur des services Made in France est en effet très apprécié à l’étranger. Que diriez-vous d’en profiter ? Voici quelques conseils pour une excitante vie de consultant à l’étranger. Travailler à l’étranger en étant salarié porté en France Disposez-vous d’une compétence recherchée et/ou d’une expérience appréciée dans le monde du travail ? En choisissant le portage salarial, vous faites un premier pas pour pouvoir travailler à l’étranger. En effet, les activités de services sont plus facilement exportables que des produits manufacturés. Il vous “suffira” ainsi de vous appuyer sur vos réseaux pour exporter vos compétences. Mais au préalable, il convient de développer son activité dans le pays où vous vous trouvez actuellement, soit en France. Après plusieurs missions, vous pouvez commencer à vous appuyer sur vos acquis pour développer votre réseau. Pour cela, il existe de très nombreux Meetup “Carrière et Business” à explorer. Une autre manière de préparer son départ est de s’expatrier avant l’heure en prenant part à la communauté InterNations. Enfin, il convient d’optimiser sa présence web et sur les réseaux sociaux dans le pays ciblé. Vous pouvez acquérir ces compétences grâce au Google Digital Garage. Développer son activité à l’étranger Pour vous aider à partir travailler à l’étranger, vous devrez d’abord comprendre comment fonctionne le marché du pays d’accueil. Pour cela, appuyez-vous sur les fiches pays de GoingGlobal. Eventuellement, vous pouvez aussi opter pour une expérience salariée de courte durée dans le pays d’accueil avant de vous lancer comme consultant indépendant. De nombreuses offres dans le secteur des start-ups (et qui ne nécessitent souvent de ne parler que l’anglais) sont par exemple disponibles sur le site welcometothejungle.co. Il est temps pour vous de partir à la conquête du monde. Avant de nous quitter, vous pouvez visionner cette vidéo sur le télétravail qui peut constituer une autre manière pour travailler à l’étranger !
Portage salarial ou auto entrepreneur : récapitulatif
Portage Salarial

-

FAQ
Choisir entre portage salarial ou auto entrepreneur n’est pas simple, surtout lorsque l’on n’a même pas débuté son activité. Plutôt que de rester les bras croisés et réfléchir ad vitam aeternam sur le sujet, cet article propose de classifier les principales caractéristiques des deux régimes. A gauche figure le portage salarial et à droite le régime auto-entrepreneur. Ainsi le choix vous sera plus aisé. Portage salarial ou auto entrepreneur : les tâches administratives Commençons la comparaison par les formalités administratives et la forme juridique. Le match semble a priori serré car les deux formes juridiques affichent des formalités simplifiées. Néanmoins, le portage salarial se distingue par une absence presque totale de formalités administratives puisque celles-ci sont à la charge de la société de portage salarial. Chez OpenWork, prenez une photo de votre facture depuis votre application MonCompte, on s’occupe du reste ! Portage salarial Auto-entrepreneur Formalités administratives quasiment absentes. Facturation et gestion gérées par la société de portage. Formalités de création réduites. Facturation à la charge de l’entrepreneur. Comptabilité réalisée par la société de portage salarial Comptabilité par l’auto-entrepreneur ou un expert-comptable Accompagnement par la société de portage (communauté, réseau des portés, cartes de visites, visibilité en ligne, adresse mail, ...) Aucun accompagnement Aucun délai de paiement car c’est la société de portage qui s’occupe de tout Délai éventuel de paiement de la part des clients Il est à noter que l’auto-entrepreneur est seul contrairement au porté. Pour vous en donner un aperçu, vous pouvez visionner cette vidéo : Portage salarial ou auto entrepreneur : protection sociale Comparons maintenant les protections sociales. Le portage salarial offre les mêmes avantages que le salariat. Vous pouvez ainsi bénéficier de l’arrêt maladie et recevoir une indemnisation journalière. Pour plus d’informations sur ce sujet, vous pouvez consulter cet article du blog. Concilier protection sociale et indépendance est définitivement le point fort du portage salarial ! Bénéficie du statut de salarié (de l’entreprise de portage) Bénéficie du statut d’entrepreneur individuel Protection sociale du régime général Régime social des indépendants Couvert par l’assurance chômage Non couvert par l’assurance chômage Possibilités de maintenir les allocations chômages Possibilités réduites de maintenir les allocations chômages Couvert par une assurance responsabilité civile professionnelle Responsabilité illimitée (sauf auto-entreprise à responsabilité limitée) Portage salarial ou auto entrepreneur : salaire, retraites et cotisations Si la protection sociale dans le portage salarial est aussi élevée, c’est parce que les cotisations sociales sont elles aussi élevées. Environ 50% de votre salaire brut sera prélevé. C’est votre décision en fonction de vos préférences qui doit ainsi trancher la question. Pour tout savoir sur les inconvénients du statut auto entrepreneur, vous pouvez consulter cet article du Coin des Entrepreneurs. Salaire net est environ égal à 50% du salaire brut Votre salaire sera votre chiffre d’affaires moins charges et cotisations sociales Aucun plafonnement du chiffre d’affaires Plafonnement du chiffres d’affaires Déductibilité possible des frais de missions et frais de fonctionnement inhérents à l’activité Déduire ses frais n’est pas possible Activités de services (typiquement consultant) Activités de services, d’artisanat, commerciales Soumis à la TVA Franchise de TVA jusqu’à 82 800 EUR pour la vente de biens et 33 200€ pour les services et les activités non commerciales Droit à la formation Droit à la formation si l’entrepreneur verse une contribution à la formation professionnelle Cotisation pour la retraite en fonction des missions accomplies Cotisation pour la retraite en fonction du chiffre d’affaires En conclusion, le choix entre portage salarial ou auto entrepreneur vous appartient mais doit être rapidement tranché. Il vaut mieux s’attarder sur votre produit/service que sur la forme juridique ; du moins au départ. Ne pas rapidement trancher la question, c’est perdre du temps sur l’exécution de votre projet. Vous pouvez aussi parfaitement cumuler le portage salarial et le statut d’auto entrepreneur. Il convient de contacter les services OpenWork pour de plus amples informations au +33 983 536 628.
Le portage salarial a-t-il des inconvénients ? quels sont les grands principes du portage salarial ?
Portage Salarial

-

FAQ
Portage salarial inconvénients : on vous dit tout. Le portage salarial est une relation tripartite entre un professionnel, le “porté”, la société de gestion et le client ou l’entreprise qui fait appel au porté. Le salarié bénéficie de la gestion administrative de ses missions. Mais quels sont les inconvénient du portage salarial ? Portage salarial inconvénients ou filet de sécurité ? Lorsqu’on pense au portage salarial, ce sont surtout les avantages qui ressortent : indépendance, autonomie, moins de charges administratives … Difficile de trouver des inconvénients. Mais le portage salarial n’est pas forcément la solution adaptée à tout le monde. Sur ce point, la dernière étude sur le sujet réalisée par l'IFOP en 2016 montrait que les actifs ne seraient prêts à quitter le salariat que sous certaines conditions. A la question "Seriez-vous prêt à devenir indépendant tout en conservant des éléments de protection lié au statut de salarié ", 57% des sondés répondent ainsi favorablement. Ils ne sont que 21% à se prononcer avec certitude et 36% à envisager cette solution comme probable. Pour avoir en tête la définition d'une entreprise de portage, vous pouvez aussi lire cet article sur les valeurs et l'identité du portage salarial. Alors, portage salarial inconvénients ? En réalité, pour s’y retrouver, il faut décortiquer les frais. Le coût du portage salarial est composé de trois éléments principaux : les commissions prélevées par la société de portage, les cotisations patronales versées par les sociétés de portages, les cotisations salariales précomptées au « porté » et versé par la société de portage. Du côté de l’entreprise de portage, celle-ci se rémunère avec les commissions prélevées sur les honoraires du client. Ces commissions représentent 7 à 11 % des honoraires. Puis, les cotisations sociales sont prélevées sur le montant restant, cela représente à peu près 75 % du montant des honoraires nets de la commission de portage. Dans le cas d' OpenWork le monde après, 80% du chiffre d’affaire est réinvesti pour la communauté de consultants (ateliers, événements et service complet pour développer une activité sont mis en place). Ce type de service supplémentaire varie selon les sociétés de portage. Les coûts du portage sont d'ailleurs aussi détaillés dans cet article. Pour se faire une idée, par exemple, sur 10 000 € d’honoraires facturés au client final, on obtiendra : montant facturé hors taxes : + 10 000 € commission de la société de portage salarial : - 600 € cotisations patronales : – 2 800 € cotisations salariales : – 1 450 € salaire net environ : 5 000 € Tous ces frais sont évidemment détaillés sur une feuille de salaire produite par la société de portage (les 5 000,00 € seront encore soumis à l’impôt sur le revenu). Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez aussi lire " comment lire une fiche de paie". Dans les faits, cherchez “portage salarial inconvénients” et vous ne trouverez pas forcément la réponse toute faite à vos questions en réalité, c’est une variable ajustable et tout est question de vos habitudes de travail, perspectives en tant que freelance, et temps alloué à cette activité. Portage salarial inconvénients : tout dépend du profil Tout dépend donc des revenus, si certaines société de portage fixent des minimums de revenus pour souscrire à leurs services, les consultants tentés par le portage doivent évaluer leur secteur et projeter leurs revenus. Portage salarial inconvénients versus portage salarial avantages, tout est donc question de profil. Il est par exemple intéressant pour un freelance qui débute de se faire un nom, puis, une fois ses revenus assurés par une régularité des clients, de passer à la société de portage pour soulager ses tâches administratives. Mais d’autres figures de cas sont envisageables : le consultant qui débute peut aussi miser sur une société de portage pour se mettre le pied à l’étrier, et profiter d’une communauté d’entrepreneurs pour créer son réseau. Avant de vous lancer, évaluez les opportunités et vos envies pour décider de faire appel à une société de portage : vous y trouverez peut-être des inconvénients pour débuter, mais sur le long terme, le portage salarial peut être un investissement gagnant.
Le portage salarial avantages et atouts : découvrez tout ce qu'il faut savoir !
Portage Salarial

-

FAQ
Une récente étude de l’ APEC montré que les cadres étaient de plus en plus intéressés par les statuts qui leur permettaient d’avoir plus de liberté, tout en conservant de la sécurité. Le portage salarial avantages : un statut hybride qui garde le meilleur du salarial et de l'indépendance ! Le portage salarial est une relation de travail un peu particulière, et souvent méconnue. Pourtant, la presse fait de plus en plus l’écho de ce mode de travail un peu particulier… Un consultant va en effet travailler comme un indépendant, en choisissant ses missions, ses clients et en négociant sa rémunération et les conditions dans lesquelles il exerce celles-ci. Cependant, contrairement à un indépendant, il n’aura pas à s’occuper de la partie “administrative” de son travail. Il n’a pas besoin de réaliser des factures, de gérer lui même le paiement de ses cotisations à l’urssaf etc… en effet, il est reconnu salarié par une société de portage salarial qui gère toute cette partie administrative, comme si le consultant était un salarié normal ! C’est à dire que la société de portage salarial lui verse un salaire (la rémunération de sa mission mensualisée), et va effectuer le paiement des cotisations retraites, chômage et sécurité sociale ! Retrouvez la définition du portage salarial sur le site service public. Ce statut est encore méconnu, et pourtant le portage salarial a des avantages nombreux et peuvent changer la vie de nombreux indépendants. Le portage salarial : avantages Le temps Le portage salarial est un gain de temps énorme, c’est indéniable … Plus besoin de se prendre la tête sur les tracasseries administratives, votre société de portage salarial vous libère ! . Le coût Les sociétés de portage salarial prélève une commission fixe sur vos salaires, et chez Open Work cette commission est même plafonnée. Quand vous comparez au temps que vous ne perdez plus pour la partie administrative et que vous pouvez consacrer à vos missions, le calcul est vite fait : c’est très rentable ! Le portage salarial avantages : un gain de temps et d'argent ! Le réseau Un des avantages du portage salarial, c’est que vous devenez membre d’un réseau ! Afterwork, formations, conseils et partages d’expérience … en échangeant avec les autres salariés portées par l’entreprise de portage salarial, vous développez votre expertise et votre carnet d’adresse. Et vous bénéficiez des conseils avisés de la société qui vous porte, sans pour autant que cela vous restreigne dans votre liberté de consultant ! Une assurance La société de portage salarial est experte dans son domaine, et elle ne fait pas que vous simplifiez les démarches, elle vous assure également de leurs réussites ! En effet, même si vous êtes un excellent consultant, vous n’êtes pas à l’abri de faire un erreur lorsque vous devez vous inscrire au registre du commerce ou créer votre micro-entreprise … Avec la société de portage salarial, vous ne prenez aucun risque ! La protection Un avantage majeur du portage salarial, est la protection que ce statut vous apporte. En tant que salarié porté, vous bénéficiez de la même protection que les autres salariés, c’est à dire l’assurance chômage, l’assurance maladie, une mutuelle… etc. Liberté Liberté de choisir vos missions, liberté de fixer vos tarifs, liberté sur les conditions de réalisation de votre mission… en tant que salarié porté vous conserver les avantages d’un indépendant, tant que cela rentre dans le cadre légal. Et surtout : le portage salarial avantages, allier sécurité et liberté ! Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur le portage salarial : https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/le-prelevement-la-source-dans-une-activite-de-portage-salarial https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/larret-maladie-quand-vous-etes-en-portage-salarial https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/portage-salarial-en-ligne-nouveaux-metiers-du-web https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/contrat-de-portage-definition
Le statut freelance est-il fait pour moi ?
Portage Salarial

-

FAQ
Une nouvelle génération de freelance : le statut freelance fait des adeptes La nouvelle génération qui arrive sur le marché du travail est de moins en moins intéressée par le CDI, car de plus en plus demandeuse d’expériences enrichissantes. S’enfermer dans un travail qui fait répéter les mêmes tâches encore et encore est souvent une perspective déprimante pour beaucoup de jeunes. Alors qu’ une étude de PWC montrait que 65% des jeunes milleniums estiment que les méthodes de travail traditionnelles (réunion, horaires rigides, mauvaise utilisation des nouvelles technologies) les empêchent de développer leur potentiel, le statut freelance est de ce point de vue, très en vogue. Mais que se cache t-il derrière cette envie d’autonomie ? De l’autonomie et de la flexibilité, mais quel statut ? Le travailleur en statut freelance, ou travailleur indépendant, conclut des contrats de prestation de services auprès de clients variés : le statut freelance se distingue du salarié en CDD ou en CDI par le fait qu’il n’est soumis à aucun lien de subordination envers la société cliente. Cependant, il faut se mettre au clair sur les différents statuts qui existent dans le domaine. En effet, le statut freelance n’est pas un statut en soi, on parle du statut qui autrefois était appelé auto-entrepreneur, aujourd'hui devenu celui de micro-entrepreneur, et permet d’exercer une activité de freelance. Cependant, il faut garder en tête qu’un plafond existe pour ces activités. Désormais, depuis le 1er janvier 2018, les micro-entrepreneurs ne doivent pas dépasser un chiffre d’affaires hors taxes de 70 000€ HT sur une année civile, en ce qui concerne la prestation de services. Ce plafond s’élève à 170 000€ HT pour les activités commerciales. Plusieurs options de statut freelance existent : - L’entreprise individuelle : l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) reste une option assez simple en terme de formalités. En effet, l’EIRL ne dépend pas du droit des sociétés et donc est épargnée des formalités liées au droit des sociétés. - La société unipersonnelle : lorsque l’activité d’une personne au statutfreelance se développe, il peut être intéressant de créer sa société unipersonnelle. Pour ce faire, vous pouvez opter pour une société par actions simplifiée unipersonnelle (le site legalplace résume très bien les avantages du statut SASU) ou une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL). - Le portage salarial : Enfin, le portage salarial permet de combiner les avantages du statut freelance et ceux du salariat. Le statut de freelance en portage salarial est lieu d’une relation tripartite entre le salarié porté, la société cliente, et la société de portage salarial, véritable “back up” du salarié porté. Pour en savoir plus, le site capital.fr propose un guide en ligne très complet pour comprendre quelle est la meilleure forme à choisir pour créer son entreprise, ou sa propre activité. Tentés par l’option du portage salarial dans le statut freelance ? Vous pouvez également consulter sur le blog un article pour vous orienter entre le microentrepreuneuriat ou le portage salarial, ou encore en découvrant le témoignage d’une portée : William Levra Juillet.
L'arrêt maladie quand vous êtes en portage salarial
Portage Salarial

-

FAQ
Arrêt maladie : le portage salarial offre l’indépendance mais garantit la protection du salarié, comme dans le domaine de la santé. ARRÊT MALADie : La protection du salarié porté Le statut de salarié porté vous garantit l’indépendance dans la réalisation de vos missions et le choix de celles-ci, et vous permet de bénéficier des mêmes avantages qu’un salarié. Par exemple, vous avez un contrat de travail ainsi que des fiches de payes. Vous êtes également couvert par la Sécurité Sociale, à laquelle vous cotisez, au même titre qu’un salarié classique. Le fait d’être couvert par la Sécurité Sociale vous garantie le remboursement des soins de base : les consultations, certains médicaments, un forfait pour l’hospitalisation… et également une indemnisation en cas d’arrêt maladie. Les conditions pour bénéficier d’indemnisation en cas d’arrêt maladie Le remboursement des soins par la Sécurité Sociale ne dépend pas de la durée du travail effectué, dès le début de votre contrat vous pouvez bénéficier de remboursements. En revanche, pour l’indemnisation en cas d’arrêt maladie, il faut avoir travaillé au moins 150 heures au cours des 3 mois précédents l’arrêt de travail si celui-ci dure moins de 6 mois, et au moins 600 heures au cours des 12 mois précédents l’arrêt de travail si celui-ci dure plus de 6 mois. La méthode de calcul du montant de l’indemnisation en arrêt maladie Les règles de calcul du montant de l’indemnisation : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F3053. La méthode de calcul de la Sécurité Sociale est la même que pour tous les salariés. L’indemnisation journalière correspond à 50% du salaire journalier de référence. Ce salaire journalier de référence est la moyenne des salaires bruts soumis soumis à un prélèvement de cotisation pour la Sécurité Sociale, sur les trois mois précédents l’arrêt maladie. Il y a un plafond à ce salaire journalier de référence, qui est de 1,8 fois le salaire minimum soit environ 2700 euros en 2018. Ceci est valable pour les arrêts maladie de courte durée, c’est à dire de moins de 6 mois. En revanche pour les arrêts maladie de plus de 6 mois, donc de longue durée, le salaire journalier de référence est pris à partir de la moyenne des salaires bruts sur les 12 mois précédant l’arrêt maladie, et non pas sur les 3 mois. Les démarches à effectuer Pour les salariés porté, les démarches à effectuer en cas d’arrêt maladie sont les mêmes que pour les salariés classique. Après avoir reçu la prescription de l’arrêt maladie par un médecin, il faut envoyer sous 48h les volets 1 à 2 de l’arrêt à votre caisse d’assurance maladie, et le volet 3 à l’employeur, c’est-à-dire à votre société de portage salarial. Pour prolonger un arrêt maladie, il faut que le médecin qui vous a prescrit l’arrêt initial ou votre médecin traitant prolonge celui-ci, et la demande de prolongation de l’arrêt est à envoyer sous 48h aussi à la caisse d’assurance maladie et à la société de portage salarial. La société de portage salarial fournit à la Sécurité Sociale des attestations de salaire permettant le calcul des indemnités. Les règles à respecter lors d’un arrêt maladie Le site de l’assurance maladie détaille les règles à respecter en cas d’arrêt maladie. Pour les salariés portés, les règles à respecter sont les mêmes que pour tous les salariés en arrêt maladie. Il y a des heures de présence obligatoires au domicile, entre 9h et 11h de 14h à 16h, sauf en cas de soins ou d’examens médicaux. Des contrôles peuvent être effectués par votre caisse d’assurance maladie, et en cas de refus de se soumettre à ce contrôle ou de non respect des règles de l’arrêt maladie, les indemnités journalières peuvent être réduites ou supprimées. Lire aussi : https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/anxiete-au-travail-canaliser-maitriser-deculpabiliser et https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/mutuelle-assurance-chomage-et-portage-salarial-liberte-et-securite
Qu'est-ce que l'urssaf
Portage Salarial

-

FAQ
URSSAF, découvrez tout ce qu’il faut savoir, un des organismes chargés de percevoir les cotisations et contributions sociales. Qu’est-ce que l’URSSAF ? L’URSSAF est l’Union de recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales, il s’agit de l’un des organismes chargés de percevoir les cotisations et les contributions sociales. Les employeurs payent pour leurs salariés les cotisations, et les indépendants doivent les régler eux-mêmes. Lorsque vous êtes un salarié porté, votre société de portage salarial se charge de les régler pour vous. Environ deux tiers des cotisations sont prélevés par le réseau des URSSAF, le tier restant étant directement collecté par l’ACOSS (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) qui pilote la branche recouvrement de la Sécurité Sociale, et gère le réseau des URSSAF. Les missions de l’URSSAF La mission principale de l’URSSAF est de collecter les cotisations sociales des entreprises, aussi bien les cotisations patronales que les cotisations salariales. Elle gère également la collecte des cotisations sociales des professions libérales qui exercent en indépendant, ces dernières devant s’inscrire auprès de l’URSSAF dès le début de leur activité. Elle gère également l’encaissement des prélèvements sociaux comme la CSG (contribution sociale généralisée) et la CRDS (contribution au remboursement de la dette sociale) pour l’Etat. L’URSSAF a également un rôle d’informateur auprès des entreprises, pour leur expliquer les réglementations, pour répondre à leurs questions lorsqu’il y a des incompréhensions. Les contrôles URSSAF Une autre mission importante de l’URSSAF est de réaliser des contrôles pour s’assurer que toutes les personnes, morales et physiques qui sont redevables de cotisations sociales remplissent leurs obligations. Avant le contrôle, un avis est envoyé à la personne ou à l’entreprise contrôlée pour prévenir de la date du contrôle, ainsi que de la liste des documents à fournir lors du contrôle. Certains contrôles destinés à vérifier qu’il n’y a pas de travail dissimulé peuvent être réalisés sans que l’employeur soit préalablement informé. Après le contrôle, une lettre d’observations présentant les conclusions du représentant ou de la représentante de l’URSSAF est envoyé à l’organisme contrôlé, qui va préciser le montant des sommes dues en cas de non conformité. Pour le recouvrement des créances, après l’avis amiable l’URSSAF peut demander une mise en demeure, une contrainte par huissier ou passer par la voie judiciaire. Portage salarial et URSSAF Lorsque vous êtes un salarié porté, vous bénéficiez de tous les avantages du statut de salarié, vous n’avez par exemple pas besoin de vous inscrire à l’URSSAF ! C’est la société de portage salarial qui s’en charge pour vous, et c’est également elle qui versera les cotisations à l’URSSAF. Vous n’avez qu’à vous concentrer sur la réalisation de vos missions, et sur la recherche de nouveaux projets ! Outre le fait que cela permet d’éviter les tracasseries administratives, le portage salarial permet également d’être protégé des cotisations parfois très importantes que doivent payer les indépendants qui s’inscrivent eux mêmes à l’URSSAF. En effet, les indépendants doivent cotiser selon leur chiffre d’affaire de l’année passée, même si leur situation actuelle a évolué de manière négative… en revanche en tant que salarié porté, vos cotisations sont prélevées sur votre salaire mensuel, et sont donc proportionnelles à ce que vous gagnez en temps réel. À lire aussi : https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/mutuelle-assurance-chomage-et-portage-salarial-liberte-et-securite https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/la-convention-collective-du-portage-salarial-ce-qui-change-pour-vous https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/contrat-de-portage-definition

25-36 of 69 résultats

123456