'

La méditation en pleine conscience au bureau : ne rien faire pour être plus productif ?

Bonheur, Travail

10/29/2018

0 commentaire(s)

La méditation en pleine conscience gagne le monde de l’entreprise

Derrière SIY, « Cherchez en vous-même » pour « search inside yourself », se cache la nouvelle lubie de Google. Et oui, tout le monde médite, et même chez Google : le plus puissant moteur de recherche a créé un programme de « formation à l’intelligence émotionnelle » fondé sur la méditation en pleine conscience. Une pratique si bien rôdée, qu’elle est devenue un institut au sein du groupe, pour un « leadership éclairé » dans le but de réduire le stress, améliorer la concentration, augmenter les performances et apaiser les relations interpersonnelles.

La méditation en pleine conscience au bureau : ne rien faire pour être plus productif ?

Mais méditer en pleine conscience au bureau à quoi ça sert au juste ?

On associe souvent méditation ne pleine conscience à une pratique isolée, cantonnée au cadre de l’intime et donc de la maison. Mais l’utiliser au travail peut être un excellent moyen de prendre du recul de retrouver sa concentration.
Aussi lorsqu’on débute la méditation en pleine conscience, pas de panique ni d’objectif de performance : pour s’approprier cette pratique, on peut considérer qu’il s’agit avant tout d’une manière de nous délier de nos comportements quotidiens. Souvent immergés par des pensées négatives, assaillis par nos projections sur l'avenir, nos peurs et les exigences de performance auxquelles nous sommes contraints, nous oublions de nous concentrer sur l’instant.

Les étonnantes vertus de la méditation en pleine conscience

« Pendant les 52 minutes qui vont suivre, cette jeune femme va faire quelque chose d’exceptionnel dans notre monde agité et bruyant : rien. Absolument rien ». C’est par cette affirmation un peu étrange mais dans laquelle pourtant tout un chacun peut se retrouver que débute le documentaire d’Arte « les étonnantes vertus de la méditation ». En effet, comme l’indiquent les chercheurs interviewés dans ce documentaire qui explore les vertus de la méditation, la méditation en pleine conscience réduirait les effets toxiques engendrés par les hormones du stress.
Pour se recentrer sur soi-même, il faut adopter une « position d’observateur bienveillant » : méditer, c’est avant tout écouter l’écosystème de son corps, ce qu’il s’y passe, bref, de retrouver une conscience à soi aigue.

La méditation en plein conscience : une régulation émotionnelle efficace

S’entraîner à la méditation en pleine conscience avant les échéances importantes, type réunion, rendez-vous client, peut être bénéfique. Une pause « en conscience » avant ce type d’événement s’effectue très simplement : debout, pieds écartés à la largeur du bassin, commencez par trois respirations profondes en vous concentrant sur le souffle qui traverse vos poumons et votre nez. Puis, concentrez-vous sur votre ancrage au sol. Avez-vous la même sensation dans le pied droit, et dans le pied gauche ? Se recentrer sur ses sensations, les plus basiques, vous aidera à vous apaiser.
Une autre manière de pratiquer la méditation en pleine conscience est de se concentrer sur un élément de l'environnement ambiant : en se lavant les mains, sentir le contact de l'eau fraîche sur sa peau, le bruit de l’eau qui coule dans l’évier, la mousse du savon, tous ces petits détails qui nous font « être » dans l’instant présent font baisser notre taux de stress.

La méditation en pleine conscience permet ainsi de nous guider sur le chemin du « ralentissement » : prendre 3 minutes pour soi-même en tout début de journée, comme le conseille Sylvie Tallon, professeur de Yoga, dans son TedX « Et si on ralentissait ? » est déjà un premier pas vers « un tête-à tête avec soi-même » pour mieux continuer la journée. Enfin, ralentir, comme l’indique Sylvie Tallon, a une deuxième dimension très importante : prendre du temps pour les autres. Dans les relations professionnelles, prendre le temps d’écouter véritablement un collaborateur est aussi une manière de développer son empathie.



Sur ce sujet, lire aussi : Mindfulness au travail.

 

Que pensez vous de cet article ?