La Peur n'évite pas le Danger ....!

Bonheur et Travail

6/23/2014

0 commentaire(s)

Benoit Debray

La Peur n'évite pas le Danger !- La stratégie du mouvement est plus risquée qu’une confrontation routinière avec nos concurrents familiers, chacun étant solidement campés sur des positions établies de longue date. Décider, agir, se mettre en mouvement implique une prise de risque, un « saut dans l’inconnu ». Plus l’objectif visé est lointain, plus l’incertitude s’accroit et avec elle la crainte d’échouer.

La peur n'évite pas le danger

La peur n'évite pas le danger

Il est alors tentant de se rabattre sur des objectifs à court terme et simples à comprendre comme réduire les couts . Cette attitude posera le moins de problèmes à ma manière de gérer, mes concurrents seront-ils plus audacieux ? Je peux aussi essayer de maitriser l’incertitude en sophistiquant mes outils de reporting. Très souvent apparait alors une dépendance « addictive » à des systèmes d’information à base comptable et financière qui bien que très performants, restent tournés vers le passé et gênent l’agilité. S’il est naturel de réfléchir à différents moyens pour maitriser les conséquences de nos actes, poussés à l’extrême, ces moyens se retournent souvent contre l’entreprise en la conduisant à l’immobilisme. Ne rien faire n’est elle pas la moins risquée des solutions ?

Pourtant pour rencontrer les autres nous nous déplaçons tous les jours, parfois à grande vitesse dans des trains ou dans des avions. Certains roulent en moto, d’autres en vélo (sans casque) … Ces comportements contiennent aussi leur part de risque et nous l’acceptons car c’est une nécessité pour vivre dans notre société. Alors pourquoi cela serait tellement difficile d’intégrer la part de risque, nécessaire mais contrôlée, pour la collectivité que représente l’entreprise où nous travaillons ?

Immobile, isolée de la dynamique de son environnement, l’entreprise se maintient sur la défensive grâce à son organisation hiérarchique qui produit un contrôle fort où chaque opportunité de mouvement est soigneusement pesée avant d’être, éventuellement, autorisée. Cette sagacité lui permet d’engager les combats qu’elle est sure de gagner. Dans le cas contraire, elle préfèrera, comme le Ninja, des techniques de fuite et de dissimulation afin de préserver son existence.

Relâcher le contrôle hiérarchique en position défensive pour développer une coopération spontanée mais stérile peut conduire l’organisation vers le chaos. Privé du réconfort moral que « la hiérarchie sait », les acteurs se retrouvent perdus entre des intentions qui s’accumulent et l’exécution qui ne suit pas. Sans une forte volonté de réaliser la stratégie dans l’action, la dynamique collaborative se replie rapidement sur elle-même. Le Réseau Social d’Entreprise risque alors de dériver vers une forme de corporatisme, pour devenir un lieu de revendications qui cristallise les oppositions individuelles au détriment de la progression collective.

La stratégie du mouvement privilégie clairement l’offensive et assume la part de risques qu’elle implique. A la base il y a la conviction que ce qui se passe aux frontières, aux interfaces avec les autres, avec les clients et le monde extérieur en général, est beaucoup plus important que le fonctionnement hiérarchique interne. L’ouverture sur l’environnement joue un rôle fondamental : c’est la raison d’être de l’entreprise. Le risque entrainé par le mouvement est, la plupart du temps, largement compensé par les possibilités de réorientation offertes par l’environnement aux acteurs de l’entreprise après chaque phase d’action.

En détournant une phrase de Raoul Vaneigem cela donne : « L’entreprise esquisse son devenir, cherchant dans le concours des éléments naturels un accord entre création de soi et création du monde ». J’aime beaucoup l’expression « dans le concours des éléments naturels » car cela décrit bien l’attitude d’ouverture et de respect qu’il faut entretenir vers l’environnement extérieur pour pouvoir réagir avec lui.

Je vous propose de poursuivre cette réflexion sur l’entreprise dans le prochain article. N’hésitez pas à réagir en publiant des commentaires !

La Peur n'évite pas le Danger ! , Benoit Debray - Le Monde Après.

Que pensez vous de cet article ?