La révolution des métiers – Nouveaux métiers, nouvelles compétences : Quels enjeux pour l’entreprise ?

Futur et Travail

4/10/2017

0 commentaire(s)

Jean-Hugues Zenoni

Anticiper les transitions pour mieux y répondre, voici ce que chaque entreprise cherche à faire pour créer les conditions optimales de sa croissance. Cet article s’attache à résumer un rapport du cabinet d’audit EY abordant les nouveaux métiers et les nouvelles compétences dans l’entreprise. Un sujet très actuel tant l’économie numérique et l’arrivée des millenials sur le marché de l’emploi modifie les perspectives en termes d’organisation et de gestion du capital humain.

Si les dirigeants semblent assez inquiets quant à leur capacité à accompagner ces changements, leurs priorités semblent claires : la formation est le levier prioritaire, suivie de l’embauche de nouveaux collaborateurs.

Tout d’abord, le rapport s’arrête sur les nouvelles formes d’emploi, porté par l’augmentation du travail temporaire et la croissance exponentielle de l’entreprenariat, mais aussi du travail indépendant (notamment pour les métiers créatifs ou intellectuels). La tendance de fond semble donc être la remise en cause du salariat. Cela s’accompagne de nouveaux modes de travail tel que le télétravail et de collaborateurs de plus en plus connectés. Les dirigeants sont bien conscients de cette réalité puisque 90% d’entre eux anticipent des évolutions, et 39% pensent que plus d’un quart de leurs collaborateurs va voir leur métier évoluer d’ici 5 ans. Sans surprise, ils estiment que les deux causes principales de changement sont les nouvelles technologies (41%) et la mondialisation (31%). Les niveaux hiérarchiques les plus faibles en seront vraisemblablement les premières victimes.

Lorsqu’on en vient aux compétences techniques, la connaissance du digital et des NTIC sont logiquement plébiscité. Elle arrive en tête devant la gestion de relation client et la capacité d’innovation. Du côté des compétences comportementales, travail d’équipe, gestion du stress et intégration du changement constituent le tiercé gagnant du travailleur du XXIème siècle.

EY esquisse même le portrait de la recrue idéale ; et puisqu’un bon dessin vaut souvent mieux qu’un long discours, les analystes ont réalisé ce très joli schéma qu’il nous fallait nécessairement vous partager.

 

A l’échelle mondiale, les métiers les plus en croissances sont liés aux marques (marketing, ventes), aux médias, mais aussi à l’économie sociale et solidaire et à la santé (portés notamment par l’aide à la personne dans les pays à la population vieillissante). A l’inverse, on observe une certaine dilution des postes en IT, gestion de projet ou achats : des métiers techniques qui correspondent maintenant à des compétences requises.

Le rapport détaille enfin dans ses dernières pages les principales transitions à attendre secteur par secteur et métier par métier et conclut sur 10 clés pour l’avenir parmi lesquelles : une gestion des RH rattachée à la stratégie, plus de formation et de mobilité pour répondre à la pénurie de compétences, la valorisation des talents mais aussi et surtout : faire confiance !

 

Enregistrer

Enregistrer

Que pensez vous de cet article ?