Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Le bonheur au travail : Entreprise et bonheur ne sont pas incompatibles

3/28/2016

0 commentaire(s)

Fabien Salicis

Tony Hsieh, vous connaissez ? Cet entrepreneur américain a, entre autres, créé Zappos, un méga e-commerçant de chaussures. Mais il s’est surtout rendu célèbre pour une conception peu ordinaire de l’entreprise, fondée sur le bonheur autrement dit le bonheur au travail.

Chez Zappos, le bonheur au travail des employés est presque érigé en commandement. C’est en fait, selon Tony Hsieh, la meilleure manière d’avoir les équipes les plus motivées possibles. Si les gens se sentent bien, ils sont généralement productifs et enthousiastes à l’idée de travailler. Ils peuvent aussi être plus créatifs.

Le bonheur au travail ou la fin de la hiérarchie

Le patron a donc supprimé toute hiérarchie et autres titres de postes, pour laisser à ses employés le soin de s’auto-gérer. Y compris pour le support client : les télé-conseillers n’ont aucun discours-type, aucun script, aucune obligation de passer un temps défini avec chaque client… Comme le dit Lauriane, une télé-conseillère interviewée par L’Obs, « Hier, une cliente m’a appelée pour des baskets. On a parlé des chaussures mais aussi de son chien et de la vie à Las Vegas. […] En 30 minutes, je n’ai pas fait de vente, mais j’ai fait une cliente ».

Le bonheur au travail au centre des préoccupations

Ce qui est intéressant dans l’approche de Tony Hsieh, outre le fait qu’elle soit atypique, c’est qu’elle mette le bonheur et le bien-être de ses clients et salariés au centre des préoccupations de l’entrepreneur, alors que ce bonheur et ce bien-être sont souvent justement le but ultime individuel recherché par les entrepreneurs, ceux-ci n’hésitant pas à tout faire pour y arriver, y compris sacrifier leur bien-être et celui de leurs salariés en chemin ! Tony Hsieh prouve qu’il n’est pas forcément obligatoire de passer par des périodes de souffrance au travail pour in fine atteindre le bien-être : les managers tyranniques n’ont donc pas le monopole de la réussite !

Il est donc tout à fait possible de concilier vie harmonieuse et activité professionnelle et même d’être heureux au travail !

Que pensez vous de cet article ?