Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Le partage de savoir, nouvelle manière de concevoir le monde!

6/23/2014

0 commentaire(s)

Benoit Debray

Le partage de savoir, nouvelle manière de concevoir le monde! -  Parvenez-vous régulièrement à projeter dans l’avenir ce qui vous semble probable à partir de votre connaissance sur le passé et sur les processus en cours du présent ?  Si oui, profitez bien de cette aptitude car dans la période de mutations que nous vivons cela deviendra de plus en plus difficile. Au risque de vous rendre incapable de traiter par vous-même les problèmes qui se posent. Alors que faire ? Pourquoi ne pas chercher dès maintenant à mettre en connexion les gens entre eux pour partager, en fonction de leurs besoins immédiats, une connaissance mise à jour en temps réel sur le milieu environnant. Il faudra s’y faire : le futur sera de moins en moins une simple extrapolation du passé !

partage de savoir

partage de savoir

La nouvelle manière de concevoir le monde s’effectuera moins par des échanges de biens entre les personnes qu’au travers d’un réel partage de savoirs. Les entreprises devront s’adapter à ce « nouveau monde ». Conçues aujourd’hui pour distribuer une information selon des circuits prédéfinis, elles auront la lourde tache d’apprendre à mettre en relation des acteurs indépendamment de toute logique géographique, fonctionnelle ou hiérarchique. Au niveau du fonctionnement des états démocratiques, la logique bipartisane du vote ne sera non plus pas suffisante pour découvrir les opportunités nouvelles vers lesquelles orienter la société.  De nouvelles pratiques démocratiques seront nécessaires pour éviter de cristalliser l’opinion sur des positions de sécurisation par rapport aux risques.

Comme l’explique Philippe Urfalino, ces nouvelles pratiques démocratiques ne sont probablement pas aussi nouvelles que cela. Les techniques de vote n’ont été pratiquées que tardivement dans la plupart des sociétés. La colonisation puis la décolonisation ont été les principaux vecteurs de la diffusion mondiale de la pratique du vote. La manière de prendre collectivement des décisions qu’après en avoir discuté jusqu’à ce que l’unanimité soit réunie, ou jusqu’à ce que l’opposition trouve inutile de continuer à soutenir son point de vue, semble avoir été le mode de décision le plus répandu dans les communautés humaines. Ce mode de décision implique une écoute de tous les points de vue. Il permet plus facilement la participation de chacun à la discussion. La participation de tous à la délibération et l’exigence de consensus accroissent la qualité et la légitimité de la décision. Philippe Urfalino écrit : « La prégnance du modèle du vote dans nos sociétés nous empêche de saisir la nature spécifique d’une autre manière d’arrêter les décisions collectives : à la fois positive, faire une proposition, et négative, constater l’absence d’objections. »

Pour mieux appréhender la période de mutations qui s’annoncent, faisons tous un petit effort. Arrêtons de ne retenir dans le présent que les éléments qui confirment nos prévisions passées. Et surtout, essayons d’élargir le cercle des personnes avec lesquelles nous sommes d’accord au delà de celles qui partagent nos opinions !

Le partage de savoir, nouvelle manière de concevoir le monde!, Benoit Debray -  Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?