Logo OpenWork
'

Le Portage Salarial

Bonheur et Travail

6/23/2014

0 commentaire(s)

Le Portage Salarial - Autrefois une entreprise possédait la totalité des ressources nécessaires à son activité, y compris donc les compétences humaines. La mondialisation des échanges qui unifie les mécanismes de circulation du capital, introduit aussi une asymétrie entre les sites de production et de consommation, ce qui accroit la division du travail.  Cette logique économique pousse les entreprises à externaliser de plus en plus des morceaux de chaine de valeur auprès de prestataires spécialisés qui sont souvent très éloignés les uns des autres. C’est ce que souligne Frédéric Fréry sur le site lemonde.fr : « La plupart des objets de notre quotidien ne sont ainsi plus fabriqués par les marques dont ils portent le logo ».

Dépassant la logique traditionnelle « clients-fournisseurs », les entreprises évoluent désormais dans de véritables écosystèmes d’où peuvent émerger des logiques coopératives qui dépassent les stratégies concurrentielles classiques. Cette évolution est permise par un usage intensif des nouvelles technologies de communication : le « cloud » est devenu le lieu où se matérialise la quantité d’interactions et d’échanges plus ou moins normalisés qui font que commander et recevoir chez soi un objet fabriqué à l’ordre bout du monde est devenu banal. Un arrêt brutal de ce dispositif complexe engendrerait chez nous une stupeur comparable à celle qu’éprouverait un aborigène à ne pas voir un matin le soleil se lever !

Le portage

Le portage

Dans son article, Frédéric Fréry se demande jusqu’où va aller cette tendance globale à la désintégration des chaînes de valeur. Pourquoi pas, avec l'apparition de ce qu'il est désormais convenu d'appeler l'entreprise 2.0,  jusqu’à l'externalisation totale auprès d'individus et non plus d'entreprises ? Il conclut ainsi : « Après la révolution industrielle du 19ème siècle et la révolution managériale du 20ème, nous sommes peut-être à l'aube d'un nouveau tournant dans l'organisation du travail collectif. »

C’est bien ainsi que nous l’entendons au sein du collectif « Le Monde Après » auquel appartient ce blog. C’est pour cette raison que nous avons basé notre action sur le portage salarial. Il s’agit pour nous de se réapproprier l’esprit d’entreprise en partageant des finalités que les asymétries créées par la mondialisation ont tendance à obscurcir. Il est généralement admis que le productivisme généralisé se heurte à des limites physiques liées à l’épuisement des ressources naturelles. Nous pensons que l’épuisement des ressources humaines est également une réalité et qu’il convient d’arrêter de considérer que les humains sont, avant toute chose, des ressources pour les entreprises. Nous pouvons aussi penser l’entreprise comme une ressource pour les humains. Cela consiste, en inversant opportunément une publicité actuelle, à « valoriser l’entreprise pour valoriser l’humain ». Vive « Le Monde Après » !

Le Portage Salarial, Benoit Debray - Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?