Le travail devient lifestyle

Bonheur et Travail

1/27/2017

0 commentaire(s)

Rochna Zaki

La fin de la vie perso et de la vie pro

Vie privée, vie publique. Cette distinction a-t-elle encore un sens ? Les réseaux sociaux encouragent à partager, encore et toujours, tant au niveau personnel que professionnel, développant ainsi une certaine porosité entre « vie privée » et « vie publique ». Vie personnelle, vie professionnelle. Cette distinction est-elle vouée à s’atténuer ? Et si l’on transformait le travail en un mode de vie à part entière, un peu comme Le Corbusier avec ses immeubles, où l’on pouvait passer toute une vie sans avoir besoin d’en sortir ?

« Le travail devient lifestyle »

Voilà la réponse formulée par JLL, organisme de conseil en immobilier d’entreprise, ainsi que le titre de la récente étude menée par ses équipes. Celle-ci porte sur un échantillon des générations Y et Z, porteuse de l’entreprise de demain. Les résultats de l’étude « Le travail devient lifestyle » révèlent que parmi diverses philosophies de travail, les deux qui tiennent le plus à cœur pour 67% des personnes interrogées sont « « pouvoir s’appuyer sur un management bienveillant » et « sentir que le management leur fait confiance ». L’entreprise serait-elle rêvée en ersatz familial par les nouvelles générations ? La bienveillance et la confiance sont du moins des qualités qui rappellent la protection et l’encouragement d’une famille.

Les clés de la motivation

Pour attirer et conquérir l’engagement auprès des jeunes, six axes sur lesquels peut  travailler toute équipe de management ont été identifiés par les meneurs de l’étude :

  • Le travail devient un « happening » ;
  • Le travail devient un flux ;
  • La reconnexion à la nature ;
  • La recherche d’un équilibre ;
  • La capacité à passer du travail en réseau à une véritable communauté collaborative ;
  • Le recyclage et le détournement comme pratiques quotidiennes et courantes.

 

En outre, JLL présente dans cette étude 15 propositions de lieux de travail innovateurs, conceptualisés avec les jeunes et qui seront les témoins de la mutation positive de l’entreprise. Parmi eux, le Cocon, le Disrupteur, le Tube de Performance, la Presqu’Île, la Cour de Récré, le Potager Communautaire… Il s’agira dans le futur de choisir sa salle de travail idéale en fonction de son humeur ou de son projet, c’est-à-dire si l’on cherche à travailler ou à se régénérer, seul ou à plusieurs.

Les futurs travailleurs seront ainsi relativement à l’aise avec l’idée de rapprocher leurs activités, autrefois cantonnées dans le champ du personnel (jouer, regarder une œuvre d’art, faire pousser du persil), vers l’environnement professionnel. Autre exemple : il ne serait ainsi pas étonnant de voir les crèches en interne des entreprises se multiplier comme des champignons, et certainement pour le plus grand bonheur des parents comme des enfants. En somme, l’entreprise sera lifestyle, car « elle sera une entreprise dans laquelle les jeunes peuvent s’engager et être en adhésion avec leurs valeurs » selon Emilie Ogez, rédactrice "Futur du travail" pour Zevillage.

 

Que pensez vous de cet article ?