L'esprit d'Ethique.

Bonheur et Travail

6/23/2014

0 commentaire(s)

Benoit Debray

L'esprit d'Ethique.- La ligne d’action proposée par ce blog est claire : développer l’autonomie des acteurs dans l’entreprise pour que celle ci s’ouvre davantage sur l’environnement et se nourrisse des interactions qu’elle entretient avec lui, en particulier avec ses clients. D’accord mais comment fait-on en pratique ?

Le problème principal qui se pose est de savoir régler l’exercice collectif des actions que l’entreprise entreprend quotidiennement pour gagner de l’argent et améliorer sa position sur ses marchés. La solution dépend d’une éthique de la responsabilité de chacun, qui ne passe pas seulement par des procédures écrites, mais surtout par une prise de conscience par chaque acteur de l’importance de sa contribution à la bonne marche de l’entreprise. Cette prise de conscience engage une réflexion profonde sur les devoirs des individus qui doivent contrebalancer les nouvelles possibilités d’expression et d’action qui leur sont offertes. Il s’agit de bien définir les devoirs mutuels, notamment d’assistance et d’entraide, que se doivent les acteurs en raison des liens de solidarité qui les relient.

ethique

ethique

Cette éthique ne vise pas à conditionner la recherche légitime du profit au bien être ressenti par les acteurs de l’entreprise. Elle vise plutôt à a faire en sorte que cette recherche du profit soit un facteur d’émancipation pour les personnes. C’est la raison pour laquelle se pose constamment la question des moyens concrets capables de donner un sens plus riche à la capacité d’action de chacun. Pour cela la maitrise de l’outil « Réseau Social d’Entreprise » représente un progrès considérable car c’est un moyen simple et concret pour reconnaître les marques de son action dans la progression collective de l’entreprise. L’animation de ce Réseau Social stimule l’engagement par l’interaction entre des communautés qui se construisent naturellement, bien au delà des différents groupes constitués par l'organisation formelle et hiérarchique de l’entreprise.

Ce Réseau fournit la structure pour construire des liens de coopération et de solidarité. Grace à lui des actions libres des individus se mettent en place au travers de la multiplicité et de l’entrecroisement des interactions au sein du groupe. Le temps consacré aux échanges et à l’apprentissage avec les autres redevient un temps productif. Le travail en réseau développe la capacité à se comprendre et à mieux anticiper les intentions de ses interlocuteurs. La connaissance ainsi produite n’est pas destinée à alimenter le pouvoir des uns ou des autres. Elle est l’expression des responsabilités partagées par la communauté pour accomplir ses objectifs. Je vous recommande à ce sujet la lecture du nouveau livre de Jeremy Rifkin (The Empathic Civilization: The race to global consciousness in a world in crisis).

L’autonomie des personnes s’en trouve augmentée mais cette expérience de vie nécessite d’être nourrie constamment par de réelles opportunités d’action et de formation. L’esprit d’éthique ne fait donc pas tout.

Sans une vision claire de la direction à prendre, la stratégie, jointe une réelle capacité à prendre des décisions, l’entreprise aura seulement affaibli ses défenses sans pour autant augmenter ses capacités offensives. Par contre, une équipe bien coachée, avec quelques capitaines de jeu inspirés par la stratégie et conscients des objectifs à atteindre, s’appuiera sur l’esprit d’éthique pour devenir invincible et gagner le grand chelem.

L'esprit d'Ethique, Benoit Debray- Le Monde Après.

Que pensez vous de cet article ?