Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Ninja ou Samouraï?

2/23/2015

0 commentaire(s)

Fabien Salicis

Ninja ou Samouraï

Le guerrier Ninja est un combattant qui, de par son habileté à contrôler les éléments extérieurs et intérieurs de son être, sait dominer toute situation de combat et d’affrontement afin de protéger au mieux ce qu’il a de plus cher à savoir sa famille.

Sa domination et sa concentration sont en général telles que, plus son expérience s’accroit, plus sa capacité à gérer et à gagner des combats deviennent grande. Il n’engage sagement le combat que lorsqu’il est sur de vaincre. Dans le cas contraire, il préfèrera des techniques de fuite et de dissimulation afin de préserver son objectif premier de protection de son être et celui de sa famille.

L’art du Ninja, c’est l’aspect Risquophobe de l’entreprise

Le samouraï a une tout autre conception de la vie. Il est prêt à tout pour essayer de préserver son honneur. Il a des qualités de combattants équivalentes à celui du Ninja mais ne prendra absolument pas les mêmes décisions dans un combat. Il ne frappera jamais un homme désarmé. Il attaquera indépendamment du danger et de la mort. Sa plus grande fierté, c’est le respect de l’image du Samouraï.

L’art du Samourai, c’est l’aspect Risquophile de l’entreprise.

Une entreprise doit savoir se conduire en Ninja. Elle doit essayer de maitriser ses organes vitaux et périphériques afin de porter les coups les plus fatals à ses adversaires tout en se préservant au maximum des blessures potentielles inhérentes à n’importe quelle action. Mais si elle veut générer de la valeur ajoutée forte, elle ne peut se conduire tout le temps en Ninja. Elle doit devenir un Samouraï.

Recrutons-nous des Ninja ou des Samouraïs?

L’entreprise dans son environnement actuel est conduite, à bien des égards, à se conduire comme ces guerriers intemporels. Elle doit savoir être suffisamment discrète pour savoir quand porter le coup fatal afin de conquérir le marché qu’elle s’est fixée comme objectif. Elle doit également savoir quand engager un combat et privilégier les terrains qui lui sont favorables plutôt que se confronter, certes courageusement, mais avec beaucoup plus d’incertitudes, sur un terrain qu’elle ne connait pas. Elle doit être consciente de ses forces et de ses faiblesses et savoir lesquelles pourraient lui être létales.

samouraï

Mais elle doit également savoir qu’elle ne peut pas maitriser tous les paramètres sinon, elle arrive à l’immobilisme. Pour gagner une guerre, il faut des 2. Des Ninjas et des Samouraïs.

On rejoint ainsi les notions clefs de Time To Market et d’Avantage Concurrentiel Durable. Ces 2 notions vont permettre à l’entreprise d’optimiser son processus décisionnel dans l’action comme le Ninja optimise le sien dans un affrontement tout en réussissant à creuser l’écart par une prise de risque accrue lorsque la stagnation est trop forte. Lors d’un combat, tenter de porter un coup fatal peut souvent couter cher si son ennemi n’a pas encore été soit testé, et encore qu’il a lui-même des armes secrètes dissimulées. On peut avoir le potentiel de porter un coup fatal à ses concurrents mais si le moment est inadéquat ou si le coup est manqué, on expose tout de suite son entreprise à une contre-attaque qui peut être aussi sévère que le coup qu’on a tenté de porter.

Cet exemple s’illustre par la sortie des logiciels Google Doc, gratuits pour les particuliers opposés à la suite office de Microsoft. Malgré le fait que le côté pratique du logiciel full web soit clairement évident en terme d’avantage concurrentiel, l’utilisation de ceux-ci ne fait pas recette pour la simple et bonne raison suivante : le produit Google Doc n’est pas aussi bon que le client lourd de Microsoft. Les clients finaux ont purement et simplement été évangélisé par les solutions Microsoft et aujourd’hui, personne n’irait faire un rapport sous Google Doc tant le changement est fort par rapport à Office. Si l’idée est excellente, le coup est porté un peu trop tôt laissant le loisir à Microsoft de sortir un solution basée sur leur expérience mais beaucoup plus en ligne avec les coutumes des utilisateurs. L’attaque qui aurait pu déstabiliser Microsoft ne va ainsi que la renforcer au détriment des solutions Google car les clients vont subir une mauvaise expérience utilisateur et revenir sur les fondamentaux de Microsoft qui n’aura plus qu’à sortir une solution online pour des utilisateurs qui se sont résolus à attendre….

Le Ninja Microsoft l’emporte sur ce combat sur le Samouraï Google

Mais à l’exposé de cet exemple, la question suivante se pose :

Dans le contexte actuel ou des Twitter et des Facebook nous donnent en live des informations sur tout et n’importe quoi, et encore plus du 2ème, peut-on raisonnablement encore considérer possible de faire grandir une entreprise sur ces préceptes ou ne devons nous justement pas essayer de créer une nouvelle race de guerrier, capable de s’adapter à un marché extrêmement changeant, à l’écoute de l’environnement, et sachant rester discret tout en annonçant clairement ses plans sachant le risque fort d’échec ?

" Ninja ou Samouraï? " , Fabien Salicis - Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?