'

Non, nous partageons donc nous sommes !

Bonheur et Travail

6/23/2014

0 commentaire(s)

..Non, nous partageons donc nous sommes !

Un peu facile par rapport à l'article précédent (cf. Je Sais donc je Suis) mais tellement vrai. Dès fois, il vaut mieux rester simple. Un proverbe Chinois énonce le théorème suivant: "si chacun d'entre nous a un objet et que nous les échangeons, nous avons chacun un objet mais si chacun d'entre nous échangeons une idée, alors nous avons tous les 2, 2 idées."

Nous partageons donc nous sommes ! Ce proverbe illustre bien le bienfait inhérent à l'homme de partager ses idées afin de faire progresser sa pensée. C'est même plus un besoin qu'une envie. Pour reprendre l'article Narcisse, l'échange et la remise en cause continue et la volonté de toujours progresser ne peut qu'être la base de la réussite d'une entreprise qui se développe en mode agile. La stratégie ne change pas tous les 4 matins, en revanche, l'écoute globale des problématiques clients, l'écoute des pensées de chacun de ses membres et partenaires permet bien souvent à l'entreprise de permettre de positionner ses produits de la meilleure manière qui soit.

nous partageons

nous partageons

Bien souvent, une problématique client est résolue avant même que l'entreprise cliente ne fasse part de son besoin. En revanche, la réalisation par celle-ci du fait que le service peut être rendu par son produit devient lui souvent problématique. Les innovations de type Marketing pour un fournisseur permettent bien souvent de communiquer au client le fait que son potentiel de création de valeur est fort et en adéquation avec sa politique produit. Encore faut-il que client et fournisseur s'échangent leur points de vue.

La customisation d'une offre n'est jamais la réponse à une problématique client, c'est un long process d'apprentissage mutuel à travailler ensemble qui permet à l'entreprise de développer ses produits tout en permettant au fournisseur de développer son activité au moyen d'un rémunération directe ou indirecte. Mais le savoir s'est échangé au même titre que le proverbe chinois. Ce n'a pas été un simple échange financier.

La force du Far Web est d'avoir réussi à laisser des espaces de marché à conquérir pour une somme finalement assez faible par rapport aux temps précédents, et du coup, développer des services quasi gratuits pour ne pas dire complètement gratuits et partager ses services permettant de changer concrètement les comportements utilisateurs de manière positive est devenu monnaie courante.

Là-dessus, nous pouvons développer encore de nouvelles idées en les basant sur les éléments déjà construits et permettre à de nouvelles entreprises de se développer et de s'associer. C'est ainsi que nous arrivons sur la notion essentielle de partage de l'information entre les éléments d'un même projet quelque soit la nature des relations contractuelles entre elles.

Parce qu'il y a bien une chose qui ne s'achète pas dans une relation, c'est la confiance, elle se gagne, elle se perd, elle se construit mais c'est bien le seul élément que nous pouvons partager de manière infinie pour peu que l'échange entre les gens s'accroissent. Et là, les gains tangibles seront normalement pas quantifiables tant ils seront importants puisque nés de la créativité des gens qui elle-même est sans limites.

C'est peut-être une des causes du ralentissement économique en France, si nous avions finalement plus confiance dans les gens (donc plus d'envie de partager et d'échanger sans s'approprier, en se disant qu'on ne construit jamais rien tout seul), peut-être que les gains globaux seraient bien plus élevés que certains veulent le croire ...

..Non, nous partageons donc nous sommes !- Fabien Salicis

Que pensez vous de cet article ?