'

Nous sommes des Hommes Préhistoriques !

Economie et Travail

6/23/2014

0 commentaire(s)

Nous sommes des Hommes Préhistoriques ! - La crise actuelle part-elle du monde financier pour se propager vers l’économie réelle ou bien est ce l’inverse ? Pour certains experts la crise est une conséquence de la perte du compromis Fordien : en permettant la production de quantités croissantes de marchandises avec des quantités décroissantes de travail, les gains apportés par l'informatisation et l'automatisation ne peuvent plus être équilibrés par une hausse suffisante des salaires. La totalité de la production ne pouvant plus être absorbée par une demande solvable, il s'ensuit une surproduction généralisée qui ne peut être soutenue que par un endettement croissant conduisant à la formation de « bulles spéculatives» puis à leurs éclatements. Nous nous heurtons ainsi de manière récurrente à une barrière que nous ne pouvons dépasser sans revoir le système dans son ensemble. Par ailleurs, la prise de conscience des contraintes environnementales et de l'épuisement à terme des matières premières renforce le sentiment d'impasse de la situation où nous sommes.

hommes préhistoriques

hommes préhistoriques

Si cette hypothèse s’avère juste, on ne pourra jamais « redémarrer comme avant » et beaucoup de choses seront à réinventer, en premier lieu l’entreprise. Jusqu’où faudrait-il remonter dans notre histoire pour retrouver une base solide pour redémarrer ? Jusqu’au Paléolithique ? Mais, pourquoi pas ! Le Paléolithique représente l'époque où l'homme a affirmé sa créativité pour se distinguer fondamentalement de son environnement et développer son individualité. Depuis cette époque, notre curiosité est en éveil et stimule pendant toute notre vie notre désir d'apprendre et de transmettre aux autres nos connaissances. La révolution Néolithique qui s'ensuivit, fut une époque marquée par de profondes mutations techniques et sociales: mise en place de l’économie de production (ancêtre du capitalisme) et sédentarisation des populations. Cette époque a vu aussi l'émergence des Etats, forts et le plus souvent violents et prédateurs, ainsi que la consécration de la liberté du plus fort de faire ce qu'il veut, comme il le veut. Les instruments de domination se sont sophistiqués: guerre, impôts, argent, finance; entretenant la croyance que la prospérité se fait toujours au dépend de quelqu'un d'autre et non par la coopération avec tous.

J'ai quand même du mal à voir dans la crise actuelle les signes avant-coureurs d'un effondrement généralisé qui nous obligeraient à régresser de plus de 10 000 ans en arrière pour retrouver des valeurs de créativité et d'échanges dans l'altérité . Les technologies (informatisation, télécommunications, automatisation) ne sont pas responsables des usages que l'on en fait et justement, les nouveaux usages qui émergent pourraient bien nous donner les solutions pour sortir durablement de la crise. Il s'agit de dépasser la contrainte entre offre pléthorique et demande insolvable en favorisant l’avènement d’une économie moins fondée sur le machinisme mais plus sur le savoir et sa diffusion. Dans cette économie, la création de valeur dépendra de plus en plus du temps consacré à l’apprentissage, à la réflexion collective et aux relations sociales. Ce travail social de communication et d’invention sera au cœur du propulseur économique des entreprises du futur.

Les entreprises qui prendront une place prépondérante, dès la sortie de crise, seront donc celles qui auront su décrypter avant les autres les usages nouveaux des outils informatiques du Web 2.0 pour réinventer leur activité autour du « Réseau Social d’Entreprise (RSE) ». Contrairement à l’arrivée des robots dans les usines, ces technologies 2.0 ne menacent pas l'emploi mais au contraire favorisent l’émergence d’un mode d’organisation plus flexible où chacun est responsable de sa propre action mais où les décisions, prises par le top management, sont basées sur une forme de consensus.

Nous sommes des Hommes Préhistoriques !, Benoit Debray - Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?