'

Portage auto-entrepreuneur : le modèle freelance est-il fait pour vous ?

FAQ-Portage Salarial

12/16/2019

0 commentaire(s)

Freelance, portage auto-entrepreuneur, indépendant : comprendre les profils des “ travailleurs libres”

L’édition 2018 de l’enquête ADP sur les évolutions de l’état d’esprit face aux transformations du monde du travail (à retrouver sur cet article : http://www.influencia.net/fr/actualites/tendance,etudes,francais-sur-deux-pense-changer-employeur-ici-5-ans,9604.html) montre que les salariés sont de moins en moins nombreux à vouloir se mettre à leur compte. A peine 15% des personnes interrogées affirment ainsi penser sérieusement à devenir indépendant dans un avenir proche. Ces chiffres sont intéressants pour les employeurs, qui peuvent donc jouer sur les valeurs d’engagement des collaborateurs, comme le résume le directeur de l’ADP, Carlos Fontelas de Carvalho, le président d’ADP en France et en Suisse : « L’engagement des collaborateurs est un enjeu crucial pour les employeurs. Les salariés ne sont pas versatiles mais plutôt en quête de sens au travail : pour cela, assurer une bonne qualité de vie au travail, mesurer régulièrement l’engagement et proposer des opportunités de mobilité et de réelles perspectives d’évolution est essentiel. Toute entreprise qui cherche à améliorer son taux de rétention doit prendre ce nouvel enjeu en compte, sous peine de voir partir ses meilleurs talents à court ou moyen terme ».

Portage auto-entrepreuneur : le modèle freelance est-il fait pour vous ?

Pourtant, d’autres études datant de 2019 en France montrent l’étendue du paysage des freelances. En 2019, on compterait 930.000 freelances en France. Malt, plateforme de mise en relation qui connecte 130.000 travailleurs indépendants à 15.000 entreprises clientes dont 75% du CAC 40, a publié une étude sur le Freelancing en France et analysé les réponses de 1756 participants spécialisés principalement dans le numérique comme des développeurs (24,7%), des graphistes ou designers (21,5%), des rédacteurs ou traducteurs (13,1%) et des chefs de projet ou coaches (5,8%), pour étudier leur état d’esprit. L’étude montre que ces travailleurs dits “libres” le sont par choix : quelque soit leur statut, auto-entrepreneur, en portage auto-entrepreneur, en freelance, tous sont unanimes : la liberté est celle de choisir ses projets et ses clients, de se frotter à l’entrepreneuriat, de décider de son lieu de travail, de varier ses sujets … Le portage auto-entrepreneur est particulièrement privilégié puisqu’il offre la possibilité de devenir entrepreneur avec l’aide d’une société de portage, ce qui permet de réduire les efforts financiers et humaines comparativement à lorsque l’on monte une entreprise de A à Z (vous pouvez rertouver tous les détails techniques liés au portage sur cet article du blog : https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/portage-salarial-ou-auto-entrepreneur-recapitulatif)

Quel avenir pour le freelance ?

La recrudescence du portage auto-entrepreneur s’explique donc par des changements dans les attentes des salariés, mais également un contexte plus large écosystémique qui change le rapport au travail. C’est précisément ce que nous montrait la citation de Carlos Fontelas de Carvalho et le sens que demandent les collaborateurs dans leur travail.
Ainsi, comme le montre le podcast de Grégory Pouy “travailler plus pour gagner quoi”, “il faut réinventer le mot « travail » et le remplacer par contribuer peut être et du coup ne pas concentrer toute son énergie sur le simple fait de gagner de l’argent mais aussi de jouer, d’aider, rêver, se promener ou autre” (Olivier Maurel, entrepreneur en intelligence collective). Or le portage auto-entrepreneur permet d’accéder à ce type de réflexion, en offrant plus d’indépendance et plus de recul sur la valeur du travail, en n’étant pas intégré dans une grosse structure qui souvent a tendance à lisser les profils et réduire la prise d’initiative.
Le modèle du freelance reste donc toujours séduisant mais pour d’autres raisons que celles souvent évoquées : il s’agit moins d’un matelas financier que d’un vrai moyen de repenser le travail (avec la mobilité du travail), le sens (le choix des missions effectuées), etc.

Pour tout savoir sur les formes de l’entrepreneuriat et du portage salarial, conslutez aussi : https://www.lemonde-apres.com/fr/blog/le-statut-freelance-est-il-fait-pour-moi.

Que pensez vous de cet article ?