'

Portage salarial international

Portage Salarial-FAQ

2/5/2019

0 commentaire(s)

Portage salarial international

Le portage salarial est de plus en plus répandu, et en 2025, les prévisions de la fédération des entreprises du portage salarial prévoit 588 emplois créés, et 5% de l’emploi national en France. Mais qu’en est-il à l’étranger ? Le portage salarial international peut sembler compliqué, mais en réalité beaucoup d’entreprises de portage salarial à l’étranger sont accessibles à ceux qui souhaitent s’expatrier.

Entreprendre ailleurs et autrement

Regarder à l'étranger est souvent un réflexe, et ce dès le décrochage du diplôme, jeunes ou plus confirmés, le portage salarial international est possible pour ceux ayant envie d'ailleurs. Ce type d'expérience à l'étranger, demandant d'autant plus d'autonomie, peut consituter un véritable boost dans une carrière.

Le portage salarial international c’est exporter son savoir-faire, effectuer une mission de courte durée ou démarrer une collaboration avec une entreprise étrangère… sans créer de société. Le portage salarial international permet de tester un concept ou faire valoir ses compétences à l’étranger, tout en limitant les démarches administratives, comme c’est le cas en France.

Portage salarial international

Cette option se développe depuis une trentaine d’années en France, et tend à s’imposer pour les prestations multinationales avec des missions courtes, souvent lorsque l’expatriation n’est pas envisageable. L’entrepreneur qui fournit une prestation à l’étranger préserve ses avantages sociaux (sécurité sociale, assurance chômage, retraite) en France en souscrivant un CDD, ou un CDI “porté”, tandis que la société de portage se chargera pour lui des obligations fiscales, légales et administratives. Plus précisément, dans le cadre d’un portage salarial international, la société de portagel conseillera généralement le salarié porté pour l’aider à négocier une rémunération adaptée à la fiscalité du pays concerné.

Faciliter les contraintes administratives plus grandes à l’étranger

Or souvent lorsque l’on part à l’étranger, les contraintes administratives sont plus grandes. On ne connaît pas la fiscalité ni les normes du pays dans lequel on se rend, et l’on peut vite se faire dépasser, seul face à une montagne de démarches à faire.

Le rattachement à la société de portage

Mais lorsque l'on parle du portage salarial international, un choix reste important : celui du rattachement à la société de portage. Ce rattachement peut se faire à une société de portage française, ou étrangère, dans le pays où vous effectuez une mission. Certains professionnels choisissent ainsi d’être rattachés à une société de portage salarial internationale, notamment pour profiter de cotisations fiscales moins élevées et afin de revoir à la hausse leur rémunération nette. Parmi les pays les plus prisés, figurent notamment l’Angleterre et le Luxembourg, qui plafonnent les cotisations sociales : limitées à 12,35 % au Luxembourg, (contre 23 % en France). elles n’excèdent pas 12% au Royaume Uni, même si le pourcentage de cotisations salariales varie en fonction du salaire. En ce sens, le portage salarial international peut apporter une vraie plus-value fiscale.

Portage salarial international : détachement ou expatriation ?

Enfin, le portage salarial international implique de choisir son statut : le détachement ou l’expatriation. L’expert détaché effectue une mission ponctuelle, mais reste soumis à la législation française. A l’inverse, si un expatrié réalise une mission de longue durée (plus de six mois) à l’étranger, la protection sociale et les coûts sont différents.
Ce statut est à choisir selon le profil auquel on correspond : consultants exerçant en France pour le compte de clients étrangers, consultants désireux de se développer à l’international, consultants effectuant des missions ponctuelles à l’étranger, consultants qui partent en mission longue durée à l’étranger, sont autant de profils auxquels s’adresse le portage salarial international.
 

Que pensez vous de cet article ?