'

the Blog

Tous les articles

Nos Derniers Articles

L'armée des clones...!
Bonheur et Travail

-

Portage Salarial
L'armée des clones - Se fabriquer un modèle pour tenter de comprendre la complexité du monde et agir sur lui est une tache légitime. Le danger vient quand, à la longue, on finit par identifier le modèle à la réalité et celui-ci, en prescrivant systématiquement un remède « écrit à l’avance », finit par produire de la cécité au lieu de la connaissance. Voila une cause des échecs répétés de nos responsables politiques à conjurer le chômage dans notre société. C’est ce que nous explique Philippe Askenazy dans son dernier livre: Les Décennies aveugles - Emploi et croissance - 1970-2010. Ce fameux « modèle » censé régir le marché du travail flatte notre paresse intellectuelle. Il nous fait écarter les autres interprétations possibles du réel pour nous imposer sa représentation. C’est ainsi que nous nous retrouvons embrigadé dans l’armée des clones, la plus grande menace qui soit pour la démocratie. l'armée des clones Constatant que dans un environnement concurrentiel, les prix sont en perpétuelle variation pour l’ajustement de l’offre et de la demande, nous trouvons logique que l’entreprise soit fondée à répercuter cette instabilité sur la gestion des couts de ses ressources internes. Le modèle de base part donc de la notion d’appariement entre un agent et une prestation: un contrat stipulant l’ensemble des tâches à effectuer et le salaire versé en retour. Pas besoin de faire référence ni à la singularité du travailleur, autre que ses qualifications, ni à celles du collectif qui l’entoure. Ce modèle prédit au niveau macro-économique, la formation d’un salaire d’équilibre permettant l’ajustement optimal entre offre et demande. Soit, mais comment expliquer que le chômage puisse subsister en même temps que des offres d’emploi non satisfaites ? Avec la courbe de Beveridge, bien sur ! Celle-ci en représentant l’offre et la demande  insatisfaites d’emplois permet de construire la « théorie du chômage». Un chômage conjoncturel se traduit par un déplacement le long de la courbe et implique des actions sur le niveau des salaires. Mais que se passe-t-il quand on « change de courbe », ce que « l’économiste en chef» appelait le chômage structurel ? On peut avancer ici beaucoup d’explications plus ou moins rationnelles qui souvent n’ont d’autres finalités que celles propres aux personnalités politiques qui les expriment. Se sortir de l’armée des clones consiste à résister à l’explication officielle du moment qui implique pour la catégorie concernée – jeunes, vieux, femmes au foyer, immigrés, … - de « cloner » le dispositif qui, d’après le modèle, les conduira à l’emploi. Il est faux de croire que le marché du travail occupe un lieu mythique où se confronteraient une offre et une demande de travail. Son cadre se situe plutôt dans les entreprises, lieu où se tissent des relations d’emploi. La raison d’être d’une entreprise est de constituer, à partir de l’appariement entre une personne et l’entreprise, un « collectif de production structuré ». Parce que l’on cherche à ce que le tout soit supérieur à la somme des parties, la relation d'emploi entre une personne et une entreprise ne peut pas être représentée comme un appariement anonyme. Au contraire, une solution d’intermédiation comme le « Portage Salarial» semble de nature à favoriser la mise en place de relations d’emploi singulières et pérennes. L'armée des clones, Benoit Debray - Le Monde Après
La longue traîne.
Portage Salarial
La longue traine-  Vivons-nous dans une société égalitaire ? Ce serait une société où, suivant La Boétie, « aucune personne ne pourrait détenir du pouvoir sur les autres ».  Nos choix seraient alors la stricte manifestation de notre volonté en toute indépendance de celui des autres. A l’échelle permise par notre société de consommation, la diversité des personnes se refléterait dans la diversité des produits consommés, c'est-à-dire que la probabilité des ventes d’un produit sur un segment donné suivrait une loi de distribution normale (la fameuse courbe de Gauss). Nous savons depuis longtemps qu’il n’en est rien. C’est même une caractéristique des sociétés humaines que les espérances de ventes dans un segment suivent une loi de distribution en puissance (la fameuse courbe de Pareto : 80% des ventes sont faites par 20% des produits). Nous sommes donc bien loin d’un fonctionnement égalitaire car les produits les mieux vendus accroissent inexorablement leur avance sur les suivants. Cette loi statistique a permis d’expliquer les phénomènes de concentrations industrielles et sert quotidiennement de justificatif aux contrôleurs de gestion « Excelomane » pour sélectionner leurs indicateurs. Pourquoi en est-il ainsi ? A première vue on peut mettre en avant les couts logistiques, de distribution et les économies d’échelles qui poussent à concentrer les ressources sur les produits les plus vendus au détriment des autres. Il faut approfondir car ce phénomène « inégalitaire » est apparu aussi dans des activités dématérialisées comme la production des blogs. En fait la raison profonde est que nous ne sommes pas égaux car nous nous influençons les uns les autres. Appelons cela « mimétisme» ou « pouvoir de recommandation » peu importe, la moindre tendance sur le marché sera amplifié par ce « feed back positif » aussi surement que des bouchons apparaissent spontanément sur les grands axes dès que la circulation atteint un certain seuil les retours de week end.  L’égalité n’existe pas dans notre société car nous détenons chacun du pouvoir sur les autres. Puisque nous sommes condamnés à vivre avec la loi de distribution en puissance, essayons d’en exploiter une caractéristique intéressante: la longue traine.  Cette propriété n’a pas échappé aux gourous du web car elle est à la source des principaux business sur internet. Contrairement à la loi normale critiquée pour sa « queue étroite », la loi en puissance présente une longue traine dont les éléments peuvent au total représenter un poids plus important que les 3 ou 4 premiers de la liste. Il n’en faut pas plus pour déclencher une lutte acharnée entre différents acteurs industriels pour installer des péages sur les routes du net et exploiter la longue traîne des PME, TPE et travailleurs indépendants. Rappelons-nous seulement au sein de cette bataille que notre passion pour la liberté n’est bornée que par l’attachement à la communauté à laquelle on appartient. La longue traine signifie aussi qu’un fonctionnement en « plasma collaboratif» devient possible et que cela est un formidable outil d’émancipation pour chacun de nous. En particulier en utilisant le « portage salarial» ! la longue traine La longue Traine, Benoit Debray - Le Monde Après
A quoi sert un consultant en entreprise ?
Portage Salarial
A quoi sert un consultant en entreprise ? - Cette question rappellera d’amers souvenirs à ceux qui, à plusieurs reprises et dans différents secteurs, ont été soumis à de multiples projets de réorganisation visant à s’orienter vers un futur industriel que nous n’étions plus capables d’imaginer en interne. Admettons l’indispensabilité des sociétés de conseil qui font prendre conscience, toujours brutalement  bien qu’elles essayent d’y mettre les formes, à une entreprise donnée qu’elle a perdu son aspect sexy. Un peu à la manière de la chanson de Charles Aznavour « Tu t’laisses aller ! » qui traite du vieillissement inconscient. Il s’agit de convaincre l’intéressé qu’il ne se voit pas comme il est vraiment et que l’image qu’il se fait de lui n’est pas celle que ses partenaires perçoivent. C’est là que réside la difficulté et que tout se joue. Beaucoup d’entreprises ont évoluées sous l’influence et le charisme de leurs équipes managériales qui ont produit une culture auxquelles les cadres et le personnel sont intimement attachés. Elles possèdent un vécu humain primordial qui ne doit en aucun cas être banalisé. consultant en entreprise Pourtant l’introduction d’une société de conseil dans une entreprise est souvent ressentie comme un viol. Comment rendre chacun consentant ? et plus, coopérant ?  Nos expériences diverses passées démontrent que le temps d’une mission de consulting est compté, ne laissant que peu ou pas de place pour  des ‘’préliminaires’’ avant l’exécution de la mission…Cela fait mal et la plupart du temps, c’est loupé ! Sommes-nous capables de nous auto-diagnostiquer ? Avons-nous la perspicacité d’en appeler aux vues de consultants externes pour actualiser la vue de sa propre entreprise ? Existe-t-il un autre chemin de réflexion que celui qui passe uniquement par les investisseurs, les préteurs, les créanciers ? Pour l’entreprise qui ne performe plus au rythme attendu par ses créanciers la « vision extérieure » devra impérativement intégrer le souci des financiers investisseurs. Cependant il parait clair que cette « vison extérieure » doit prendre sa source de l'entreprise elle-même et non des apporteurs de fonds. La raison est que l'information contenue dans l'entreprise inclue la finance: sa forme, ses sources, ses emplois alors que l'information contenue dans la finance ne représente que les finalités des investisseurs. Mandaté par l'entreprise, le consultant extérieur est alors idéalement placé pour mettre en évidence les opportunités de création de valeur pour l'entreprise et par voie de conséquence pour ses investisseurs et préteurs. Le point primordial est donc l’approche humaine dont la clé de la réussite réside depuis le premier contact jusqu’à la finalisation du projet dans la psychologie des individus. Le consultant se doit de porter en lui une forte part d’humanisme. En structurant ses valeurs autour de l’autonomie offerte par « le portage salarial » et la dynamique des échanges du « plasma collaboratif », « Le Monde Après »  a pour but de développer cette part d’humanisme qui existe en chacun de nous afin de la mettre au service des entreprises. A quoi sert un consultant en entreprise ?, Benoit Debray - Le Monde Après
Vous pouvez changer votre vision du monde !
Portage Salarial

-

Bonheur et Travail
Vous pouvez changer votre vision du monde !- La démarche que nous adoptons dans la communauté « Le Monde Après» ( Portage Salarial et Plasma Collaboratif), consiste à résister à l’envie de contrôler notre environnement. Il s’agit, au contraire, d’adopter une posture d’ouverture au monde permettant de dialoguer avec lui. Nous savons ( voir la pensée balistique) que notre conscience organise constamment nos perceptions dans un système de croyances qui peu à peu, nous coupe des opportunités offertes par le monde qui nous entoure. Edgar Morin a dans sa « méthode», expliqué depuis longtemps ce mécanisme de sélection et de rejet des données en fonction de la vision du monde qui gouvernent nos perceptions. Un exemple célèbre est le passage de la vision géocentrique (le soleil tourne autour de la terre) à la vision héliocentrique (la terre tourne autour du soleil). Les données utiles pour justifier l’une des théories sont celles qui sont rejetées, car inexplicables, par les protagonistes de l’autre théorie. Lorsque la nouvelle vision finit par s’imposer, les principaux constituants sont toujours là (les planètes, le soleil) et la plupart des modes de calcul sont conservés. Par contre la vision globale obtenue est bien plus révolutionnaire qu’une simple permutation entre la Terre et le Soleil. Dans la conception héliocentrique nous sommes devenus les habitants d’une petite planète (« third stone from the sun») orbitant autour d’une étoile quelconque, elle-même isolée dans une région périphérique de notre galaxie, au sein d’un univers qui en comporte au moins des milliards. La question qui se pose aujourd’hui pour nous, consultants de « Le Monde Après », est de savoir si ce sont les humains qui tournent autour des entreprises ou bien si ce sont les entreprises qui finissent par émerger des relations qui se développent entre les humains ? vision du monde Nous constatons tous les jours où nous mène la première conception, « entreprises centrées » : elle nous conduit vers l’armée des clones. Chacun y est fortement incité à se conformer à un modèle dominant pour augmenter ses chances de trouver un emploi, il faut développer son « employabilité ». Les données qui comptent pour cela sont les « attributs » de la personne comme les diplômes et autres caractéristiques plus ou moins explicites. On en arrive ainsi à stigmatiser des catégories de personnes pour lesquelles l’opération de clonage est de plus en plus difficile : les jeunes sans expériences et/ou sans diplômes, les séniors, etc. L’économie se fige et le nombre de chômeurs augmente inexorablement. Il se trouve que nous avons maintenant, grâce à internet, une expérience communicante plus riche dans nos vies privées qu’au sein du cadre de travail fourni par l’entreprise traditionnelle. Ce surcroit d’intensité dans nos relations entre humains nous amène naturellement à concevoir une vision, symétrique et antagoniste à la conception « entreprises centrées », que nous avons appelé « plasma collaboratif». Compte tenu de la diversité des modes d’interaction dont nous disposons désormais, comment le concept d’entreprise pourrait il exister indépendamment des relations entre les personnes ? Les « données qui comptent » ne peuvent se limiter aux attributs de la personne. Les capacités relationnelles d’ouverture aux autres sont essentielles à la performance des entreprises et à la satisfaction de leurs clients. De même qu’il est maintenant acquis que l’univers ne tourne pas autour de la Terre, il convient maintenant d’arrêter de considérer que les humains sont des ressources pour les entreprises alors que c’est exactement l’inverse. Les entreprises sont des ressources pour les humains car l’entreprise est le meilleur dispositif que nous avons inventé jusqu’à présent pour créer de la richesse et la partager. Que m’importe finalement de vivre sur une petite planète perdue dans l’univers si mon expérience de vie s’intensifie et s’enrichit au contact des autres ! Vous pouvez changer votre vision du monde !- Benoit Debray
Devenez entrepreneur salarié.. !
Portage Salarial
Devenez entrepreneur salarié- Les discussions sur le stand de « Le Monde Après » au dernier salon Micro-entreprises ont été l’occasion de prendre du recul sur nos expériences respectives de consultants en portage salarial. Pour beaucoup d’entre nous, l’expression  entrepreneur salarié  résume bien ce que nous vivons. Salariés, nous l’étions déjà lorsque nous occupions un emploi dans une entreprise. Salariés, nous le sommes toujours grâce au statut du portage salarial. Sommes nous pour autant des entrepreneurs ? Développer une mentalité d’entrepreneur est beaucoup plus difficile que de prolonger son statut juridique de salarié en rejoignant « Le Monde Après». Cela implique une démarche intense sur le plan personnel, associée à une ouverture aux autres car on ne devient pas autonome avec ses seuls moyens. Pourquoi est ce si difficile ?  Dans son dernier livre, Jean Claude Michéa se livre à une critique constructive de notre société post-moderne qui peut nous éclairer : En substituant une logique d’emploi (l’homme est une ressource pour l’entreprise) à celle, plus ancienne, de métier (l’entreprise n’existe que grâce aux compétences apportées par les humains), nous avons subi un processus de « domestication » qu’il convient dorénavant de « désapprendre ». entrepreneur salarié Imaginons nous d’abord à « l’état sauvage » c'est-à-dire libre d’évoluer dans notre écosystème pour trouver notre subsistance. Puis acceptons maintenant cette idée de « domestication » qui, en échange d’un revenu garanti, nous à fait perdre cette autonomie naturelle pour être dépendant de la sollicitude de ceux qui « offrent des emplois » dans les « petites annonces ». En période de crise l’emploi moderne est condamné à devenir flexible et précaire, contrairement au métier qui est fondé sur l’autonomie du travailleur spécialisé. C’est bien cette autonomie que nous devons retrouver pour ne plus avoir à demander un emploi à de futurs maitres mais au contraire, offrir des prestations uniques aux clients que nous avons choisis. Comment y arriver ? Il n’existe pas de recette miracle car il appartient à chacun de trouver le chemin qui lui convient. Sous le vocable un peu ésotérique de « plasma collaboratif» nous avons regroupé des pratiques et des outils pour nous aider à devenir des « entrepreneurs salariés » : projet professionnel, parrainage, « personnal branding », contrat « multi-consultants », ateliers / formations, écriture de blogs, mixité générationnelle, etc. Ces pratiques collectives et les systèmes de solidarité qui vont avec, forment une sorte d’équilibre entre le « solitaire » et le « solidaire », c'est-à-dire entre l’entrepreneur et le salarié. La recherche de cet équilibre est un travail permanent d’émancipation qui développe l’ouverture aux autres en dépassant son point de vue particulier. C’est ce que Jean Claude Michéa appelle la « common decency» que l’on peut résumer comme la conviction « qu’il est encore possible d’édifier un contexte social susceptible d’encourager les individus à donner, autant qu’il est possible, le meilleur d’eux-mêmes ». Devenez entrepreneur salarié.. ! -Fabien Salicis- Le Monde Après
Entropie des organisations par Benoit Debray
Portage Salarial
Entropie des organisations- Benoit Debray Le terme que nous avons choisi pour différencier notre activité de portage salarial, « Plasma Collaboratif», ne laisse pas indifférent.  Certains l’aiment, d’autre pas, tous sont surpris. Ce qui est en général un bon début pour commencer une relation. Dans le choix du terme de « plasma collaboratif » se cache une vision de l’entreprise radicalement différente de la vision classique, en particulier sur le sujet très controversé de « l’entropie des organisations ». Quand on emprunte un concept de la Physique pour l’appliquer dans un domaine  tel que l’entreprise, on génère souvent des incompréhensions donc souvent, des controverses. Que nous dit la vision classique sur « l’ entropie des organisations » ? Elle nous dit que l’organisation est une coalition de groupes d'individus aux objectifs potentiellement conflictuels. Cela veut dire que chaque individu n’ajustera pas toujours ses efforts aux intérêts de l'organisation. Par exemple, les dirigeants pourront négliger des décisions stratégiques au profit de décisions opérationnelles, entretenant un conflit avec les actionnaires au sujet des critères de maximisation du profit.  Un autre exemple est celui du système hiérarchique censé régir les rapports d’autorité entre supérieurs et subordonnés. Il s’agit d’un « réseau vertical » sur lequel l’organisation s’appuie pour se maintenir ou se renforcer. Simultanément, un « réseau horizontal », symbolisant les relations informelles entre individus, apparait inévitablement. L’analogie avec le concept physique d’entropie démontrerait alors que l’efficacité du réseau vertical, c'est-à-dire le signal « utile », s’érode progressivement au profit de celle du réseau horizontal, c'est-à-dire le bruit qui par définition se répand. Apparait donc une tendance irrémédiable au déclin pour les organisations, ce qui semble conforme au second principe de la thermodynamique (l’entropie augmente toujours). Pour éviter de décliner, il faudrait donc rétablir constamment le système hiérarchique. En poussant à la limite ce raisonnement on aboutit au Taylorisme qui part du principe que les subordonnés  n’ont  ni la capacité, ni la motivation nécessaires à l’optimisation scientifique des taches. Ils ne prennent pas d'initiatives et fuient les responsabilités. Il  faut les diriger avec fermeté. Cette vision caricaturale de l’entreprise comme un système clos, fonctionnant selon des règles préétablies, ignorant à la fois les relations entre les personnes et celles de l'entreprise avec son environnement, représente pour moi le niveau d’ entropie maximal. C'est-à-dire celui qui correspondrait au plus grand désordre, en contradiction totale donc avec la vision classique. Revenons à la physique pour essayer de résoudre cette contradiction. Que nous dit-elle ? Les travaux récents de Cédric Villani, qui lui ont valu la prestigieuse médaille Fields en mathématiques, nous montrent que dans certaines circonstances, un phénomène peut converger vers l’équilibre sans augmenter l’entropie. Alors que dans un gaz, les particules s’influencent les unes les autres uniquement lors de leurs collisions, les particules d’un plasma s’influencent aussi à distance. Cela vient du fait que dans un plasma les particules sont chargées (pensez à un ensemble d’électrons séparés de leurs noyaux). En flottant librement, elles créent un champ électrique qui en retour influence leurs déplacements. Pour modéliser le comportement d’un plasma il est indispensable de prendre en compte les relations à longue distance entre les particules qui le composent. Ce modèle de « plasma » est très utile pour imaginer des formes d’organisations beaucoup plus adaptées au monde actuel interconnecté que la vision classique autocentrée sur les processus de production. Au sein du collectif « Le Monde Après», ce modèle est à notre disposition pour asseoir notre activité de consultants en proposant des solutions innovantes, adaptées et collectives à nos clients.
La Fin du Salariat, chronique d'une mort annoncée
Portage Salarial
La fin du salariat est le titre d’un livre récemment publié et largement commenté par les médias. salariat La fin du salariat, c’est un sujet central pour « Le Monde Après » car nous espérons préserver la forme juridique du salariat grâce au portage salarial tout en développant notre activité de consultant indépendant (voir le concept « entrepreneur salarié»). Examinons donc cette chronique d’une mort annoncée depuis … bien longtemps puisque les syndicalistes révolutionnaires du XIX e siècle souhaitaient déjà abolir cette survivance du lien féodal unissant le serf à son maitre. Le salariat s’est malgré tout  imposé comme le modèle dominant personnifiant le pacte social implicite, protection contre subordination, engendrant la prospérité de l’après guerre (« les trente glorieuses») et fondant la société de consommation. Au moins sous sa forme la plus répandue (CDI avec un employeur unique),  le salariat n’en a pourtant plus pour longtemps. Il est en train de succomber aux actions combinées des trois forces suivantes : L’économie tout d’abord car la crise du modèle de croissance rompt le pacte social : le salariat ne garantit plus un lien durable entre employé et employeur. La société principalement car les aspirations légitimes des individus pour l’autonomie contredisent l’exigence de soumission volontaire en échange de la protection offerte par le salariat en entreprise dans sa période de gloire. La technologie enfin car chacun peut désormais reprendre en main son propre environnement de travail sans se plier à une organisation du travail imposée par les employeurs. Cette dernière force, la technologie, est essentielle car d’une part elle est inéluctable : qui peut arrêter le progrès, internet en l’occurrence ? D’autre part, la technologie perturbe l’ordre établi mais apporte aussi les solutions pour sortir de la crise. Beaucoup de commentateurs entrevoient le passage d’une société hiérarchique vers une nouvelle ère où nous aurions plus d’opportunités pour développer nos capacités sociales, nos connaissances, notre créativité. La transition risque néanmoins d’être rude. Il appartiendra à chacun de gérer son « employabilité » et d'entretenir ses compétences. Certains, la « classe créative», y parviendront sans trop de difficultés. Pour d’autres, le chemin sera compliqué. Une bonne transition entre les deux mondes nécessitera non seulement de préserver les systèmes actuels de solidarité mais aussi d’en imaginer d’autres. Le portage salarial, associé au plasma collaboratif, apparait ainsi comme une solution efficace. Le transfert du « lien de subordination » de l’employeur unique vers la société de portage maintient le régime du salariat et les droits sociaux qui y sont liés. La pratique du « plasma collaboratif » nous fait rentrer pleinement dans cette société de la connaissance et des réseaux qui émerge peu à peu sous nos yeux.
Back to The Future: le Portage Salarial
Portage Salarial

-

Futur et Travail
Back to The Future- Le Portage Salarial, tel qu'entendu de manière habituelle, est souvent connoté avec une vision extrêmement administrative des process. C'est une bonne chose que de pouvoir assumer une bonne gestion, condition sine qua none de la réussite financière de l'entreprise. Dans le cadre d'un consultant en portage salarial, il est très important de pouvoir gérer ces aspects ce que font n'importe quelles entreprises de portage salarial. Mais on peut quand même un peu mieux faire dans l'absolu. Parce que si nous n'avons rien à gérer, les structures de gestion ne servent pas grand chose ! Gérer la vie administrative c'est important mais le portage salarial du futur peut se voir également comme la création d'un environnement proche de celui de l'entreprise en terme de relations humaines, et proche de celui de l'entreprise avec ses spécialisations par département. Sauf que dans le portage salarial, chaque personne est une entreprise donc il n'est absolument pas impossible de mutualiser les forces sur les compétences de chacun permettant de développer des démarches fortes de ventes synergiques en profitant des compétences de chacun. Ce que Le Monde Après essaie de structurer est une manière facile, intelligente et extrêmement ludique de communication entre sa communauté de portés permettant de développer les relatons entre les gens, sans pour autant interférer dans leur business développement mais permettant de l'optimiser en lui donnant les meilleurs outils possible: Pour vous en convaincre, je vous laisse juste vous connecter à: Le Monde Après Et là, nous rejoindrons les concepts prônés par le Lean Startup nous permettant à terme de développer de manière beaucoup plus rapide, beaucoup plus efficace et plus économique les business du futur. Gagnez du temps et ce qui va avec en résumé ..;-) Back to The Future: le Portage Salarial - Fabien Salicis
L'expérience est une lanterne ...
Portage Salarial
L'expérience est une lanterne ...... que l'on porte sur le dos et qui n'éclaire jamais que le chemin parcouru. Ce proverbe chinois attribué à Confucius permet d'introduire un des facteurs les plus forts de la complexité humaine dans l'entreprise et la difficulté à gérer les expertises. expérience Lors d'une conversation, il arrive que nous utilisions notre expérience ou notre expertise comme un argument dévastateur qui donnerait immédiatement et sans discussion possible raison à nos idées. Très souvent, chacun vante ses différentes expertises, dans un combat d’égos survoltés, pour avoir le mot de la fin. On s’écarte alors de la discussion initiale pour s’enfoncer dans une querelle aussi inutile qu’absurde. En entreprise, les discussions doivent permettre de prendre des décisions. Et les multiples expertises sont alors nécessaires pour éclairer des points de vue différents, et mettre en lumière des routes alternatives. Pourtant, certains experts profitent de leur seul « statut » pour justifier leur point de vue. Ils réagissent comme si leurs expériences passées pouvaient se généraliser et qu’elles étaient autosuffisantes pour prendre des décisions, sans tenir compte d’un quelconque avis alternatif. En tant que consultants indépendants chez Le Monde Après, nous pensons que l'expérience est un bâton sur lequel on peut s'appuyer, mais qu’il ne remplacera jamais l'innovation et la capacité d'adaptation à une situation donnée. Là-dessus, à tous les apôtres de l'expertise dans l'argument, nous pouvons répondre que l'expertise est un carburant qui s'épuise à mesure qu'on l'utilise. La régénérescence de l'expertise se fait par l'énergie et la volonté de créer de nouvelles connaissances et savoir faire. Il s’agit donc de s'adapter, de ne pas s’endormir sur l'expertise accumulée dans le passé mais bien de la renouveler à chaque instant. Ne nous enfermons jamais en tant que travailleur, et encore plus en tant que consultant, dans l'expertise absolue comme règle de vie. Le risque serait alors de consommer l'énergie que nous avons accumulée. Le danger sera alors de ne plus écouter l’entourage qui souhaite apporter des contributions utiles à nos idées. Amis, ne devenez jamais expert de quelque chose, restez l’équipier qui met son énergie à la construction d'une expertise commune pour l'entreprise. Non seulement l’équipe progressera d’autant mieux, mais c’est aussi la manière la plus efficace de construire une crédibilité collective, grande et durable. Merci beaucoup à Bastien Sannac et à Julien Grimal pour l'aide apportée dans l'écriture de cet article. Le Portage Salarial selon Le Monde Après a du bon pour générer le plasma collaboratif. L'expérience est une lanterne - Fabien Salicis - Le Monde Après
Merci la Crise ! ... Episode 2: l'écosystème contre-attaque !
Bonheur et Travail

-

Portage Salarial
La crise est le révélateur des éléments qui ne croyaient pas vraiment aux valeurs de l'entreprise.  Une chose est sure, l'écosystème en vit au quotidien. Ses acteurs en dépendent au même titre qu'une relation symbiotique. En état de dépendance complet de la réussite de celui-ci, l'écosystème se renforce à mesure que la crise le frappe durement. Prenons l'exemple de l'automobile : lorsque la crise a frappé durement, c'est tout l'écosystème des constructeurs de voiture qui a été touché. D'une manière similaire à celle de l'entreprise, l'écosystème contient des éléments qui sont des intermédiaires dits "opportunistes". Ces intermédiaires n'ont pas construits l'ensemble de leur business sur la durabilité. Mais les autres acteurs (qui ont tissé de nombreuses relations durant les périodes pré-crises) les renforcent encore plus afin de réussir à passer la mauvaise période ensemble. La crise renforce ainsi les relations entre les acteurs d'un même écosystème afin que ceux-ci réajuste leurs offres, leurs politiques de prix, leurs positionnement dans cet écosystème et cette synchronisation ne peut que se faire qu'avec les membres tournés vers la réussite globale de cet écosystème. Prendre soin de ses fournisseurs, de ses clients, et de ses partenaires qui vivent des périodes difficiles est aussi le moyen le plus efficace de participer à une reprise d'activité beaucoup plus florissante. L'innovation faite en partenariat avec ses clients, et ses fournisseurs permet d'ailleurs bien souvent d'aller attaquer le marché de manière beaucoup plus prolifique lors de la reprise, la période ayant voulu que les produits innovants aient été créés avec une contrainte économique forte. En période de reprise, la marge peut donc s'accroitre et relancer la croissance. Prenons l'exemple du portage salarial : ce système d'intermédiation a été crée pour permettre une plus forte flexibilité des entreprises face à des fluctuations d'activité. Ce mode de travail permet à un salarié "entrepreneur" de disposer d'un contrat de travail classique tout en développant son activité. Il est donc une solution alternative et innovante à un système parfois moins flexible en cas de crise. La crise étant un fort moteur de l'innovation, la contre-attaque de l'écosystème ne peut donc se faire qu'en capitalisant sur les relations construites pendant les périodes fastes et sur la manière dont on a abordé en tant qu'entreprise, membre d'un écosystème, la crise: avec un peu d'exemplarité et beaucoup de solidarité.
Merci la crise ! ... Episode 3: le retour de l'éthique !
Bonheur et Travail

-

Portage Salarial
À quoi sert une crise ? La crise permet-elle à l'éthique de prendre de l'ampleur? Beaucoup de gens peuvent se demander les causes de la crise, mais dans l'absolu, si l'analyse des causes est intéressante, l’analyse des effets peut l'être encore plus ! Une crise déterre les éléments cachés au même titre qu'elle agit comme un révélateur de ce que pensent les gens. C'est une période où les éléments qui n'étaient pas dans le cadre se révèlent et notamment les abus qui n'étaient pas montrés en temps de prospérité. Du coup, une crise renverse bien souvent la vapeur dans le sens de l'éthique de la gestion des sociétés. Une société est gérée en fonction d'un contexte. Lorsque l'argent n'est pas un problème, on finance plus la croissance, mais également, on laisse plus de place au flou dans la gestion de l'éthique des dépenses. Une éthique est avant tout contextuelle et dépasse les simples valeurs de l'entreprise. Elle a un environnement. Elle est dépassée lorsque, dans notre environnement, les référentiels contextuels sont dépassés. Par exemple, la procédure de dérogation est nécessaire au non-blocage d'une situation. En revanche, systématiquement déroger à une règle définie n'est pas éthique. La crise a pour avantage de définir dans un temps très court des procédures efficaces et rentrant dans le cadre d'une nouvelle définition, donc d'une éthique. Lorsque les périodes se tendent, chaque organisation, et quelle que soit sa taille, devrait avant tout penser à la manière dont elle pourrait se sortir des dépassements dits "d'éthique" qu'elle a engendrés dans son contexte de croissance. Elle pourrait même et pourquoi pas... simuler une crise en amont de manière ponctuelle afin de diagnostiquer les dérives éthiques dans la gestion quotidienne, ça serait encore le meilleur moyen de rester dans l'acceptable, car une éthique complète, ne sera jamais non plus humaine.
MonCompte – je gère mon activité sur Internet 24 / 7
Portage Salarial

-

FAQ
MonCompte – je gère mon activité sur Internet 24 / 7 Le Monde Après se dote dès le 1 er Juillet de Moncompte, un système permettant de gérer son activité de consultant en temps réel ! Lorsque nous nous sommes lancés dans ce projet, nous avions un seul objectif, rendre encore plus facile la gestion de son activité et donner un accès permanent à l’état de son compte d’activité aux consultants indépendants. Le gain de temps dans la gestion administrative reste notre priorité car comme nous le savons tous, il est beaucoup plus intéressant de se concentrer sur son commercial et ses missions que sur la gestion de celle-ci (c’est pour cela d’ailleurs que nous avons pris le portage salarial). A la découverte de MonCompte Commençons par vous donner une adresse simple qui reviendra surement plus souvent encore que Facebook ou les Echos : http://mon compte.lemonde-apres.com (pas encore disponible). Une fois loggué avec vos identifiants qui vous sont transmis, vous verrez un espace des plus simples pour gérer son activité. Je gère l’état de Mon Solde Mon Solde est l’état de Mon Compte d’activité. En effet, comme une entreprise gère sa trésorerie, le Consultant Indépendant fait de même. C’est pour cela que Mon Solde de compte se présente sous la simple forme d’un compte bancaire et a pour objectif de montrer en un coup d’œil vos derniers mouvements : -          Encaissements de factures -          Emission des salaires -          Notes de Frais -          Prélèvements sociaux -          Commissions de portage salarial Tout y est détaillé rendant ainsi très explicite ce qui se passe avec votre gestion de trésorerie moncompte Je gère mes Contacts et mes Contrats Commerciaux Toute activité commerciale commence par la gestion de ses contacts commerciaux. Donner un CRM simple à l’ensemble des consultants est aussi un moyen de suivre ses contacts et le cas échéant de les convertir instantanément en contrats commerciaux. moncompte Lorsque ses contacts sont bien suivis, les transformer en Clients et en Contrats Commerciaux se fait en un Clic moncompte Je gère ma facturation grâce à mes CRA Lorsque les prestations sont réalisées, nous avons accès instantanément à la liste des contrats en cours et donc la possibilité encore une fois en un clic d’émettre un Compte-Rendu d’activité (ou de son petit nom, le CRA) moncompte Mes frais professionnels enregistrés dès l’engagement de la dépense Chaque jour, pour faire vivre mon activité, entretenir mon réseau, investir dans les équipements qui me permettent de réaliser mes prestations, je suis susceptible de passer des frais professionnels. Nous pouvons désormais le faire à engagement de la dépense le jour même : pour cela, il suffit de prendre en photo avec son téléphone la note, de la mettre sur son ordinateur, de l’attacher au système en renseignant les informations de base et de demander sur une base mensuelle votre validation. Cela prend 30 secondes à chaque frais et une minute pour envoyer le tout à la fin du mois. Fini les séances notes de frais interminables. moncompte Et pour finir le versement de Mon Salaire Et pour finir, je n’ai plus qu’à regarder mon Solde d’activité, et je suis notifié à chaque cycle de paie de la possibilité de me verser mon Salaire et cela se règle également en 2 clics ! Ce système a été fait pour gagner du temps. Il est là pour vous et s’inscrit directement dans l’évolution de la société ! Une fois utilisé, n’hésitez pas à nous faire vos retours afin d’améliorer en continu la solution et la qualité de service. A très bientôt et au plaisir de vous voir L’équipe Le Monde Après.

121-132 of 159 résultats

1...91011121314