Logo OpenWork (production deploy – branch:master)

Nos clients témoignent

Excellent

Trustpilot Stars134 avis 4.9 sur 5 basé surTrustpilot Logo

Pour plus de solidarité, faisons don de nos RTT !

1/30/2018

0 commentaire(s)

Manel El Robrini

Si les cagnottes partagées sont aujourd'hui nombreuses pour venir en aide à une connaissance en difficulté, parfois l'aspect financier n'est pas toujours le plus pressant et cette connaissance que l'on souhaiterait aider est tout simplement un collègue de bureau.
Dans ces cas-là, et depuis 2014, la loi met à disposition des salariés un outil encore trop peu utilisé : le don de RTT (réduction du Temps de Travail) . S'il est encore peu médiatisé, cela risque peut-être de changer dans les mois à venir, une extension de son champ d'application étant en examen en ce moment même au Sénat…

En effet, introduit en 2014 par la loi Mathys, le don de RTT est réservé jusqu'à maintenant aux travailleurs dont l'un des enfants est gravement malade.
Il prévoit la possibilité pour un salarié qui aurait un enfant de moins de 20 ans malade, handicapé ou victime d'un accident particulièrement grave (et donc nécessitant une présence soutenue et des soins contraignants) de faire appel à la générosité de ses collègues afin de recueillir des RTT qui lui permettent d'assurer cette présence, après accord et autorisation de son employeur.
Étendu en 2015 au secteur public, ce système a ainsi déjà permis à plusieurs centaines, voire milliers de journées de RTT d'être échangées.

C'est le cas par exemple en 2011, dans l'usine Badoit où 116 salariés ont permis à l'un de leurs collègues de cumuler 170 jours de RTT afin de rester auprès de son fils de 11 ans qui était hospitalisé.
De même, un employé de l'entreprise Gibaud avait pu bénéficier grâce à ses collègues de 116 jours de RTT en 2015 pour accompagner sa fille gravement malade.

La proposition de loi qui a été présentée début décembre, et votée à l'Assemblée nationale a donc pour but maintenant d'étendre ce don de RTT à toute personne " dépendante ", et non plus seulement aux enfants du bénéficiaire. À ce jour, les conjoints ou les parents malades et dépendants ne sont pas concernés par ce dispositif : étendre la loi permettrait donc à de nombreux " aidants " d'accompagner et d'aider leurs proches dans les meilleures conditions possibles.

 

Que pensez vous de cet article ?