Logo OpenWork (production deploy – branch:master)

Nos clients témoignent

Excellent

134 avis 4.9 sur 5 basé sur

Quand la méditation fait partie de la routine…

11/10/2016

9 commentaire(s)

Rochna Zaki

Hind Elidrissi, co-fondatrice de la start-up We Mind médite tous les jours depuis 3 ans. Elle a débuté un peu par hasard et est devenue une inconditionnelle. La méditation a en effet eu des effets bénéfiques auxquels elle ne s’attendait absolument pas. Interview.

Comment vous est venue l’envie de méditer ?

Il y avait beaucoup d’informations sur la méditation dans la presse, les émissions en 2013… Je me suis alors intéressée au sujet grâce au buzz ambiant, par simple curiosité. J’ai vraiment tenté cela au hasard. Je n’avais pas d’attente particulière… Je n’étais ni stressée, ni en mauvaise santé. Et j’ai rapidement accroché !

A quel rythme méditez-vous ?

Je médite environ 30 min par jour, tous les soirs. Bien sûr, il y a des périodes où je travaille davantage et pendant lesquelles je prends moins le temps de le faire. Il peut alors se passer une semaine sans que je médite. Mais je suis rapidement en manque.

Que vous a apporté la méditation ?

Je me suis assez rapidement rendu compte que ça avait un effet extrêmement bénéfique sur mon sommeil. Quand je ne médite pas, il est moins réparateur et j’ai réellement moins d’énergie la journée.
J’ai toujours eu beaucoup de mal à me réveiller le matin et depuis que je fais de la méditation, je me réveille chaque jour avant que le réveil ne sonne, en pleine forme. Ça change la vie !

Mais ce que cela m’apporte de manière générale c’est d’être connectée à moi-même. C’est un point extrêmement important dans la vie, selon moi !

Comment vous-êtes vous formée à la méditation ?

J’ai tout simplement acheté un livre : « Méditer jour après jour », de Christophe André, qui m’a expliqué comment se concentrer sur sa respiration, tout simplement. Je pense que c’est une méthode accessible à tous.

Je suis aussi aller prendre des cours à Paris avec Fabrice Midal, pour qui la méditation est « apprendre à ne rien faire », ce qui est très difficile à mettre en place en réalité. Apprendre à « être là », sans rien contrôler, c’est ce que j’ai appris à faire.

Et d’un point de vue professionnel ?

Je ne suis pas à l’aise avec l’idée de faire de la méditation « dans le but » d’améliorer ses performances professionnelles. Cependant, je dois bien avouer qu’il y a eu des conséquences positives dans ma vie au travail. La méditation m’a permis de mieux me connaître et d’être plus en phase avec moi-même et donc avec les autres. J’ai alors des relations plus harmonieuses avec mes collaborateurs.

La méditation m’a aussi aidé à mettre en adéquation mes valeurs personnelles avec mes valeurs professionnelles, ce qui n’était pas forcément une évidence pour moi auparavant.

Enfin, apprendre à « être là », m’a énormément aidé à développer ma créativité et la résolution de problème.

C’est à dire ?

Parfois, j’ai un problème que je n’arrive pas à résoudre, sur lequel je bloque pendant plusieurs jours. Et après une séance de méditation, il m’arrive d’avoir la solution qui apparaît d’un seul coup, très clairement. La méditation m’aide à avoir plus de clarté dans ma vision de choses.
Cependant, je ne fais pas de la méditation de manière intéressée, je n’en fais pas pour résoudre des problèmes. J’en fais pour me reconnecter à moi-même, c’est tout. Mais il s’avère que cela apporte d’autres effets bénéfiques.

Vous arrive-t-il de méditer en pleine journée au bureau ?

Oui ! Quand j’ai eu une journée très intense, chargée de sollicitations multiples, je m’éclipse 20 minutes pour méditer. Ca me fait beaucoup de bien !

Un conseil à celui ou celle qui souhaite se mettre à méditer demain ?

Je conseille vraiment de débuter avec le livre de Christophe André, qui comporte en plus un CD très bien fait.

Et je dirais aussi d’aller voir le site internet de Jonathan Lehman, qui propose de contenus gratuits pour débuter la méditation : les antisèches du bonheur.

Que pensez vous de cet article ?