Logo OpenWork
'

Quelle musique pour travailler et se concentrer faut-il écouter ?

Bonheur et Travail

6/8/2020

0 commentaire(s)

Lorsque le travail peut paraître rébarbatif, la musique est souvent considérée comme le meilleur moyen d’atténuer cette dimension qui lui est inhérente.

Néanmoins, pour travailler le mieux possible, il faut être efficace et concentré. La musique doit être susceptible de créer un environnement de travail agréable. Or, c’est à cet égard que la musique pourrait pécher.

🤔 Quelle musique choisir, pour être efficace au travail tout en atténuant sa dimension parfois rébarbative ?

Choisir une musique sans paroles

La musique avec paroles peut apparaître comme un facteur de déconcentration, dans la mesure où notre cerveau est davantage attiré par les paroles et peut donc se détacher du travail.

La chercheuse Teresa Leisuk, de l’université de Winsor, recommande en effet de ne pas écouter de paroles pendant le travail :

« Les paroles nous distraient cognitivement. Etant donné que le travail nécessite de manipuler par le langage notre réflexion intérieure, notre réflexion linguistique sera bien évidemment perturbée par le texte. »

Si d’un côté, la musique chantée, avec des paroles, apparaît comme un obstacle à la concentration, en revanche, d’un autre, la musique instrumentale pourrait jouer le rôle totalement inverse.

En effet, selon une étude de l’université de Cambridge, la musique instrumentale est une aide importante à la concentration. Les performances de concentration augmentent en effet de près de 8%, la musique stimulant certaines parties du cerveau, et le pousse à ne pas se distraire à d’autres occupations. 

ℹ️ La musique instrumentale semble donc la plus indiquée pour non seulement réduire les risques de déconcentration, mais aussi pour améliorer les performances au travail.

Plus encore, choisir de la musique classique

Si les paroles doivent être proscrites, il faut aussi que la musique ne soit pas trop énergique, pas trop agitée, mais plutôt calme. En effet, le rôle positif qu’on peut attribuer à la musique dans le travail ne se vérifie que lorsqu’on considère qu’on écoute des musiques calmes, qui jouent le rôle de musiques de fond, et qui ne perturbent pas l’attention du cerveau.

Or toutes les musiques sans paroles ne sont pas à mêmes de jouer ce rôle. C’est notamment le cas des styles jazz ou rock, dont les accords sont fait pour animer le cerveau, et non pour l’apaiser.

Quelle musique pour travailler et se concentrer faut-il écouter ?

Dans cette perspective, une musique de fond à même d’augmenter la concentration serait assurément la musique classique. Certaines analyses vont même encore plus loin : la musique classique aiderait le cerveau à retenir des informations qu’il doit assimiler, et pourrait même réduire le temps de travail.

C’est l’analyse faite par l’université de Lund en Suède. Bien loin d’altérer la concentration de celui qui travaille, la musique classique, quand elle n’est pas écoutée avec un volume trop fort, aide à assimiler des informations capitales.

👉 Ainsi, nous recommandons expressément l’audition de la musique classique (dont nous excluons bien évidemment les chants) pour se concentrer.

Choisir une musique qu’on aime avant tout

Pour se concentrer, il semble néanmoins qu’il faille choisir avant tout une musique qu’on aime. Et pour cause, une musique qu’on aime ou qu’on connaît aide grandement à diminuer le stress, et à activer le système de la récompense.

Selon la chercheuse Teresa Leisuk :

« Lorsque vous êtes stressé, vous avez tendance à prendre des décisions hâtives. Au contraire, lorsque vous êtes dans un état positif, vous êtes plus à même d'envisager plusieurs options. »

La musique, dans cette optique, aurait avant tout un rôle d’antistress, c’est-à-dire qu’elle permettrait d’envisager le travail avec davantage de calme et de recul, et donc d’augmenter la concentration. Le cerveau, en écoutant une musique qu’il apprécie, se sent loin de tout souci, et est plus à même de travailler avec sérénité.

Néanmoins, il faut moduler cette analyse, en astreignant le cerveau à ne pas se concentrer sur la musique, mais bien sur le travail en lui-même.

En effet, l’un des risques importants à écouter une musique qu’on aime, c’est de se concentrer davantage sur la musique que sur le travail. Or le travail et la musique doivent rester déconnectés, c’est-à-dire que la musique doit rester un moyen d’adoucir le caractère rébarbatif du travail, et ne pas le remplacer. Le cerveau ne doit pas ne plus s’occuper du travail à cause d’une musique qu’il apprécierait tout particulièrement, mais doit continuer d’être productif.

👉 Les effets d’une musique qu’on apprécie doivent donc rester quelque peu inconscients, et le travail doit rester notre préoccupation principale.

Que pensez vous de cet article ?