Réduire les Couts ne suffit pas.. !

Economie et Travail

6/23/2014

0 commentaire(s)

Benoit Debray

Réduire les Couts ne suffit pas ! - Avez-vous remarqué combien certaines opinions sont très bien acceptées quand on les énonce dans un cadre général mais s’avèrent souvent très difficiles à mettre en œuvre sur le terrain ?

Mon entreprise forme un tout bien supérieur à la somme des parties qui la composent.

Bien sur ! Il se passe certainement beaucoup de choses dans mon entreprise dont on ne puisse rendre compte simplement en additionnant des comportements individuels pris indépendamment les uns des autres. Ceci suppose que les acteurs individuels aient une réelle possibilité d'agir à un niveau global. Est-ce vraiment le cas ?

Le mieux est l’ennemi du bien.

J’ai bien compris que ma valeur ajoutée de manager consiste à implémenter localement, dans ma sphère de responsabilité, des solutions qui répondent à des optimisations de l’entreprise dans son fonctionnement global. Mais attention à la procrastination qui me guette !

reduire les coûts

reduire les coûts

Le procrastinateur chronique n’arrive à se mettre au travail que lorsque cela lui procure une gratification immédiate. Une optimisation locale, comme par exemple réduire les couts de la structure dont j’ai la charge, me procurera une gratification plus immédiate et plus visible qu’une contribution plus hypothétique au bon fonctionnement de l’ensemble. Interrogé sur l’évolution future de son business, il y a de fortes chances qu’un manager vous produise l’argumentaire qui pose le moins de problèmes à sa manière de gérer, chaque chose étant à sa place et devant y rester.

Cette attitude classique risque pourtant de le faire arriver « trop tard sur le champ de bataille » au contraire d’une attitude proactive, qui vise aussi à faire mieux avec des ressources limitées, mais en se portant vers l’action pour convertir une menace en opportunité.

Se représenter l’entreprise comme « un monde de couts à réduire » pousse à s’acharner sur des optimums locaux entrainant à la longue des non sens économiques globaux. Investir dans un mode d’organisation ou chacun doit donner du temps aux autres en intervenant comme support, en transmettant sa connaissance est une dépense non négligeable. Suis-je prêt à faire ce pari ?

Au cours des déplacements définis dans l’article précédent (voir « Tracer la Route sur la Carte »), l’optimisation par les couts n’est pas considérée comme un objectif en soi mais comme un moyen d’action pour s’assurer que les ressources sont affectées en priorité à la progression vers les cibles définis. Considérer l'optimisation par les couts comme un objectif entraine une rigidité incompatible avec la mise en mouvement et augmente le risque de s’engluer dans une guerre de prix frontale avec les concurrents du secteur.

Par contre, dans l'axe de déplacement choisi, la vitesse de rapprochement vers le modèle de génération de cash que l’on cherche à développer définit la performance. Cela signifie qu’il faut approfondir le mouvement vers les cibles stratégiques qui rapportent du cash et ne pas hésiter à abandonner celles que l’on met trop de temps à atteindre. Il faut concentrer ses efforts sur des objectifs réellement atteignables avec les moyens disponibles. La maitrise des coûts nets (ratio recettes/dépenses) l’emporte sur le respect des délais de réalisation des projets. Seul le résultat final compte et c'est la stratégie qui mène le jeu !

Réduire les Couts ne suffit pas.. !, Benoit Debray -Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?