Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Scale-up: ce statut intermédiaire des entreprises en forte croissance

12/6/2021

0 commentaire(s)

 

Scale-up : ce statut intermédiaire des entreprises en forte croissance

La France est tombée amoureuse des start-ups technologiques. Son Président lui-même se targue de diriger une « start-up nation » et aime intervenir lors de forums spécialisés comme Viva Tech. À cette date, la France compte 17 licornes, c’est-à-dire des startups valorisées à plus de 1 milliard d’euros suite à leur dernière levée de fonds. La scale-up, c’est le niveau de développement intermédiaire entre la jeune pousse et la licorne, justement. D’après BPI France, le terme indique « un changement d’échelle d’une entreprise, grâce à une stratégie d’accélération de la croissance, en particulier à l’international ».

 

Scale-up : Pourquoi l’idée fait rêver

Les start-ups ont été adulées en leur temps, mais ce qui intéresse les entrepreneurs et les hommes politiques, c’est qu’une start-up perde son statut de start-up. Car une start-up qui le reste est un échec ; les jeunes pousses doivent aspirer à devenir des arbres vigoureux et même des forêts. Ainsi, l’initiative scale-up Europe a été lancée le 4 mars 2021 par Cédric O, secrétaire d’état chargé de la transition numérique et des communications électroniques. Le but est de faire émerger des « champions technologiques européens » qui puissent rivaliser avec les géants américains. L’objectif est de gagner en indépendance technologique et économique face aux grandes puissances étrangères, notamment les États-Unis et la Chine.

💡Pour en savoir plus sur l’initiative Scale-up Europe, vous pouvez lire la page du ministère de l’Economie « Scale-up Europe » 👉 "accélérer l’émergence de champions technologiques européens"

 

Scale-up : Pourquoi il y en a si peu

Aux Etats-Unis, entre 2000 et 2016, environ 1% des start-ups devenaient des scale-up, ce qui signifie que les 99% restantes échouaient. On voit ici très clairement la dure réalité de l’entrepreneuriat, qui se solde par un échec dans l’écrasante majorité des cas. Ainsi les scale-up sont des entreprises relativement exceptionnelles qui ont réussi à survivre et à se développer dans un environnement hostile. Un gouvernement qui souhaiterait développer l’entrepreneuriat pourrait soit :

  • Augmenter le nombre de start-ups au départ pour avoir mécaniquement plus de scale-up,
  • Augmenter le taux de conversion des start-ups en scale-up.

 

🔸 Si les pouvoirs publics se sont plutôt concentrés sur la première idée dans les années passées, c’est à présent la deuxième idée qui gagne en popularité grâce à l’initiative scale-up Europe. L’Europe relèvera-t-elle ce défi ?

📌 Le métier de consultant indépendant est probablement moins risqué que celui d’entrepreneur. Et pour maximiser les avantages de cette activité, il convient de passer par le portage salarial. Pour en savoir plus, vous pouvez lire la page Le Portage Salarial OpenWork. 🧡

 

 

Que pensez vous de cet article ?