Logo OpenWork
'

Se reconvertir grâce au portage salarial

Portage Salarial

11/5/2018

0 commentaire(s)

Se reconvertir grâce au portage salarial : Freelances hors-normes : la valorisation des « mad skills » en portage salarial

Sortir des sentiers battus. Comment se reconvertir grâce au portage salarial ? Durant les soixante dernières années, le monde du travail a perpétué un modèle de recrutement unique et très conformiste, biberonné au taylorisme et à la mécanisation des salariés : un comportement ultra normé qui teinte les recrutements d’embauche encore aujourd’hui, où avoir un parcours hors des sentiers battus doit souvent être justifié, plus que valorisé.

Mais avec la remontée de l’entreprenariat, en 2017, 591 000 entreprises ont été créées soit 6,7% de plus qu’en 2016 (source : Business France) et la tendance du profil du startuper très en vogue, une nouvelle vague de recruteurs et d’entreprises souhaite sortir des sentiers battus et intégrer des profils originaux, atypiques, des candidats de caractère, dont l’audace s’est formée avec l’expérience de l’échec.

C’est enfin, peut-être, la fin de la norme du conformisme : les personnalités qui s’engagent, s’investissent et veulent montrer leur réactivité ont de plus en plus de place en entreprise.

Et ces candidats possèdent ce que les anglo-saxons considèrent des « mad skills », un terme qui véhicule l’idée d’un esprit décalé, d’un parcours sinueux, et d’un comportement qui surprend dans sa manière d’interagir avec son environnement.

Avoir des mad skills, c’est avoir une vraie culture personnelle singulière (la culture web ou « geek » est aujourd’hui très valorisée) et des centres d’intérêt complètement inattendus, voire farfelus (quoi, vous n’aimez pas les mangas ?).

Se reconvertir grâce au portage salarial

Se reconvertir grâce au portage salarial : Be mad, be freelance

Se reconvertir grâce au portage salarial : le modèle du freelancing, qui a pris beaucoup de place sur le marché du travail, bénéficie complètement de cet imaginaire et ce nouvel horizon d’attente. Avec un freelance, on travaille avec quelqu’un qui engage pleinement son savoir-faire, son identité et qui ne coûte quasiment rien en termes de gestion administrative. Plus largement, le freelance est celui dont on se rappelle du travail, et qui ne se cache pas derrière son PC : il est souvent perçu comme quelqu’un de pugnace, déterminé, et surtout, volontaire.

Si certains pointent du doigt le risque d’ubérisation, en réalité, c’est toute une nouvelle génération de freelances sur le marché qui exerce ses propres tarifs, et profitent d’être leur propre patron. Les sociétés de portage salariales portent ce mouvement, en dotant les freelances des avantages d’un CDI, sans avoir à créer de structure et en les libérant des obligations administratives (chômage, mutuelle, prévoyance).

Dans ce monde du travail en constante évolution, osez être mad, cela peut permettre de se reconvertir grâce au portage salarial ! Vous n’en serez que plus valorisé auprès de vos recruteurs.

À lire aussi sur notre blog : Retraite et portage salarial : on vous dit tout et Le Portage Salarial et la Loi.

Que pensez vous de cet article ?