Solitude: est-il normal de se sentir seul, et comment réagir ?

Bonheur et Travail

5/24/2021

0 commentaire(s)

Solitude : est-il normal de se sentir seul, et comment réagir ?

Solitude : Alors que nous avons plus de moyens à disposition que jamais pour communiquer avec les autres (internet, smartphones…), on pourrait s’attendre à ce que la solitude disparaisse. Or, ce n’est pas le cas. En 2018, 13% des Français se sentaient toujours ou souvent seuls. En 2020, ce chiffre est désormais de 18% (à cause de la crise du COVID). Il est possible que vous-même, en ce moment, vous vous sentiez seul.

Est-ce normal, notamment au vu des chiffres présentés ci-dessus ? Comment réagir ? Explication dans cet article.

Solitude : me sentir seul fait-il de moi quelqu’un de bizarre ?

Solitude : Vous vous en doutiez, la réponse est NON.

Il est tout-à-fait normal de se sentir seul, car nous sommes des animaux sociaux et nous avons besoin de nous sentir intégrés dans la société.

La solitude est avant tout une perception : c’est le jugement que nous portons sur nous-mêmes quand nous sommes séparés des autres. Ainsi, si je décide de quitter mon groupe d’amis pour aller nager à la piscine et me ressourcer, je vais être seul mais je ne vais pas me sentir seul – ou en tout cas, éprouver de la souffrance à cause du fait que je ne suis pas avec d’autres.

Inversement, si je me retrouve tout seul chez moi un samedi soir et que j’entends mon voisin qui fait une soirée, je peux être frappé d’un sentiment de solitude car je vais estimer que ma place n’est pas d’être seul à ce moment-là, mais que je devrais être en soirée. La solitude peut découler d’une connexion physique avec les autres, mais aussi d’une déconnexion plus mentale.

Si par exemple je ne supporte pas d’être seul chez moi samedi soir et que je décide de sortir dans une boîte de nuit où je n’arrive pas à créer de lien social avec les gens, je vais également ressentir un sentiment de solitude.

Nous ne sommes pas tous égaux face à la solitude de par nos expériences de vie : si certains sont habitués à être seuls et ne le vivent pas mal, d’autres sont habitués à être en présence d’autrui et vont vivre moins bien la solitude. Quoi qu’il en soit, il est possible de faire un travail psychologique pour mieux maîtriser la souffrance liée à la solitude.

L’article Solitude et isolement : comment les combattre présente bien ce problème. Il est accessible ici.

Solitude : travailler sur soi pour être en paix

Solitude : D’après le livre Le Déclic de Marie Lise Labonté, les individus subissent au moment de l’enfance des blessures fondamentales qui peuvent être : le rejet, l’abandon, la non-reconnaissance, la trahison, la maltraitance et les humiliations.

Chacune de ces blessures peut se manifester par différentes formes : l’abandon, par exemple, peut-être dû à un divorce de ses parents, à la mort d’un proche, où à la rupture d’une amitié forte. La blessure est appelée fondamentale car elle blesse profondément le jeune enfant qui, encore fragile, tente de se faire une place dans le monde. Souvent cette blessure est refoulée et l’adulte peine à comprendre d’où vient la souffrance fondamentale qui le hante. Par exemple, je me sens abandonné quand un ami m’annonce qu’il doit me quitter pour aller passer la soirée chez d’autres mais je ne sais pas d’où ce sentiment vient.

Pour résoudre ce problème, il est important de dialoguer avec son enfant intérieur, c’est-à-dire de faire de l’introspection pour essayer de trouver ces douleurs fondamentales intérieures que nous avons vécu pendant l’enfance et qui sont toujours présentes à l’intérieur de nous.

Pour en savoir plus sur Marie Lise Labonté, vous pouvez regarder sa vidéo sur La méthode de libération des cuirasses juste ici : 



Pour des ressources spécifiques au travail, vous pouvez consulter l’article OpenWork Vaincre la solitude au travail.
 

Que pensez vous de cet article ?