Travailler au Mexique

Actualités

2/28/2017

0 commentaire(s)

Rochna Zaki

La philosophie toltèque au service du management

En 1997, le neurochirurgien mexicain Miguel Ruiz a publié The Four Agreements (Les Quatre Accords toltèques en français) un code de conduite pour vivre en harmonie avec soi et avec les autres. Inspiré du chamanisme et de la sagesse du peuple toltèque (civilisation ayant préexisté et grandement inspiré les Aztèques), l’ouvrage de Miguel Ruiz a été vendu à 4 millions d’exemplaires et figure parmi les 50 best-sellers de développement personnel en France.

Les quatre accords toltèques ont trouvé un écho auprès de nombreux auteurs en management et en psychologie positive. A l’heure où l’on ne parle plus que de leadership et d’intelligence collective, de nombreux ouvrages cherchent à transposer ces principes au monde de l’entreprise.

1.«Que votre parole soit impeccable »

Pour les toltèques, la parole est sacrée : un don divin qui nous distingue dans le règne animal. Il faut se montrer digne de ce don divin en soignant son expression orale, en cultivant éthique (dire ce que l’on pense, dire sa propre vérité), rigueur (ne pas parler à n’importe qui, de n’importe quoi, n’importe comment…) et bienveillance. Le bénéfice ultime étant de fluidifier les relations, de renforcer la confiance.

2.« N’en faites pas une affaire personnelle »

Selon Miguel Ruiz, les individus sains ne peuvent être malveillants et agir contre autrui. "Ce que les autres disent ou font n'est qu'une projection de leur propre réalité et de leurs croyances". Dès lors, il n’y a aucune raison de se sentir blesser des propos ou agissements d’autrui.

En effet, il faut garder toujours en tête que notre perception est le résultant de notre interprétation et non de l’intention des autres. Dans le monde de l’entreprise, cela est essentiel pour faire la part des choses entre sa personne et sa mission, éviter les querelles d’égo…

3.« Ne faites pas de suppositions »

La philosophe toltèque place au même niveau les suppositions et les médisances. A bien y réfléchir, le lien est ténu. Ce sont dans les suppositions que les médisances et le ressentiment prennent racine. Ce principe, qui découle des deux précédents, repose sur la communication ouverte et directe.

4.« Faites toujours de votre mieux »

Le quatrième accord, pilier des accords précédents, et certainement le plus difficile à saisir. Comment faire de son mieux ? En étant ancré dans le présent, se connaître (reconnaître si l’on va bien, si l’on est malade, fatigué, stressé…) et adapter nos attentes en fonction des paramètres du moment. Plutôt que de s’épuiser à bien faire alors que les conditions ne sont pas réunies, se contenter de faire de son mieux.

5.L’accord bonus : « Soyez  sceptique mais apprenez à écouter »

En 2010, Miguel Ruiz écrit un nouvel ouvrage, Le cinquième accord toltèque qui complète le précédent.

Selon les toltèques, la vérité en soi n'existe pas. Ce principe engage à la tolérance et au partage en écoutant autrui tout en faisant preuve de discernement et de lucidité. Finalement, avoir tort de temps en temps permet d’être plus serein…

 

 

Pour en savoir plus :

Laurence Aubourg, Olivier Lecointre, Manager avec les accords toltèques, De Boeck Supérieur, 2012

Lysiane Baudu et Claire Derville, « Mieux manager grâce à la sagesse des toltèques », Capital, 25/06/2013

Matthieu Stricot et Mikael Corre, « Don Miguel Ruiz, chaman des temps modernes », Le monde des religions, 01/07/2013

Marie-Madeleine Sève, « Les Toltèques au secours du management », L’Express, 16/07/2015

 

 

Que pensez vous de cet article ?