Logo OpenWork

Nos clients témoignent

Excellent

114 avis 4.8 sur 5 basé sur

Un Consensus pour le Mouvement...

6/23/2014

0 commentaire(s)

Benoit Debray

Un Consensus pour le Mouvement - La « stratégie du mouvement » vise à déplacer l’entreprise au cœur des mécanismes de création de valeur de ses clients. Ceci suppose d’abord de définir un cadre, solide et compris par tous, sur lequel chacun pourra s’appuyer pour effectuer sa mission. La construction de ce cadre implique de réduire l’hétérogénéité des activités de l’entreprise en un ensemble plus homogène. Des lecteurs de ce blog ont trouvés ma démarche un peu trop « expéditive » : il existe en effet des entreprises qui sont engagées dans des activités diverses et qui s’en portent très bien.

D’accord mais cela ne change pas fondamentalement la démarche que je propose: ou bien, pour y inclure toutes ses activités, on parvient à reformuler la description du segment stratégique dans lequel opère l’entreprise, ou bien c’est impossible et donc les activités « exclues » du segment ne contribueront pas à la mise en mouvement. Cette étape de la méthodologie proposée par ce blog a été décrite dans l’article : « Préparer Le Navire ».

consensus

consensus

La raison de mon entêtement à « réduire » l’hétérogénéité vient du fait qu’il existe un autre ingrédient aussi essentiel pour la mise en mouvement que la définition du cadre qui le contient : créer un consensus pour le mouvement dans l’organisation. Obtenir un consensus sur le portefeuille d’activité d’une entreprise est difficile parce que chacun hiérarchise ses opinions en fonction de ses convictions antérieures et des avantages qu’il en espère. L’entreprise, parfois menacée par des attaques extérieures, l’est aussi par des forces internes qui agissent comme des freins. Travailler collectivement sur une meilleure représentation de l’environnement, le cadre pour le mouvement, est donc plus opportun que de s’attaquer à modifier directement les convictions des différents acteurs. La mise en mouvement suppose d’accepter un niveau de désordre suffisant pour créer le déséquilibre nécessaire pour l’action. Pour cela il faut modifier sa vision de l’environnement, prendre de l'altitude pour apercevoir au delà des menaces proches un nouvel horizon d’opportunités. La question de trouver ensemble le bon cadre pour le mouvement est la première étape pour obtenir la forme de consensus nécessaire.

Le cadre définit le segment stratégique et ses facteurs clés de succès (FCS), les compétences que l’entreprise doit maitriser pour gagner. La maitrise des compétences attachées au segment stratégique retenu est en relation directe avec les valeurs revendiquées par l’entreprise (ce qui définit les comportements attendus) et la perception des ces valeurs par les acteurs (ce qui conditionne les comportements réels). Un manque de cohérence entre les compétences nécessaires et les valeurs perçues inhibera la mise en mouvement.

La deuxième étape pour obtenir un consensus est de valider les compétences, c'est-à-dire les facteurs clés de succès du segment retenu, par les valeurs perçues. Un consensus n’étant jamais acquis, comment s’assurer d’être toujours capable de produire les consensus et les compromis qui seront nécessaires pour le mouvement et son développement ?

Le consensus n’est pas une sommation d’opinions individuelles mais fait l’objet d’un travail collectif sur lequel chacun a la possibilité de peser directement. Ce qui importe c’est de bien comprendre comment ce travail collectif se termine et débouche sur une décision d’action. On ne cherche pas forcément l’unanimité mais l’absence de profonds désaccords exprimés sur la solution qui émerge. On ne cherche pas l’égalité, selon les domaines il y a une inégalité légitime de fait entre les participants, mais on revendique à chacun le droit de participer à chaque fois que ses intérêts personnels sont en jeu. On attache plus d’intérêt à la qualité de la décision qu’au dénombrement de ceux qui sont pour par rapport à ceux qui sont contre. Les éléments ci-dessus proviennent d’une étude très intéressante de Philippe Urfalino que je vous encourage à consulter. Nous aurons l’occasion de revenir sur son concept de « décision par consensus apparent » car il est au cœur des usages des réseaux sociaux d’entreprise (RSE).

Un Consensus pour le Mouvement, Benoit Debray - Le Monde Après

Que pensez vous de cet article ?