'

Vous avez dit "Prosélytisme" ? Mais encore ?

Bonheur et Travail

6/23/2014

2 commentaire(s)

Selon wikipedia, le prosélytisme désigne le zèle déployé en vue de rallier des personnes à une doctrine.

prosélytisme

prosélytisme

Ce terme prosélytisme vient d’un mot grec qui signifie « nouveau venu dans un pays ». Cela pourrait donc aussi servir à définir le  métier de « consultant indépendant » qui démarche un nouveau client !

Ce terme peut aussi avoir une connotation négative provenant notamment  de son utilisation dans le cadre du débat sur les sectes.  Le prosélyte serait celui qui cherche à susciter l'adhésion d'un public en utilisant des moyens douteux comme la propagande. En tant que consultant indépendant serions-nous de dangereux prosélytes ?

En particulier l’obsession à encourager les consultants indépendants à entreprendre l’écriture d’un blog puis à espérer que les différents blogs convergent vers une vision nouvelle, motivante et rémunératrice du métier, pourrait nous exposer à l’accusation de faire du prosélytisme.

Heureusement, nous ne sommes plus à l’époque des guerres de religion mais à l’époque où internet transforme et amplifie les relations entre les humains. Ce qui importe ce n’est pas d’imposer un système de pensée aux autres mais, au contraire, de s’enrichir aux contacts des autres pour émanciper sa vie et innover collectivement.

L’innovation a toujours été un phénomène collectif car les nouvelles idées se construisent à partir de celles des autres. Dans la vie économique, il est de plus en plus indispensable de trouver sans cesse de nouvelles idées. Or celles ci se développent dans le cadre d’une communauté qui les suscite et les intègre (voir l’article « Les idées sont plus rares que l’argent ! »).

Comme nous l’explique Chris Anderson, le rédacteur en chef de « Wired Magazine », c’est la diffusion des outils gratuits de communication permise par internet qui a modifié ces dernières années, en l’amplifiant, le processus collectif d’innovation. En effet, Internet favorise la mise en place de communautés qui offrent à ses membres des réelles opportunités d’actions et de développement personnel.

Alors si nous renoncions à l’usage de ce mot ambigu et dépassé de prosélytisme pour utiliser, comme le suggère Chris Anderson, l’expression de « Crowd Accelerated Innovation » ?

Dans son article, Chris Anderson nous livre la liste des trois ingrédients nécessaires pour enclencher le processus « explosif » de « Crowd Accelerated Innovation » :

Le premier ingrédient est une communauté.

Une communauté est constituée par un groupe de personnes réunies par un intérêt commun. Il n’est pas nécessaire que tout le monde soit doué pour innover (ou pour blogger), il suffit seulement que quelques membres en soient capables pour initier le phénomène. Ensuite il y a une quantité de rôles nécessaires et aussi important que la génération d’idées (ou l’écriture d’articles de blog) pour que chaque personne, unique par définition, puisse trouver sa fonction dans la communauté à laquelle il contribue.

Le deuxième ingrédient est la visibilité.

Tous les membres de la communauté doivent être visibles les uns pour les autres. En particulier, les contributions personnelles doivent être facilement accessibles afin que les autres puissent s’en servir pour faire fructifier les idées. Grace aux blogs, la visibilité n’implique pas le contact physique et peut donc se faire à distance. C’est la quantité et la qualité des interactions entre les membres qui déterminent la vitesse avec laquelle le processus de “Crowd Accelerated Innovation » se mettra en place.

Le troisième ingrédient est la reconnaissance.

Ecrire régulièrement des articles sur son blog et des commentaires sur celui des autres réclament des efforts conséquents. Tout comme s’imprégner des nouvelles idées et apprendre collectivement. En général, ce qui motive de tels efforts est la reconnaissance par la communauté de ce que nous avons accompli. Une fois votre dernier article publié, n’êtes vous pas impatient de guetter le premier commentaire ? Avez-vous déjà regardé vos statistiques de lecture de votre blog ? Notre désir de reconnaissance entretient notre volonté à investir nos efforts dans le développement de la communauté.

Cela dépasserait le cadre de cet article que de détailler les avantages que ces trois ingrédients apportent au métier de consultant indépendant. Au risque de faire du prosélytisme, rappelons seulement qu’il s’agit pour nous, consultant indépendant, d'abord de sortir de la précarisation associée à une vision minimaliste du portage salarial, puis de développer notre capacité d’association avec d’autres consultants indépendants et enfin, de proposer collectivement des prestations de haut niveau, autour du concept de « plasma collaboratif », aux entreprises qui en ont bien besoin en cette période de crise.

Cela vaut le coup de s'y mettre à plusieurs, non ?

Que pensez vous de cet article ?